Laitages animaux ou végétaux ?

la misérable existence de nos vaches laitières.

Le lait et le miel ont été des symboles d’abondance, de santé et de vie heureuse. Il n’est plus !

Voici les références d’un reportage d’Erin Janus. http://www.notre-planete.info/actualites/4393-lait-calcium-elevage-souffrance-animale.

« Comme toute femelle, les vaches donnent seulement leur lait lorsqu’elles sont enceintes ou ont un nouveau-né à nourrir. Donc l’industrie insémine et féconde les vaches à partir de 12 mois sans discontinuer, pour qu’elles n’arrêtent jamais de faire du lait. Pour cela, on force la fécondation en extrayant le sperme des bœufs en leur enfonçant un électro éjaculateur dans l’anus pour le forcer à jouir. On insère le sperme collecté dans le vagin de la vache lorsqu’elle est attachée dans ce que l’industrie appelle un « rape rack » compartiment à viol. (…) Et quand la vache met au monde son bébé, il est immédiatement saisi pour

 être mis en isolement dans une cage, parce que s’il restait avec sa maman, il serait bien capable de boire son lait ! Et ça pas question : c’est juste pour nous ! Sachez que l’attraction entre la vache et son veau est très forte. Elle va crier et pleurer pendant plusieurs jours à la recherche de son bébé. Mais on s’en fout… tant qu’on mange du bon fromage. Elle deviendra une machine à lait, comme maman ! Le fait que les vaches laitières soient continuellement inséminées et en gestation toute leur vie pour produire du lait « non-stop » les conduit à la vieillesse prématurée, l’épuisement, les maladies dont les mammites, douloureuses inflammations et infections des mamelles. Ce pourquoi le sang et le pus sont fréquemment retrouvés dans le lait des vaches… il sera donc filtré, mais pas à 100%. En Europe, en Australie et au Canada, la loi autorise jusqu’à 400 000 cellules somatiques (pus) par millilitre de lait de vache, au USA, c’est 750 000 cellules somatiques (pus) par millilitre et au Brésil…un million. Les cellules somatiques sont identiques à ce qui sort d’un gros bouton sur la peau. C’est du pus. ET plus la vache a de bactéries, d’inflammation plus le nombre de cellules somatiques est élevé. Et lorsque notre chère vache est émotionnellement et physiquement trop épuisée pour continuer cette vie, elle s’effondre. On appelle ces vaches (elles finissent toutes comme ça) les lâcheuses (honte à elles). .. Elles sont donc envoyées immédiatement à l’abattoir pour être tuées et transformées en steak haché. Il est commun dans l’industrie, même en bio, que les vaches « tombent » de fatigue après 4 ou 5 ans de production de lait continue au lieu de vivre au moins 20 ans comme elles peuvent le prétendre. Pour les autres, leur production de lait déclinant après 4 ou 5 ans elles finissent à l’abattoir de toutes façons.

Ce qui signifie que l’industrie laitière et l’industrie de la viande sont indissociables puisque chacune des vaches laitière est aussi tuée pour sa viande après avoir été violée, exploitée émotionnellement et physiquement jusqu’à épuisement … » Tout cela pour informer que le lait est aussi rouge de sang et de souffrance que la viande… si ce n’est plus. »

Finalement manger la viande de veau mâle qui ont (peut-être) eu la chance de courir dans le pré quelques mois est moins cruel; il a eu le temps de s’ébattre un peu sous le soleil … peut-être …  et est tué d’un coup. La vache vit 4-5 ans de galère.

Comment peut-on être en bonne santé physique et psychique quand on mange de la souffrance animale ? ou végétale ?

Le mythe du lait et tous ses dérivés pour nos enfants a la peau dure; en fait nous buvons du jus de microbes et de pus stérilisé à 800° (UHT) mais ces déchets morts sont non filtrés et infiltrables !

encore un p’tit verre de lait ou un nuage dans votre café ?

L’humanité n’a jamais consommée les laits animaux; les premiers indices d’élevage de la chèvre et du mouton remontent à 12000ans autant dire hier sur une échelle de temps de plus de 7millions d’années d’apparition des premiers humains.

Les tribus sont alors devenues nomades et consommaient le lait CAILLÉ, le groupe sanguin originel (O) a alors muté et est devenu B en fonction des mutations génétiques et physiologiques qui se sont produites.

Il y a 9000 ans nous apprivoisions le boeuf pour cultiver la terre. L’homme a gagné son pain à la sueur de son front et la femme est partie cuisiner les féculents et les laitages; elle a fait de plus gros bébé et commencé à avoir des problèmes à les mettre au monde. La sédentarisation de l’humanité, la construction de cité, l »architecture, le commerce se sont alors répandu à toute allure avec le développement de la médecine et Hippocrate disait déjà des centaines d’années avant notre ère « Que ton aliment soit ton médicament » signifiant bien par là que nous allions déjà dans le mur.

70 ans d’ère culinaire industrielle et nous voilà tous cancéreux, dégénérés, intoxiqués aux produits chimiques de l’alimentation industrielle ….

Les solutions

Les femmes ont vécues l’aliénation aux fourneaux pendant des siècles, il serait temps de revenir aux valeurs éternelles de la femme nourricière et sacrée, gardienne de la santé de l’humanité et de son évolution spirituelle.

Si simple, et connue depuis la nuit des temps. Les oléagineux sont des sources précieuses de minéraux, oligo-éléments, vitamines, bons acides gras et protéines.

La graine de chanvre et de chia contiennent tous les acides aminés et ont un rapport oméga3-oméga6 en accord parfait avec la nutrition humaine.

Les oléagineux : noix, noisettes, amandes, macadamia, tournesol, sésame, noix de pécan, noix du brésil … nous permettent de réaliser des laits, des smoothies, des sauces, des fromages délicieux.

Ils ne se cuisinent pas mais se crusinent; l’alimentation vivante et crue est une libération de l’aliénation aux fourneaux, à l’alimentation industrielle, à l’exploitation des animaux et de la terre et aux maladies.

Santé globale propose des cours une fois par mois (voir cours et formation.)

Des recettes fabuleuses sont proposées dans l’excellent livre de Marie-Sophie L. « l’instant cru »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *