Commiphora Myrrha variété Molmol

Composition:

– 90% sesquiterpènes dont 71% furanique qui ont une action plus puissante que la morphine.Commiphora myrrha
– 4.5% Cétones.
– 3.5% hydrocarbures.
– 2% Aldéhydes.

Origine géographique

Le balsamier, originaire du nord-est de l’Afrique, notamment de Somalie, est aujourd’hui présent en Ethiopie, en Arabie Saoudite, en Inde, en Iran et en Thaïlande.
Cet arbre produit une résine jaune, épaisse, à l’odeur typique. Cette résine, au contact de la chaleur et de la lumière synthétise une huile essentielle riche en furanosesquiterpènes et en engénol.

Symbolique

Cette huile essentielle fut l’un des trois cadeaux apportés par les Roi mages à Jésus avec l’or et l’encens.
Le caractère sacré de la myrrhe et de l’encens, qui sont issus de la résine d’un arbre, vient de ce qu’elles sont le résultat de la pétrification de la lumière dans la matière. Leur action est tangible tant au niveau de l’esprit (lumière) que du corps (matière). L’arbre puise sa sève au plus profond de la terre et l’élève vers ses branches où elle s’exsude du tronc et rencontre la lumière et la chaleur du soleil ce qui donne naissance à l’huile essentielle, alchimie des 2 principes matière et lumière.

Sur le plan psychique

L’huile essentielle de myrrhe est la thérapeute par excellence qui ramène la lumière dans l’esprit chaque fois qu’il y a eu un choc profond ou traumatisme grave: deuil, accident, perte affective qui déstructure la personnalité, qui ébranle le système nerveux et ouvre la porte aux pathologies  lourdes.
Elle redonne courage, confiance, paix intérieure chaque fois que la personne est confrontée à des situations éprouvantes, des peurs insurmontables, des sentiments de faiblesse et d’impuissance.
On l’utilise avec succès chaque fois qu’une maladie ou une situation grave nécessite la mobilisation du potentiel intérieur pour affronter et traverser.

Sur le plan physique

La mobilisation des forces psychiques va de pair avec la mobilisation du système immunitaire. L’huile essentielle de myrrhe est: immunostimulante, anti-inflammatoire, anti-infectieuse & anti-parasitaire.

Elle protège l’intégrité du corps.

Les glandes endocrines sont les ponts, les voies de communication entre le corps et l’esprit.
La myrrhe stimule en particulier:

L’hypophyse
L’épiphyse
L’hypothalamus
La thyroïde

Ce qui a pour effet d’agir favorablement sur les secrétions hormonales en remontant les taux de progestérone, hormone de la détente et de la confiance en la vie.
Elle régule les cycles menstruels et calme les règles douloureuses.

Au niveau digestif, son action se fait particulièrement sentir sur les intestins. Antispasmodique, carminative, anti-inflammatoire, astringente, elle a un effet positif sur la santé de l’intestin (diarrhée, dysenterie, parasitose).

La peau est en résonance étroite avec la muqueuse intestinale, notre « peau intérieure ». La myrrhe, en application cutanée (en mélange avec une huile végétale, macadamia ou calophylle) cicatrise les plaies même purulentes et les escarres. On l’utilise avec succès sur les verrues, les boutons de fièvre  et l’acné.                       En local, elle débloque les articulations coincées et redonne le mouvement.

En bain de bouche (en mélange avec  clou de girofle: engénia caryophyllata op clous et ‘ajowan: carum capticum + huile de germe de blé. On peut soigner les aphtes, les infections dentaires, l’herpès et les maux de gorge.

Cette précieuse huile essentielle peut-être prise en « cure » chaque fois que l’on se sent éprouvé, désorienté ou en baisse de confiance et d’inspiration.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *