La vitamine D

 La vitamine D est produite dans votre peau sous l’effet du soleil, et plus précisément sous l’action des rayons ultraviolets. Dans les pays du Nord de l’Europe, 80 % de la population souffre d’une carence en vitamine D pendant l’hiver.  Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la régulation du métabolisme phosphocalcique indispensable au bon fonctionnement musculaire, intestinal, neurologique et à la minéralisation des os ; elle est aussi fortement impliquée dans la synthèse de l’insuline par le pancréas. Enfin, elle exerce des fonctions physiologiques de type hormonal sécostéroïde en exerçant de multiples effets sur l’expression des gènes. En effet, la vitamine D influence plus de 3000 gènes dans le corps dont, par exemple, les gènes qui contrôlent la lutte contre les infections, et qui produisent plus de 200 peptides anti-microbiens.

Êtes-vous carenecé en Vitamine D ?

La réponse en six questions :

  • Quel est votre temps d’exposition quotidienne au soleil ?

10 à 30 minutes d’exposition au soleil par jour suffisent à couvrir les besoins en VIT. D.

  • Où habitez-vous ? Le risque est plus grand chez les habitants de l’hémisphère Nord.
  • Quel est votre âge ? À partir de 35 ans, la capacité de la peau à produire de la Vitamine D lors de l’exposition au soleil diminue.
  • Avez-vous une peau claire ou foncée ? Plus la peau est foncée, plus la protection contre les rayons ultraviolets du soleil est efficace et moins de vitamine D sera produite.
  • Êtes-vous en surpoids ? Les besoins en vitamine D sont également proportionnels au poids corporel. Les personnes en surpoids ont davantage besoin de vitamine D.Souffrez-vous d’une maladie chronique ? Malade l’organisme exige davantage de vitamine D                                     

En fonction des derniers développements de la recherche, on peut considérer qu’un adulte vivant dans l’hémisphère Nord devrait prendre un supplément de 2000 à 3000 UI de vitamine D par jour d’octobre à mars et même toute l’année pour les personnes s’exposant peu au soleil.

Les sources et les formes de vitamine D

Sous l’action du soleil, via la peau, l’organisme fabrique du cholécalciférol ou Vitamine D3. La vitamine D provient également de l’alimentation sous deux formes : l’ergocalciférol, ou Vitamine D2, que l’on trouve dans les végétaux, et le cholécalciférol qui provient des produits animaux. On en trouve dans un nombre limité d’aliments : les poissons gras marins, l’huile de foie de morue, le jaune d’œuf, et un peu moins dans les abats, les champignons, la spiruline … Il n’existe aucun moyen de le savoir avec certitude sauf en réalisant une prise de sang afin de mesurer le taux de calcidiol ou 25(OH)D3 qui devrait être supérieur à 50 ng/ml toute l’année, tant chez les enfants que chez les adultes. Votre résultat devrait être autour de 60-80 ng/ml, car cela permet au corps d’avoir un peu de vitamine D en réserve.  Les différentes formes de vitamine D sont transportées et métabolisées au foie en calcidiol ou 25(OH)D3, puis au rein où il prendra sa forme active, le calcitriol ou 1-25(OH)²D3 qui engendre la majorité des effets bénéfiques. Il faut impérativement prendre de la vitamine D3, car la vitamine D2 est un produit de synthèse fabriqué en exposant certaines plantes à des radiations ultraviolettes.

Surdosage                                                                                                                                                                          Face à tous ses bienfaits pour la santé, ses dangers sont limités. Il est impossible de souffrir de surdose de vitamine D naturelle fournit par la seule alimentation. Il faudrait prendre par jour des doses supérieures à 20 fois les apports journaliers recommandés (AJR), autrement dit avaler une douzaine de pilules ou d’ampoules de VIT. D/jour de synthèse, pour observer des effets indésirables.

Les incroyables propriétés de la vitamine D

De récentes recherches ont démontré que la carence en vitamine D joue un rôle majeur dans le développement d’au moins 17 variétés de cancer, des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, de l’hypertension, des maladies auto-immunes, du diabète, de la dépression, des douleurs chroniques, de l’arthrose, de l’ostéoporose, des anomalies congénitales, des maladies parodontales, et la liste n’est pas exhaustive. Ces dernières découvertes nous concernent tous puisqu’à travers le monde au moins 50 % des adultes au-delà de 50 ans souffrent d’un déficit en vitamine D Cette carence affecte aussi une proportion importante de jeunes adultes et des enfants. La vitamine D ne peut plus être considérée comme uniquement nécessaire à la prévention du rachitisme et de l’ostéomalacie. Son rôle préventif de l’ostéoporose et des fractures du col du fémur ( avec le pidolate de calcium) chez le sujet âgé est bien établi.

La vitamine D réduit la mortalité : plusieurs études ont montré qu’une carence en vitamine D augmente la mortalité due au cancer, aux maladies cardio-vasculaires et au diabète de type II, soit les pathologies à l’origine de 70 % des décès des pays civilisés.

La vitamine D et le système immunitaire : la vitamine D joue un rôle immunitaire et protège l’organisme contre les infections. Les gens qui sont déficients en vitamine D souffriront plus fréquemment de rhume et de la grippe durant l’hiver. Outre son action immunostimulante, la vitamine D a aussi une action immunomodulatrice qui explique son action favorable dans les maladies à composante inflammatoire ou auto-immune.

La vitamine D et le cancer : plusieurs chercheurs affirment qu’en plus de contribuer à prévenir plusieurs formes de cancers, la vitamine D pourrait aider aussi les personnes déjà atteintes en ralentissant la progression de la maladie.

La vitamine D et le cœur : Une carence, même modérée, en vitamine D pourrait représenter un risque accru de souffrir de troubles cardiovasculaires. Les personnes en manque de vitamine D présentent deux fois plus de risque de développer un infarctus, une insuffisance cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, comparativement à celles dont les taux de vitamine D sont élevés.

La vitamine D et la mémoire : plusieurs études indiquent que les hommes qui ont les taux les plus bas de vitamine D sont aussi ceux dont les capacités intellectuelles s’amenuisent le plus en vieillissant. Une équipe de chercheurs de l’université de Los Angeles a découvert que la vitamine D et la curcumine, un élément naturel se trouvant dans le curcuma, pourraient se révéler utiles pour prévenir et traiter la maladie d’Alzheimer.

La vitamine D et le tonus musculaire : en plus de son action favorable sur le système ostéo-articulaire, la vitamine D augmente la force musculaire. Une étude récente réalisée en maison de repos chez des séniors supplémentés en vitamine D a montré une réduction de 22 % des chutes parmi les pensionnaires.

Les posologies

Une réglementation européenne totalement inadaptée aux besoins des patients

La nouvelle réglementation européenne autorise la prise de 150 μg de vitamine K2 et de 300 UI de vitamine D par jour. Ces normes sont correctes pour la vitamine K2 mais totalement insuffisante pour la vitamine D. En fonction des derniers développements de la recherche, on peut considérer qu’un adulte vivant dans l’hémisphère Nord devrait prendre un supplément de 2000 UI de vitamine D par jour d’Octobre à Mars et même toute l’année pour les personnes s’exposant peu au soleil.

 

Gélules dosées à 300UI

 résultats < 20 ng/mL : 6 gélules par jour pendant 4 mois puis contrôle sanguin

entre 20 et 30 ng/mL : 4 gélules par jour pendant 4 mois puis contrôle sanguin

entre 30 et 50 ng/mL : 2 gélules par jour pendant 4 mois puis contrôle sanguin

Vit D > 50 ng/mL = uniquement prévention : 1 gélule par jour en entretien

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *