Salon Naturally à Paris du 24 au 27 Mai 2019

Santé globale et Emmanuelle PETIT vous accueillerons sur le salon Naturally du 24 au 27Mai au stand B 16.

Nous y proposerons des bilans de vitalité, des conseils santé et des produits de qualité : sève de bouleau lacto fermenté, eau de mer, nacre, soufre organique, jus de noni, magnésium transdermique, enzymes systémiques .. etc .. des produits efficaces et testés et des conseils personnalisés; venez tester des séances de Zviolyne, thérapie par les champs magnétiques qui agit remarquablement sur les douleurs mais plus encore.

Si vous souhaitez des entrées, merci d’envoyer une enveloppe timbrée avec vos nom et adresse et le nombre d’entrée que vous souhaitez.

/

Salon des Plantes à Trangis/Évreux – 11 et 12 Mai 2019

Nous serons présents sur le salon des plantes à Trangis ce week end du 11 et 12 Mai.

Si vous souhaitez des conseils ou un bilan de vitalité, nous vous accueillerons avec tout notre dévouement habituel.

Salon Vivre Autrement – du 15 au 18 Mars 2019

Pour une rencontre sur Paris, je vous invite au salon Vivre Autrement qui a lieu à Paris au Parc floral de Vincennes du 15 au 18 Mars.

Je vous proposerai le bilan de vitalité et mes conseils santé-bien-être ainsi que de nouveaux produits performants.

Au plaisir de nous rencontrer

Emmanuelle

Le 4ème pilier : le système endocrinien

Ces 7 glandes travaillent en synergie pour contrôler de nombreuses fonctions du corps.
L’hypothalamus est souvent appelée «glande maîtresse» car l’une de ses fonctions les plus importantes est de relier le système nerveux au système endocrinien (hormonal) en contrôlant l’hypophyse.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-18.png.


L’Hypothalamus

Il synthétise et sécrète des neurohormones qui stimulent ou inhibent la sécrétion d’hormones hypophysaires qui aident à leur tour l’hypothalamus à contrôler : la température corporelle, la fatigue, les émotions, la croissance, l’équilibre sel et eau (l’équilibre électrolytique), le sommeil, le poids, les rythmes circadiens, le système olfactif, le stress, la survie.

Les soutiens de l’hypothalamus : Dormir et manger suffisamment de protéines
La racine de maca
Les plantes adaptogènes
Les extraits glandulaires (Homéopathie)
Le Manganèse
La lumière du soleil à spectre complet pendant la journée
Les vitamines E, A, D et B
Les champs magnétiques terrestres

La pinéale ou épiphyse

Les glandes pituitaire et pinéale partagent des fonctions mais sont à la fois très proches. Cependant, la glande pinéale a toujours suscité le plus d’intérêt d’un point de vue mystique et spirituel. Cela peut s’expliquer par sa forme d’arbre, sa fragilité ou par le fait qu’elle ait besoin d’obscurité pour fonctionner de manière efficace.
À l’adolescence, son activité commence à se réduire. Il est commun d’atteindre l’âge adulte avec une glande pinéale qui montre des signes de calcification. Son fonctionnement est réduit par une hypersensibilité à notre environnement, l’alimentation, l’environnement toxique et notre style de vie artificiel.

Porter des lunettes de soleil empêche de recevoir la lumière du jour.
Exposer ses yeux à la lumière bleue (provenant d’ordinateurs, de téléphones portables, de tablettes, etc.) le soir.
Les perturbateurs endocriniens sont très nombreux dans notre environnement et dans notre alimentation industrielle.
Elle régule notre rythme circadien et induit le sommeil. Cette glande nécessite l’obscurité pour sécréter de la mélatonine.
Elle est la clé de la maturation sexuelle.
Un trouble de la glande pinéale génère l’apparition de troubles affectifs, de troubles saisonniers et/ou de dépression.

Les soutiens nutritionnels de la pinéale :

Huile essentielle Origan
Huile de Neem
Spiruline
Algues bleu vert : Afa klamath
Chlorella
Bore
Vinaigre de cidre non pasteurisé
Vitamine K2
Les produits crus biologiques frais réduisent la calcification

La glande pituitaire ou hypophyse

L’hypophyse comporte deux parties: la partie antérieure et la partie postérieure, et elles fonctionnent toutes deux séparément.
Les principales hormones hypophysaires antérieures agissent sur :
L’activité sexuelle
Les changements de température corporelle causés par une infection
Les hormones régulatrices de l’appétit telles que la leptine et la ghréline, l’insuline et le glucose.La glande pituitaire ou hypophyse facilite la connexion sociale et nous aide à réagir face aux dangers.
Elle favorise la libération d’ocytocine afin de renforcer notre lien avec nos partenaires, nos enfants, etc.
Elle stimule la libération d’hormones surrénaliennes afin que nous puissions mieux supporter le stress.

Son dysfonctionnement se manifeste par l’anorexie ou la boulimie, l’inflammation, un excès de fer … Les actes chirurgicaux, les rayons, la malnutrition, les troubles gastriques peuvent l’affecter.

On l’équilibre avec :

Du bon gras sain : oléagineux, huile de coco, huile non chauffée, avocat …
Des vitamines B : les oléagineux sont très riches en vitamines B sauf la B12
La vitamine E, particulièrement présente dans l’huile et la graine de chanvre
Les soutiens glandulaires homéopathiques
Les minéraux et électrolytes : en particulier l’eau de mer
Une alimentation saine comportant beaucoup de produits crus et frais, non transformés.
Éliminer l’inflammation est important; le corps se défend de l’acidification due à une alimentation pathologique (beaucoup de cuits, de laitages et de sucres) en créant de l’inflammation et parfois du surpoids… voir prochain article sur le poids.

EN RÉSUMÉ : Ayez une alimentation la plus naturelle possible, libre de pesticides, de colorants et de conservateurs…
Optez pour les aliments issus de l’agriculture biologique et consommez-les crus : ils réduisent la calcification de la glande pinéale.
Améliorez l’apport des vitamines D, A et du complexe B, ainsi que des minéraux tels que le magnésium (en bain et non par voie orale) ou le manganèse.
Ajustez-vous aux cycles naturels : si vous vivez en harmonie avec les heures du jour en vous reposant dans l’obscurité, ces glandes vous en seront reconnaissantes.
Réduisez et limitez votre exposition aux lumières bleues émises par les dispositifs électroniques, les ordinateurs et les portables surtout le soir.

La glande Thyroïde

Elle agit tant sur la croissance que sur le développement et la différenciation des organes.
Elle exerce une action de production de la chaleur corporelle,
Elle accroît la consommation d’oxygène,
Elle agit sur la synthèse et sur les systèmes de dégradation du cholestérol,
Elle stimule la lipolyse (dégradation des graisses) et a un effet important sur le cœur.
Au niveau du squelette, elle stimule à la fois la construction et la destruction de l’os.

L’apport de quantités adéquates d’iode sous forme organique favorise la production normale de l’hormone thyroïdienne. La Thyroïde est particulièrement gourmande en iode et si celle-ci vient à manquer, ce sont les métaux lourds qui pénètrent à l’intérieur et s’y fixent.

Les sources de l’iode

  • les œufs et les viandes provenant d’élevages qui n’emploient pas de produits chimiques, de médicaments ou compléments alimentaires pour animaux,
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-21.png.
  • les algues de mer fraîches : Kombu, wakamé, Dulse, laitue de mer, Nori …
  • l’ail, le chou et les mûres.
  • Les graines germées d’ail, de poireau, de navet et de trèfle
  • Les jus verts :

Un jus incomparable pour la thyroïde mais aussi pour votre santé globale :
2 branches de céleri
2 grandes poignées de feuilles de laitue (n’importe quelle variété)
½ bouquet de coriandre fraîche


100g de feuilles de roquette
1 concombre
Ajoutez autant d’eau que vous voulez diluer au goût (de préférence de l’eau filtrée)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-24.png.

Rappelez-vous que boire du jus chaque jour est vraiment la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre santé MAIS nettoyer l’extracteur peut être un frein…

Aussi ne préparez, n’extrayez et ne le nettoyez que 3 fois par semaine … assurez-vous simplement de faire un premier passage avec de l’eau !

Le Thymus

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-6.png.

Le thymus (du grec θυμός, « excroissance charnue ») est un organe situé dans la partie supérieure du thorax, plaqué à l’arrière de la partie haute du sternum. Thymos se traduit aussi par « âme ou esprit » et était considéré comme le siège de l’âme par les Grecs anciens.

C’est dans les premiers mois de la vie qu’il est le plus volumineux.

Au cours de la croissance, sa consistance varie, il devient alors plus graisseux et, en fin de puberté, sa taille régresse, pour atteindre alors un volume définitif.

Le thymus est un organe lymphoïde, c’est l’un des centres de production et de maturation des lymphocytes T (qui dépendent du Thymus)  qui jouent un rôle prépondérant dans les processus de défense spécifiques de l’organisme. Si le quartier général des globules blancs se trouvent dans l’intestin, le quartier général des hauts gradés du système immunitaire (les lymphocytes T, les interleukines, les interférons, les Natural Killers …) se situe dans le Thymus.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-11.png.
lymphocytes T

Lorsque le thymus ne fonctionne pas correctement, cela peut conduire à un dysfonctionnement immunitaire soit en manque (c’est l’immunodéficience) soit en excès (c’est la maladie auto-immune : les cellules T attaquent notre propre organisme). La fonction thymique est nécessaire à la production de nouvelles cellules T.

La chimiothérapie et la radiothérapie induisent non seulement une déplétion des cellules T matures mais aussi une altération du thymus.

Le stress, l’angoisse, l’anxiété affectent particulièrement le bon fonctionnement du Thymus.

ARTICLE EN COURS

Le 3ème pilier : le système immunitaire


Les maladies infantiles ont toute leur utilité. C’est en forgeant son immunité que le petit d’homme jette également les bases de sa personnalité

RÔLE ESSENTIEL DES PROTÉINES POUR L’IMMUNITÉ

Les anticorps, les interleukines, les interférons, les divers lymphocytes, les macrophages et l’ensemble du système immunitaire sont élaborés à partir des acides aminés provenant de la digestion des aliments protéiques ! Toute carence protéique s’accompagne d’une chute des défenses immunitaires.

Par ailleurs, l’organisme utilise les acides aminés au prorata de celui qui est en moindre quantité. C’est ce que l’on appelle la loi du minimum.

L’association céréales-légumineuses n’est pas idéale car très appauvrie en certains acides aminés. De plus, la bio-disponibilité des amino-acides d’origine végétale est faible, car ils sont enfermés dans une cutine de cellulose et difficilement extraits par le tube digestif en particulier par les groupes sanguins O.

Le fromage a perdu tous ses acides aminés soufrés et est très pauvre en fer. Il faut prendre en compte également que les protéines lactées empirent les allergies cutanées et respiratoires, les kystes, les mastoses, les processus inflammatoires … etc …

RÔLE ESSENTIEL DE L’INSULINE POUR L’IMMUNITÉ

La digestion déclenche la sécrétion de 2 hormones : le glucagon et l’insuline. L’insuline est l’hormone de la nutrition ; c’est elle qui fait entrer non seulement le glucose dans la cellule, mais également les acides aminés et les acides gras. Sans insuline, pas de nutrition et baisse immunitaire.

RÔLE ESSENTIEL DES ACIDES GRAS ESSENTIELS DANS L’IMMUNITÉ

Ils sont indispensables à l’élaboration des prostaglandines, de la myéline, et des membranes cellulaires. Pas de membrane cellulaire, pas de protection contre les virus. Il faut un apport équilibré :

. en oméga 3 : huiles de Chanvre – cameline – germe de blé – lin – noix – poisson – rose musquée du Chili – colza …

. en oméga 6 : Chanvre – bourrache – cameline – colza – onagre – rose musquée du Chili …

LES ENNEMIS DE VOTRE IMMUNITÉ

  1. La dépersonnalisation : le système immunitaire repose sur l’identification et la reconnaissance de ce qui est SOI et de ce qui est NON SOI par les cellules immunitaires.

Un climat familial engendrant la confusion, le manque de repères ou des repères négatifs, fera le lit de nos maladies immunes et plus grave encore des maladies auto-immunes où le système immunitaire ne reconnaissant plus ses propres cellules (SOI) les détruit (diabète de type1 – lupus érythémateux – polyarthrite rhumatoïde – sclérose en plaque – fibromyalgie )

  1. Une mauvaise gestion de votre stress
  1. La fatigue : 1er facteur d’intoxication
  2. La fatigue digestive (grignotage)
  3. Le déséquilibre alimentaire
  4. Le recours incessant aux antibiotiques et aux médications qui détruisent nos défenses immunitaires. Nous sommes infiniment immuno compétents mais infiniment intoxiqués…

LES AMIS DE VOTRE IMMUNITÉ

La sérénité :

Cultiver le contentement de ce que l’on est et de ce que l’on a

La méditation

La relaxation

Le contact avec la Nature

La marche

Les bains de soleil gradués

La mer

Le sommeil

L’exercice physique

Toute activité qui vous passionne

Les couleurs

Les sons

Les parfums

Fleur d’ylang ylang

Les fréquences lumineuses

Le partage

Et bien sûr, l’Amour donné et reçu.

LES SOUTIENS NUTRITIONNELS SPÉCIFIQUES DE L’IMMUNITÉ

Le SÉLÉNIUM – Noix du Brésil – Pollen frais

Propriétés antivirales et rôle immunitaire. Propriétés antivirales et rôle immunitaire.

Il existe une double origine de la carence en sélénium :

  1. inadéquation des besoins et des apports
  2. surconsommation du fait de la présence de radicaux libres en grandes quantités (augmentation des TNF)

La diminution du sélénium entraîne la diminution de son enzyme dépendante : la glutathion peroxidase. La carence en sélénium entraîne une perte musculaire générale.

Le ZINC – Eau de mer (bains et prise par voie interne) – Fruits de mer

L’hormone thymique sérique ne devient active qu’en présence de zinc.

Il a un rôle régulateur dans la transcription des gènes par l’intermédiaire des protéines. La mort cellulaire programmée (ou apoptose) des cellules T dans l’infection à VIH est la conséquence d’une lyse de l’ADN qui se fragmente.

Le zinc augmente la production de l’interleukine 4 qui stimule les cellules T Helper.

Il favorise également les synthèses protéiques, contribuent à la stabilité de l’insuline et joue un rôle de cofacteur avec la vitamine A en particulier.

La carence en zinc accélère le processus catabolique c’est à dire tous les processus de destruction du corps.

La VITAMINE A ou BÊTACAROTÈNE – Spiruline – afa klamath – Pollen frais – légumes et fruits rouges, oranges, jaune…

Rôle important dans l’immunité, fonctions lymphocytaires B et T.

Les épisodes infectieux itératifs épuisent les réserves, diminuent l’absorption, augmentent l’utilisation et l’élimination urinaire.

La VITAMINE B 6 et la VITAMINE D – levure de bière vivante – pollen frais – Les oléagineux apportent toutes les vitamines du groupe sauf la B12- Le soleil qui permet de synthétiser la vitamine D, la meilleure étant extraite de Lichen. Rôle immunitaire établi.

La VITAMINE B 12 – La B12 se trouve principalement dans les produits animaux, les végétaliens en prennent en supplémentation mais de synthèse ! L’être humain n’est pas physiologiquement végétarien ou végétalien et la consommation de laitages-céréales-légumineuses au cours des siècles a considérablement affaibli son immunité. Mal absorption, régime sans protéine animale, processus infectieux évolutif ou cancer gastrique génèrent des carences.

LA VITAMINE C  – légumes et fruits frais – vitamine C liposomale

La faculté de synthétiser l’acide L-ascorbique à partir du d-glucose et grâce à une enzyme : la L-gulonolactone-oxydase, fait défaut à l’être humain. Sa survie dépend donc d’un apport alimentaire quotidien.

La vitamine C franchit la barrière du tube digestif vers la fin de l’intestin grêle et pénètre dans le sang. Elle est alors répartie régulièrement dans les différents tissus de l’organisme. Les glandes surrénales et l’hypophyse en contiennent des quantités records : de 30 à 50mg/100gr.

Teneur en vitamine C des principaux organes

teneur en mg/100g de tissu

Surrénales 35

Hypophyse 45

Oeil 28

Foie 14

Pancréas 13

Rate 12

Coeur 10

Rein 10

Poumon 7

L’ensemble du corps en contient de 2 à 5mg/100gr. La concentration dans le sang varie de 8 à 14mg/litre.

Son action est extrêmement vaste (voir l’article vitamine C en cliquant sur l’onglet « boutique » )

L’HUILE DE NIGELLE ou cumin noir –

originaire d’Égypte et connu depuis plus de 5 000 ans.

Panacée au temps des Pharaons et antibiotique en Chine, il possède des vertus immuno-stimulantes indéniables, harmonise la digestion – assainit la flore intestinale.

Il augmente l’amplitude respiratoire – détruit les cellules cancéreuses – participe à l’équilibre hormonal chez la femme – supprime les allergies …

C’est une plante qui contribue à nous maintenir en bonne santé face aux défis de la vie.

Vous trouverez dans notre boutique : l’eau de mer, la vitamine D, l’huile de Nigelle, les poudres Vegan protéinées, des extracteurs de jus, la vitamine C….


en vous souhaitant pour cette nouvelle année 2019 une belle santé toute neuve, des bactéries et des enzymes performants et des cellules immunitaires en pleine forme !


PROCHAIN ARTICLE : LE QUATRIÈME PILIER : LE SYSTÈME ENDOCRINIEN


Nos 4 piliers qui ne doivent pas lâcher

Le 1er pilier : notre système bactérien

Depuis la nuit des temps, la vie se développe et se complexifie grâce aux conditions adverses, aux défis, aux mouvements climatiques, aux changements et aux agressions extérieures et tout cela GRÂCE AUX BACTÉRIES !

Elles ont forgé le monde végétal, animal, humain.

Et nous sommes les héritiers de tout ce long voyage dans le temps. En tant qu’êtres humains, nous bénéficions de quatre piliers biologiques qui assurent notre survie mais aussi et surtout notre vie.

Le premier pilier se manifeste donc bien par nos cent mille milliard de bactéries qui habitent dans notre corps et sur notre corps. Il y a mille fois plus de bactéries dans un être humain qu’il n’y a d’étoiles dans le ciel. Nous sommes un écosystème composé de dix mille milliards de cellules issues de notre père et de notre mère mais de cent fois plus de bactéries que de cellules. Nous sommes donc plus bactériens que cellulaires; nous sommes un véhicule à bactéries (à peu près vingt à trente kilos) et ce sont elles qui convertissent notre nourriture en énergie. Sans elle pas de digestion, pas d’énergie.

Elles nous informent des dangers éventuels et permettent à notre système immunitaire de fonctionner.

Il existe, d’après les dernières recherches sur le génome seulement trois entérotypes uniquement pour tout le genre humain, qui ne sont liés ni à la race, ni au sexe, ni à l’âge.

La naissance par césarienne, l’absence d’allaitement, les antibiotiques, les laits animaux génèrent une flore pathogène et affaiblissent nos défenses bactériennes, ouvrant la porte aux maladies infectieuses et auto immunes. Stérile à la naissance, le nourrisson est colonisé par des millions de bactéries qui vont lui donner son immunité dès son arrivée dans le monde.

La plupart d’entre elles se trouvent dans nos intestins qui est, non pas notre deuxième cerveau mais le premier, notre cerveau originel; les deux se ressemblent comme des frères. On parle de système nerveux entérique et de système nerveux central. Deux cent millions de neurones sont fabriqués dans les intestins, en particulier 95% de la sérotonine qui permet la digestion ET gestion des émotions.

neurone

L’alimentation modifie, influence, module, rythme les changements de cet écosystème bactérien et donc notre état physique ET psychique.

Notre façon de penser, de ressentir est influencée par notre écosystème bactérien. « La demeure du Moi est sans doute dans le ventre », grâce au caractère unique de la population bactérienne de chacun d’entre nous!

Certaines maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson ou Alzheimer s’origine non pas dans le cerveau mais dans l’intestin.
Le fait que l’humanité mange cuit depuis quelques milliers d’années (elle a mangé cru pendant des millions d’années) n’est pas un argument prouvant sa bonne santé ni que celle-ci a développé son cerveau grâce à cela ! ceci n’est qu’une hypothèse ! L’homo sapiens (4millions d’années en arrière) a développé son cerveau alors qu’il mangeait encore cru et il savait déjà façonner des outils !

Quant à nos ancêtres proches, ils fabriquaient et consommaient beaucoup de produits lacto-fermentés : légumes conservés dans la saumure, choucroute, œufs conservés dans le sel, vin, saucisson, fromages à pâte crue, miso, tamari et prune Uméboshi au Japon, garum au temps des romains,

Kwas et Kombucha dans les pays de l’Est, lait caillé chez les nomades du désert

Ni cru ni cuit, les aliments lactofermentés sont une bonne transition alimentaire vers une alimentation vivante. Ils sont bourrés de bactéries symbiotiques et d’enzymes qui facilitent le travail digestif de nos bactéries internes.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-5.png.

La sève de bouleau lactofermentée exceptionnellement riche et thérapeutique est en vente sur le site.

Les bouillies de blé totalement indigestes des premiers agriculteurs ont rapidement été remplacées par le pain lactofermenté. Pline l’Ancien écrivait : » l’homme qui mange du grain fermenté est en bien meilleure santé que l’homme qui mange du grain non fermenté » signifiant bien que les graines ne sont pas une alimentation physiologique à l’être humain, nous n’avons jamais eu de jabot pour les dextriniser. Il se produit une digestion des nutriments pendant la lactofermentation identique à ce qui se passe dans notre système digestif.

Lorsque nous cuisons un aliment, toutes les bactéries et les enzymes meurent, l’oxygène est perdu ainsi que la plupart des éléments nutritifs. Les molécules sont modifiées et perdent de leur efficacité (voir 2ème article).

Côté probiotiques, les probiotiques de souche humaine et non animale (nous n’avons pas des intestins de porc ni de vache), seront un moyen beaucoup plus efficace pour chouchouter nos petites bactéries intestinales et pour augmenter notre capacité de digestion ET notre réponse au stress.

L’alimentation non cuite apporte une très grande quantité de nutriments non transformés et hautement assimilables. Si les fibres dérangent trop nos intestins fragilisés, la prise de jus de légumes que l’on peut apparenter à du « sang vert », ou d’aliments maturés (lactofermentés) nous sera des plus bénéfiques.

Vous trouverez sur le site de la sève de bouleau lactofermentée exceptionnellement riche en enzymes et bactéries symbiotiques.

Pour les probiotiques de souches humaines, merci de les commander par téléphone ou par e mail, ils ne sont pas sur le site.

PROCHAIN ARTICLE : LE SYSTÈME ENZYMATIQUE

Les Oxalates ? bon ou pas bon ?

L’ion oxalate, aussi appelé éthanedioate C2O42-, est la dibase conjuguée d’un diacide, l’acide oxalique (ou acide éthanedioïque) C2O4H2. Les couples acide/base concernés sont :

  • l’acide oxalique et sa base conjuguée l’ion hydrogénoxalate C2O4H2 / HC2O4
  • l’ion hydrogénoxalate et sa base conjuguée l’ion oxalate HC2O4 / C2O42-
  • Les oxalates cristallisés sont dans certaines conditions toxiques.

De l’oxalate en poudre est utilisé comme pesticide dans les élevages apicoles pour combattre les acariens qui parasitent les abeilles.

Le point de vue médical

Dans le corps humain, l’acide oxalique se combine avec des cations métalliques divalents comme le calcium (Ca 2 + ) et/ou le fer (II) (Fe 2 + ) pour former les cristaux d’oxalates correspondants, qui sont ensuite excrétés dans L’urine sous forme de petits cristaux.

Parfois ces oxalates forment des concrétions plus importantes (calcul rénal pouvant douloureusement obstruer les tubules rénaux. Environ 80 % des calculs rénaux seraient formés à partir d’oxalate de calcium.

Les patients concernés par certains troubles rénaux, la goutte, la polyarthrite rhumatoïde, ou certaines formes de douleur vulvaire chronique (vulvodynie) devraient éviter les aliments riches en acide oxalique. Diverses études portent sur des moyens de limiter les risques liés à l’ingestion d’aliments contenant beaucoup d’acide oxalique (rhubarbe, épinards par exemple).

L’oxalate de Magnésium (Mg 2 + ) est de 567 fois plus soluble que l’oxalate de calcium. Ce dernier est donc plus susceptible de précipiter. L’oxalate de magnésium est un million de fois plus soluble que l’oxalate de mercure. Parmi les oxalates de métaux, la solubilité du cristal diminue selon l’ordre suivant Mg> Ca> Cd> Zn> {Mn, Ni, Fe, Cu}> {As, Sb, Pb}> Hg

L’oxalate de fer est très insoluble. Il semble jouer un rôle majeur dans la goutte, dans la nucléation et la croissance du très soluble acide urique (urate de sodium), ce qui explique que la goutte apparaisse après 40 ans, quand le taux sanguin de ferritine dépasse 1 ug/L. La bière est riche en oxalate et en fer, et l’éthanol augmente l’absorption du fer ainsi que l’élimination de magnésium, c’est pourquoi la consommation de bière augmente considérablement le risque d’une crise de goutte.

le Cadmium catalyse la transformation de la vitamine C en acide oxalique, ce qui est une source de risque pour les personnes dont l’organisme est contaminé par le cadmium via leur alimentation, eau de boisson, le lieu de travail, ou le tabagisme.

Une étude basée sur le modèle animal (rat de laboratoire) a conclu qu’une supplémentation en calcium associée à des aliments riches en acide oxalique peut faire précipiter l’oxalate de calcium dans l’intestin et fortement réduire le niveau d’oxalate absorbé par le corps (de 97 % dans certains cas)

Une réaction métabolique impliquant l’éthylène glycol (antigel pour voitures), l’acide glyoxylique (acide acétique) ou l’acide ascorbique (vitamine C) peut aussi produire de l’acide oxalique.

Quelques champignons (du genre Aspergillus ) produisent de l’acide oxalique.

Des données préliminaires semblent montrer que l’administration de probiotiques peut significativement diminuer les taux d’excrétion d’acide oxalique.

Le point de vue Naturopathique    

L’acide oxalique fait partie de l’acide carbonique et se forme à partir de natrium, de potassium et de sel d’ions d’ammonium. L’apport en oxalate provient presque exclusivement de végétaux. Les aliments riches en oxalates sont : l’amarante, le pourpier, le thé, le feuilles de menthe, la patte d’oie (chénopodium), les épinards, le chou Kale, le chou frisé, la carambole, le cacao, le rhubarbe, le son, le blé et les noix…

Cependant, ces aliments riches en oxalates que les médias adorent tenter de diaboliser sont si puissants dans leurs effets pour inverser les conditions digestives auto-immunes et inflammatoires que vous auriez bien envie de les exclure (ils provoquent une détoxination du corps qui est bien connue en Naturopathie avec des symptômes désagréables comme : ballonnements, diarrhées, éruptions cutanées que l’on prend pour des allergies!, nausées etc.

L’augmentation de l’ingestion de magnésium et de calcium génère une augmentation du pH urinaire et une diminution de l’impact des oxalates.

En ce qui concerne la recherche, il semble exister des preuves irréfutables montrant que la quantité d’oxalates métabolisés n’a pas d’incidence importante sur la probabilité que vous souffriez d’affections à base d’oxalates. De loin le plus gros précurseur des maladies à base d’oxalates est un trouble digestif préexistant ou une maladie auto-immune : maladie de Crohn, hyper perméabilité intestinale, etc. OU une maladie génétique telle que la fibrose kystique ou l’hyperoxalurie.

Aucune recherche n’a été menée auprès de grands groupes contrôlés est capable de démontrer qu’un régime riche en oxalates présente plus de risque qu’un régime pauvre en oxalates pour les calculs rénaux ou les problèmes de thyroïde. En fait, les principaux déterminants de la recherche semblent être :

1) la malabsorption des graisses – les personnes souffrant d’affections digestives inflammatoires telles que la maladie de Crohn et les intestins poreux présentent un risque plus élevé de malabsorption des graisses qui est souvent causée par une forte consommation de gluten. L’incapacité du corps à absorber les graisses a un impact considérable sur sa capacité à excréter l’oxalate.

2) La consommation de fructose – le métabolisme du fructose produit beaucoup plus d’oxalates que de manger des aliments riches en oxalates. Aux États-Unis, la consommation de fructose ne se fait pas vraiment à partir de fruits, mais davantage à partir de jus de fruits, de sodas et d’une myriade d’aliments édulcorés. Mais même la surconsommation massive de sucre ordinaire (composé de 40% de sucre – comme le miel, le sirop d’érable, le sucre brun, etc.) est probablement le principal facteur contribuant aux problèmes posés par les oxalates.

3) La mauvaise alimentation, c’est-à-dire une faible consommation de magnésium et de calcium par manque de végétaux frais et crus. -Dans plusieurs études, les chercheurs ont constaté de gros problèmes en raison de carence de magnésium et de calcium dans les régimes alimentaires contrôlés de participants volontaires. Dans une étude de 2008, les chercheurs ont donné aux participants un régime omnivore à faible teneur en oxalates, un régime végétarien à faible teneur en oxalates et un régime végétarien à haute teneur en oxalates. Les résultats obtenus une fois l’étude achevée montraient un impact moindre du régime végétarien riche en oxalates. Pourquoi? Parce que le régime alimentaire riche en oxalates contenait également des niveaux élevés de magnésium et de calcium provenant des légumes verts!

De même, dans une étude de 2014 – 57 participants ont été assignés au hasard à un régime 1) de type DASH (régime végétarien régulier riche en légumes) et 2) à un régime pauvre en oxalates – et on a constaté qu’il n’y avait aucune différence entre l’excrétion d’oxalates du régime pauvre en oxalates et celle du régime comprenant beaucoup de légumes verts riches en oxalates, les résultats du régime DASH a eu un impact énorme.

Les oxalates ne sont un problème que si vous avez :

1) une maladie génétique rare

2) une maladie auto-immune ou inflammatoire – surtout digestive – causée par une mauvaise alimentation et un mode de vie médiocre; pour en sortir, il faut manger beaucoup plus de légumes verts – oui, même ceux qui sont riches en oxalates

3) un régime riche en fructose c’est-à-dire du sucre et non des fruits. Le métabolisme du sucre génère des oxalates !! (lire le paragraphe plus haut)

Le message est simple: Traitez la cause, pas les symptômes.

1) éliminer le sucre et le gluten

2) Ayez une alimentation riche en légumes – indépendamment de leur teneur en oxalates – les reins AIMENT les légumes-feuilles et la thyroïde en a besoin pour bien fonctionner.

3) assurez-vous de consommer suffisamment de ces minéraux alcalins importants – magnésium, calcium, potassium, sodium 4) et beaucoup d’hydratation – si vous avez un risque ou une inquiétude de calculs rénaux ou de problèmes de thyroïde, la déshydratation est extrêmement préjudiciable. Encore une fois, quand vous voyez du battage publicitaire, n’y croyez pas tant que vous n’avez pas retiré quelques couches. Regardez les faits. Les médias et les gens ont adoré écrire que soudainement le chou Kale était MAUVAIS pour vous, car ils attirent votre attention et génèrent énormément de trafic sur leur site web. Mais il n’y a aucun fait avéré derrière ce battage médiatique.

Il n’y a rien dans les aliments verts à feuilles qui sera jamais mauvais pour vous! Une cure de jus de 7 jours et en consommant beaucoup de légumes verts vous donnera des ailes! Vous constaterez des résultats étonnants: plus d’énergie, peau plus claire, digestion soignée, perte de poids ou gain de poids (mais le bon), envie de se lever tôt, sensation d’un haut niveau d’énergie, c’est incroyable ce que le jus peut faire… Le jus des légumes c’est leur sang vert qui nourrit votre sang rouge et va directement dans vos cellules pour les nourrir, les hydrater, les protéger, les nettoyer et les oxygéner. Le propos de se nourrir n’est’il pas de nourrir nos cellules qui ont le pouvoir de transformer la nourriture en ÉNERGIE !

Si 7 jours de simple consommation de JUS de légumes chaque jour sont si puissants, pouvez-vous imaginer ce que 7 jours de nettoyage alcalin complet – avec des jus de légumes, des fruits frais et des soupes crues pourrait faire pour vous !

Bon appétit et bonne santé !


Laitages animaux ou végétaux ? la misérable existence de nos vaches laitières.

Le lait et le miel ont été des symboles d’abondance, de santé et de vie heureuse. Il n’est plus !

Voici les références d’un reportage d’Erin Janus. http://www.notre-planete.info/actualites/4393-lait-calcium-elevage-souffrance-animale.

« Comme toute femelle, les vaches donnent seulement leur lait lorsqu’elles sont enceintes ou ont un nouveau-né à nourrir. Donc l’industrie insémine et féconde les vaches à partir de 12 mois sans discontinuer, pour qu’elles n’arrêtent jamais de faire du lait. Pour cela, on force la fécondation en extrayant le sperme des bœufs en leur enfonçant un électro éjaculateur dans l’anus pour le forcer à jouir. On insère le sperme collecté dans le vagin de la vache lorsqu’elle est attachée dans ce que l’industrie appelle un « rape rack » compartiment à viol. (…) Et quand la vache met au monde son bébé, il est immédiatement saisi pour

 être mis en isolement dans une cage, parce que s’il restait avec sa maman, il serait bien capable de boire son lait ! Et ça pas question : c’est juste pour nous ! Sachez que l’attraction entre la vache et son veau est très forte. Elle va crier et pleurer pendant plusieurs jours à la recherche de son bébé. Mais on s’en fout… tant qu’on mange du bon fromage. Elle deviendra une machine à lait, comme maman ! Le fait que les vaches laitières soient continuellement inséminées et en gestation toute leur vie pour produire du lait « non-stop » les conduit à la vieillesse prématurée, l’épuisement, les maladies dont les mammites, douloureuses inflammations et infections des mamelles. Ce pourquoi le sang et le pus sont fréquemment retrouvés dans le lait des vaches… il sera donc filtré, mais pas à 100%. En Europe, en Australie et au Canada, la loi autorise jusqu’à 400 000 cellules somatiques (pus) par millilitre de lait de vache, au USA, c’est 750 000 cellules somatiques (pus) par millilitre et au Brésil…un million. Les cellules somatiques sont identiques à ce qui sort d’un gros bouton sur la peau. C’est du pus. ET plus la vache a de bactéries, d’inflammation plus le nombre de cellules somatiques est élevé. Et lorsque notre chère vache est émotionnellement et physiquement trop épuisée pour continuer cette vie, elle s’effondre. On appelle ces vaches (elles finissent toutes comme ça) les lâcheuses (honte à elles). .. Elles sont donc envoyées immédiatement à l’abattoir pour être tuées et transformées en steak haché. Il est commun dans l’industrie, même en bio, que les vaches « tombent » de fatigue après 4 ou 5 ans de production de lait continue au lieu de vivre au moins 20 ans comme elles peuvent le prétendre. Pour les autres, leur production de lait déclinant après 4 ou 5 ans elles finissent à l’abattoir de toutes façons.

Ce qui signifie que l’industrie laitière et l’industrie de la viande sont indissociables puisque chacune des vaches laitière est aussi tuée pour sa viande après avoir été violée, exploitée émotionnellement et physiquement jusqu’à épuisement … » Tout cela pour informer que le lait est aussi rouge de sang et de souffrance que la viande… si ce n’est plus. »

Finalement manger la viande de veau mâle qui ont (peut-être) eu la chance de courir dans le pré quelques mois est moins cruel; il a eu le temps de s’ébattre un peu sous le soleil … peut-être …  et est tué d’un coup. La vache vit 4-5 ans de galère.

Comment peut-on être en bonne santé physique et psychique quand on mange de la souffrance animale ? ou végétale ?

Le mythe du lait et tous ses dérivés pour nos enfants a la peau dure; en fait nous buvons du jus de microbes et de pus stérilisé à 800° (UHT) mais ces déchets morts sont non filtrés et infiltrables !

encore un p’tit verre de lait ou un nuage dans votre café ?

L’humanité n’a jamais consommée les laits animaux; les premiers indices d’élevage de la chèvre et du mouton remontent à 12000ans autant dire hier sur une échelle de temps de plus de 7millions d’années d’apparition des premiers humains.

Les tribus sont alors devenues nomades et consommaient le lait CAILLÉ, le groupe sanguin originel (O) a alors muté et est devenu B en fonction des mutations génétiques et physiologiques qui se sont produites.

Il y a 9000 ans nous apprivoisions le boeuf pour cultiver la terre. L’homme a gagné son pain à la sueur de son front et la femme est partie cuisiner les féculents et les laitages; elle a fait de plus gros bébé et commencé à avoir des problèmes à les mettre au monde. La sédentarisation de l’humanité, la construction de cité, l »architecture, le commerce se sont alors répandu à toute allure avec le développement de la médecine et Hippocrate disait déjà des centaines d’années avant notre ère « Que ton aliment soit ton médicament » signifiant bien par là que nous allions déjà dans le mur.

70 ans d’ère culinaire industrielle et nous voilà tous cancéreux, dégénérés, intoxiqués aux produits chimiques de l’alimentation industrielle ….

Les solutions

Les femmes ont vécues l’aliénation aux fourneaux pendant des siècles, il serait temps de revenir aux valeurs éternelles de la femme nourricière et sacrée, gardienne de la santé de l’humanité et de son évolution spirituelle.

Si simple, et connue depuis la nuit des temps. Les oléagineux sont des sources précieuses de minéraux, oligo-éléments, vitamines, bons acides gras et protéines.

La graine de chanvre et de chia contiennent tous les acides aminés et ont un rapport oméga3-oméga6 en accord parfait avec la nutrition humaine.

Les oléagineux : noix, noisettes, amandes, macadamia, tournesol, sésame, noix de pécan, noix du brésil … nous permettent de réaliser des laits, des smoothies, des sauces, des fromages délicieux.

Ils ne se cuisinent pas mais se crusinent; l’alimentation vivante et crue est une libération de l’aliénation aux fourneaux, à l’alimentation industrielle, à l’exploitation des animaux et de la terre et aux maladies.

Santé globale propose des cours une fois par mois (voir cours et formation.)

Des recettes fabuleuses sont proposées dans l’excellent livre de Marie-Sophie L. « l’instant cru »

Café – stress et tigre à dents de sabre

D’abord une petite aparté sur les alcaloïdes

Ils forment un groupe très large et possèdent presque tous une molécule d’azote (NH-2) qui les rendent chimiquement très actifs comme :

– La pervenche de Madagascar qui contient des alcaloïdes (vincristine et vinblastine) utilisés comme traitement des leucémies de l’enfant et de la maladie de Hodgkin.

– La belladone qui contient de l’atropine qui réduit les spasmes et les douleurs.

Les alcaloïdes du tabac inhalés ou absorbés par la peau sont loin d’avoir des effets bénéfiques. Les alcaloïdes sont des substances végétales combinées aux tanins et aux acides organiques, entraînant de nombreuses intoxications chroniques. Ils sont actifs à faible dose et provoquent chez ceux qui y touchent, un désir puissant de continuer à les consommer. Le bien-être physique momentané qu’ils provoquent, en est une cause mais surtout le mal-être qui s’ensuit – dû au manque – qui vient s’ajouter au mal de vivre .

L’acotinine – l’atropine – la caféine – la ciguë – la cocaïne (feuilles de coca) – la mescaline (peyotl) – la nicotine – l’opium (codéine – héroïne – morphine) – la strychnine – la théobromine (cacao) – la vératrine sont tous des alcaloïdes toxiques…

Ils déclenchent surtout la réponse physiologique au stress acquise depuis nos ancêtres lointains lorsqu’ils se trouvaient confrontés à un prédateur, type tigre à dents de sabre.Face à un danger, nos surrénales sortent les hormones du stress : adrénaline, noradrénaline, puis cortisol, l’hormone du stress longue durée.

Que fait le cortisol ? c’est lui qui provoque un afflux de sang dans le cerveau et permet de stimuler toutes les fonctions cognitives : vigilance – mémoire – concentration – rapidité de jugement et d’action car il faut décider et choisir la meilleure option possible. Les vertus que l’on impartit faussement au café (sensation de coup de fouet) sont en fait une réponse physiologique archaïque à un stress perçu comme danger de mort. Vous ne vous sentez réveillé le matin qu’avec un café ? Vous avez simplement mis tout votre organisme sur le pied de guerre…

En même temps, le foie qui est la réserve de glycogène, sort les sucres dans le sang en vue d’un combat (le sucre afflue dans le haut du corps) ou de la fuite (le sucre afflue dans le bas du corps et je prend mes « jambes à mon cou).

En même temps, les hormones sexuelles sont court-circuitées  et la progestérone pour les femmes, la testostérone pour les hommes sont transformées en cortisol d’où, à la longue, une baisse drastique de la libido chez les hommes et des perturbations hormonales chez les femmes à cause des niveaux d’oestrogènes non régulés par la progestérone.

En même temps toutes les secrétions digestives s’arrêtent; elles reprendront plus tard lorsque je serais hors danger.

En même temps, les cellules immunitaires affluent à la peau, globules blancs et plaquettes car je risque fort d’être blessé-e.

En même temps le sang devient plus acide.

En même temps toutes les secrétions intestinales se ralentissent.

En résumé, la montée du cortisol par un stress ou une tasse de café-chocolat-thé noir provoque :

  1. la sortie du glycogène (glucose stocké dans le Foie) qui se déversent dans le sang d’où montée de la glycémie

  2. l’inhibition des enzymes digestives

  3. l’inhibition des hormones sexuelles

  4. la migration du système immunitaire, macrophages et plaquettes vers la peau.

  5. l’acidification du sang

  6. l’appauvrissement de la flore intestinale

Les systèmes de défenses internes sont inutiles et donc mis en veilleuse comme un pays attaqué à ses frontières qui mobilise toutes ses énergies intérieures vers les frontières. Le risque d’être blessé est important et les macrophages et plaquettes sont prêtes à agir. L’heure n’est pas au farniente ni à la digestion donc systèmes hormonal et digestif sont mis en veille

Le problème étant qu’après avoir pris votre café ou votre thé à la fin du repas, vous n’allez ni courir ni vous battre sinon dans votre fauteuil ou votre voiture ou dans votre tête.

Au niveau physiologique , c’est un coût énergétique énorme pour vos organes et votre santé …  et c’est ainsi que vous videz vos surrénales et vos réserves vitales. En médecine énergétique, les reins sont le bastion qui ne doit jamais lâcher, notre capital vital hérité de nos ancêtres, notre puissance créatrice et sexuelle. Quand les réserves surrénaliennes et vitales sont épuisées, c’est l’inflammation qui arrive (le cortisol est un anti inflammatoire naturel) et/ou le Burn-out.

encore un p’tit café ? regardez bien au fond de votre tasse !!

Ce qui recharge les surrénales ?

Tous ce qui vient des océans est bénéfique aux reins-surrénales, à commencer par l’eau de mer. Voir l’article sur le plasma de Quinton. Ainsi que les algues de mer, les légumineuses germées et les produits lacto-fermentés par vos soins, les fruits séchés noirs, rouges, bleus  …

Les surrénales sont de grosses consommatrices de Vitamine C, d’Oméga 3 et de silice. (Voir boutique)

La réglisse (sauf cas d’hypertension) est très bénéfique au système rein ainsi que le ginseng, l’éleuthérocoque, la maca … etc toutes les plantes adaptogènes qui poussent dans des conditions extrêmes de froid, de sécheresse, d’altitude, d’ensoleillement intense nous redonneront cette force vitale ancestrale de résistance aux stress inhérents à la vie.

Fucus micronisé – ses propriétés

Cette algue très répandue brun olive foncé possède des vésicules gazeuses claires qui lui permettent de flotter tout en s’accrochant au substrat à l’aide d’un crampon. Les frondes peuvent atteindre de 20 à 100 cm de long sur 2 cm de large. Cette algue a une forte odeur iodée. on utilise le thalle séché. Le thalle est l’appareil végétatif de l’algue.

Principes actifs : Iode ; polyphénols (activité antibiotique) ; polysaccharides et mucilages (acide alginique, fucoïdine, laminarine, fucanes, fucose, acides uroniques, sucres neutres). Oligo-éléments : cuivre, zinc, sélénium, calcium, magnésium, potassium, sodium, soufre, silicium, fer. Protéines : tous les acides aminés. Vitamines : acide folique, vitamines C et B.

Ses propriétés  : Cette algue favorise une diminution du taux de sucres sanguins. L’iode y est présente en forte quantité et améliore la thyroïde. Le fucus diminue la vitesse de coagulation. Le fucus est un véritable coupe-faim. En bain, Il améliore la circulation sanguine et reminéralise. En utilisation externe, il est idéal pour lutter contre des problèmes de peau et particulièrement le psoriasis. Son efficacité est également prouvée, toujours en utilisation externe, pour traiter la cellulite et atténuer les douleurs liées aux rhumatismes.

Mode d’emploi :

1) pour le bain : verser 25gr de poudre micronisé entre 37° et 39°. Rester un quart d’heure/20 minutes dans ce bain, et sans se rincer prendre un temps de repos de 10mn ou plus.

2) pour l’enveloppement mélanger 200gr de poudre avec 400gr d’eau tiède jusqu’à obtention d’une pâte homogène et lisse. Appliquer sur tout le corps ou sur la zone et recouvrir d’un film plastique puis un peignoir ou un vêtement chaud. durée du soin ; 30mn. Bien rincer. Utiliser en enveloppement le fucus élimine les toxines, lutte contre la cellulite et raffermit la peau. Le fucus permet de lutter contre le vieillissement de la peau.

3) Par voie interne : L‘apport journalier en iode étant limité, il est recommandé de ne pas consommer plus de 250 mg de poudre de fucus par jour sur de longues durées

Poudre (à diluer) : de 100 à 250 mg par jour. – pour lutter contre l’ obésité et les goitres : décoction de 2 g par litre d’eau pendant cinq minutes. Consommer un litre par jour. Cette poudre micronisée est 100 % naturelle