Le 4ème pilier : le système endocrinien

Ces 7 glandes travaillent en synergie pour contrôler de nombreuses fonctions du corps.
L’hypothalamus est souvent appelée «glande maîtresse» car l’une de ses fonctions les plus importantes est de relier le système nerveux au système endocrinien (hormonal) en contrôlant l’hypophyse.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-18.png.


L’Hypothalamus

Il synthétise et sécrète des neurohormones qui stimulent ou inhibent la sécrétion d’hormones hypophysaires qui aident à leur tour l’hypothalamus à contrôler : la température corporelle, la fatigue, les émotions, la croissance, l’équilibre sel et eau (l’équilibre électrolytique), le sommeil, le poids, les rythmes circadiens, le système olfactif, le stress, la survie.

Les soutiens de l’hypothalamus : Dormir et manger suffisamment de protéines
La racine de maca
Les plantes adaptogènes
Les extraits glandulaires (Homéopathie)
Le Manganèse
La lumière du soleil à spectre complet pendant la journée
Les vitamines E, A, D et B
Les champs magnétiques terrestres

La pinéale ou épiphyse

Les glandes pituitaire et pinéale partagent des fonctions mais sont à la fois très proches. Cependant, la glande pinéale a toujours suscité le plus d’intérêt d’un point de vue mystique et spirituel. Cela peut s’expliquer par sa forme d’arbre, sa fragilité ou par le fait qu’elle ait besoin d’obscurité pour fonctionner de manière efficace.
À l’adolescence, son activité commence à se réduire. Il est commun d’atteindre l’âge adulte avec une glande pinéale qui montre des signes de calcification. Son fonctionnement est réduit par une hypersensibilité à notre environnement, l’alimentation, l’environnement toxique et notre style de vie artificiel.

Porter des lunettes de soleil empêche de recevoir la lumière du jour.
Exposer ses yeux à la lumière bleue (provenant d’ordinateurs, de téléphones portables, de tablettes, etc.) le soir.
Les perturbateurs endocriniens sont très nombreux dans notre environnement et dans notre alimentation industrielle.
Elle régule notre rythme circadien et induit le sommeil. Cette glande nécessite l’obscurité pour sécréter de la mélatonine.
Elle est la clé de la maturation sexuelle.
Un trouble de la glande pinéale génère l’apparition de troubles affectifs, de troubles saisonniers et/ou de dépression.

Les soutiens nutritionnels de la pinéale :

Huile essentielle Origan
Huile de Neem
Spiruline
Algues bleu vert : Afa klamath
Chlorella
Bore
Vinaigre de cidre non pasteurisé
Vitamine K2
Les produits crus biologiques frais réduisent la calcification

La glande pituitaire ou hypophyse

L’hypophyse comporte deux parties: la partie antérieure et la partie postérieure, et elles fonctionnent toutes deux séparément.
Les principales hormones hypophysaires antérieures agissent sur :
L’activité sexuelle
Les changements de température corporelle causés par une infection
Les hormones régulatrices de l’appétit telles que la leptine et la ghréline, l’insuline et le glucose.La glande pituitaire ou hypophyse facilite la connexion sociale et nous aide à réagir face aux dangers.
Elle favorise la libération d’ocytocine afin de renforcer notre lien avec nos partenaires, nos enfants, etc.
Elle stimule la libération d’hormones surrénaliennes afin que nous puissions mieux supporter le stress.

Son dysfonctionnement se manifeste par l’anorexie ou la boulimie, l’inflammation, un excès de fer … Les actes chirurgicaux, les rayons, la malnutrition, les troubles gastriques peuvent l’affecter.

On l’équilibre avec :

Du bon gras sain : oléagineux, huile de coco, huile non chauffée, avocat …
Des vitamines B : les oléagineux sont très riches en vitamines B sauf la B12
La vitamine E, particulièrement présente dans l’huile et la graine de chanvre
Les soutiens glandulaires homéopathiques
Les minéraux et électrolytes : en particulier l’eau de mer
Une alimentation saine comportant beaucoup de produits crus et frais, non transformés.
Éliminer l’inflammation est important; le corps se défend de l’acidification due à une alimentation pathologique (beaucoup de cuits, de laitages et de sucres) en créant de l’inflammation et parfois du surpoids… voir prochain article sur le poids.

EN RÉSUMÉ : Ayez une alimentation la plus naturelle possible, libre de pesticides, de colorants et de conservateurs…
Optez pour les aliments issus de l’agriculture biologique et consommez-les crus : ils réduisent la calcification de la glande pinéale.
Améliorez l’apport des vitamines D, A et du complexe B, ainsi que des minéraux tels que le magnésium (en bain et non par voie orale) ou le manganèse.
Ajustez-vous aux cycles naturels : si vous vivez en harmonie avec les heures du jour en vous reposant dans l’obscurité, ces glandes vous en seront reconnaissantes.
Réduisez et limitez votre exposition aux lumières bleues émises par les dispositifs électroniques, les ordinateurs et les portables surtout le soir.

La glande Thyroïde

Elle agit tant sur la croissance que sur le développement et la différenciation des organes.
Elle exerce une action de production de la chaleur corporelle,
Elle accroît la consommation d’oxygène,
Elle agit sur la synthèse et sur les systèmes de dégradation du cholestérol,
Elle stimule la lipolyse (dégradation des graisses) et a un effet important sur le cœur.
Au niveau du squelette, elle stimule à la fois la construction et la destruction de l’os.

L’apport de quantités adéquates d’iode sous forme organique favorise la production normale de l’hormone thyroïdienne. La Thyroïde est particulièrement gourmande en iode et si celle-ci vient à manquer, ce sont les métaux lourds qui pénètrent à l’intérieur et s’y fixent.

Les sources de l’iode

  • les œufs et les viandes provenant d’élevages qui n’emploient pas de produits chimiques, de médicaments ou compléments alimentaires pour animaux,
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-21.png.
  • les algues de mer fraîches : Kombu, wakamé, Dulse, laitue de mer, Nori …
  • l’ail, le chou et les mûres.
  • Les graines germées d’ail, de poireau, de navet et de trèfle
  • Les jus verts :

Un jus incomparable pour la thyroïde mais aussi pour votre santé globale :
2 branches de céleri
2 grandes poignées de feuilles de laitue (n’importe quelle variété)
½ bouquet de coriandre fraîche


100g de feuilles de roquette
1 concombre
Ajoutez autant d’eau que vous voulez diluer au goût (de préférence de l’eau filtrée)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-24.png.

Rappelez-vous que boire du jus chaque jour est vraiment la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre santé MAIS nettoyer l’extracteur peut être un frein…

Aussi ne préparez, n’extrayez et ne le nettoyez que 3 fois par semaine … assurez-vous simplement de faire un premier passage avec de l’eau !

Le Thymus

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Le thymus (du grec θυμός, « excroissance charnue ») est un organe situé dans la partie supérieure du thorax, plaqué à l’arrière de la partie haute du sternum. Thymos se traduit aussi par « âme ou esprit » et était considéré comme le siège de l’âme par les Grecs anciens.

C’est dans les premiers mois de la vie qu’il est le plus volumineux.

Au cours de la croissance, sa consistance varie, il devient alors plus graisseux et, en fin de puberté, sa taille régresse, pour atteindre alors un volume définitif.

Le thymus est un organe lymphoïde, c’est l’un des centres de production et de maturation des lymphocytes T (qui dépendent du Thymus)  qui jouent un rôle prépondérant dans les processus de défense spécifiques de l’organisme. Si le quartier général des globules blancs se trouvent dans l’intestin, le quartier général des hauts gradés du système immunitaire (les lymphocytes T, les interleukines, les interférons, les Natural Killers …) se situe dans le Thymus.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-11.png.
lymphocytes T

Lorsque le thymus ne fonctionne pas correctement, cela peut conduire à un dysfonctionnement immunitaire soit en manque (c’est l’immunodéficience) soit en excès (c’est la maladie auto-immune : les cellules T attaquent notre propre organisme). La fonction thymique est nécessaire à la production de nouvelles cellules T.

La chimiothérapie et la radiothérapie induisent non seulement une déplétion des cellules T matures mais aussi une altération du thymus.

Le stress, l’angoisse, l’anxiété affectent particulièrement le bon fonctionnement du Thymus.

ARTICLE EN COURS