Le Reishi rouge variété Bois de Cerf

A l’origine, c’est un champignon sauvage extrêmement rare, à tel point qu’il était interdit de parler publiquement de ses vertus, car il était réservé aux seuls empereurs. Traditionnellement, il était utilisé en Chine par les moines Taoïstes pour améliorer le Champignon Reishicalme intérieur et les pratiques méditatives et pour avoir une longue vie en bonne santé. Le Reishi est aussi révéré au Japon où il est considéré comme le plus important de tous les polypores japonais.
Ganoderma lucidum, de son nom latin, le reishi se retrouve dans les régions tempérées, subtropicales et tropicales autour du globe, sur les troncs d’arbres morts et les racines près du sol. C’est principalement le fruit du champignon qui est utilisé, mais parfois aussi le mycélium, ses « racines », ou encore ses spores.

Le Reishi fait partie des herbes supérieures qui sont les plus considérées, car on a constaté qu’il prolongeait l’existence, prévenait du vieillissement, augmentait l’Énergie et renforçait tous les systèmes. Le reishi est tenu en très haute estime par la médecine traditionnelle chinoise (MTC) qui le nomme « ling zhi », la plante de l’esprit.
Ce champignon a suscité le plus de recherches scientifiques et celles-ci attestent toutes de la plupart de ses vertus.
L’extrait de Reishi que nous vous proposons est obtenu par extraction et concentration par l’eau chaude selon des techniques très élaborées. Ethnoscience a sélectionné sans compromis la variété la plus recherchée et la plus rare : le Reishi Rouge variété « Bois de Cerf  », dont la production fut mise au point par un botaniste et biologiste renommé, le Dr. Lin Tien Tsai.
Différentes qualités de Reishi sont disponibles et à cause de  sa popularité grandissante, des  produits de basse qualité proviennent maintenant de productions intensives chinoises.

Reishi :  Plante de l’esprit

La relation systèmes nerveux, cardiaque et respiratoire
Le reishi harmonise les fonctions nerveuses, cardiaques et respiratoires qui fonctionnent en étroite relation les unes avec les autres. Son surnom de plante de l’esprit provient de sa capacité à clarifier les pensées et  apaiser l’agitation mentale. La relation entre les sentiments ressentis au niveau du cœur et les représentations de l’esprit est harmonisée, favorisant une compréhension et une expression plus simple et claire de ses besoins et de ses émotions
Le Reishi plante adaptogène a  une action protectrice contre le stress émotionnel, environnemental et biologique. Sa qualité réside principalement dans ses effets harmonisateurs et régulateurs à divers niveaux de l’organisme.

Composition

Le Reishi contient

– des vitamines B incluant l’acide pantothénique essentielle pour les nerfs et les glandes surrénales;
– de la vitamines C et D;
–  du calcium, du fer et du phosphore;
– des polysaccharides à longues chaînes.

Le reishi  agit sur les systèmes  :
1. respiratoire,
2. immunitaire,
3. cardiaque,
4. nerveux
5. sur les fonctions du foie.

Reish et système immunitaire

Reishi rouge ou Lin ZhiLe reishi est un adaptogène, c’est à dire qu’il va réguler les déficiences comme les excès du  système immunitaire . On dit qu’il est immuno-modulateur. En cas d’allergies ou de maladies auto-immunes  cette capacité  est rendue possible par la présence de plus d’une centaine de polysaccharides et de triterpénoïdes contenus dans le reishi.
Ce champignon accroît la production de toutes les cellules immunitaires  : cellules tueuses naturelles, macrophages, immunoglobulines, lymphocytes T … Des études scientifiques, ont démontré ses effets anti-tumoraux  car celui-ci multiplie par 5 à 29 fois les facteurs de nécrose tumorale. Cependant, il convient de consommer le reishi plusieurs semaines d’affilée pour bénéficier de ses effet mais il ne faut pas attendre d’être arrivé à un stade aigü de la maladie. Son action modératrice sur l’immunité est rarement égalée parmi les plantes médicinales.

 

 

Reishi et respiration

Ce champignon est utilisé de longue date pour prévenir le mal de l’altitude car il améliore la respiration cellulaire. Ses effets anti-inflammatoires bénéficient aux asthmatiques et aux personnes souffrant de congestion pulmonaire chronique.

Reishi et surrénales

Les fonctions surrénaliennes sont régularisées peu à peu et le stress est mieux géré.
Au niveau circulatoire, le reishi diminue la tension sanguine. Il a aussi été démontré qu’il réduit les douleurs cardiaques et l’arythmie tout en prévenant l’athérosclérose.

Reishi et métabolismes hépatique et pancréatique

Au niveau du foie, le reishi contribue à régulariser les taux de sucre, de triglycérides et de cholestérol dans le sang. Il protège aussi les cellules des effets néfastes des toxines et radiations.
Améliorant les fonctions hépatiques, il est possible que les médicaments soient éliminés plus rapidement et que cela perturbe les dosages administrés dans les cas les plus sensibles. Il convient de consulter votre médecin si vous craignez que votre médication soit affectée.

Reishi et douleurs articulaires

Anti-inflammatoire léger, il diminue la sensation de douleur et  accélère la régénération osseuse.

Contre-indications

Le reishi inhibe l’agrégation plaquettaire, mais l’incompatibilité  avec la prise d’anti-coagulants n’a pas été démontrée.
Certaines personnes peuvent y être allergiques, mais lorsque nous sommes allergiques aux champignons comestibles nous ne le sommes pas nécessairement  au reishi qui appartient à un règne supérieur de champignons.


Aucune contre-indication majeure ne concerne le reishi, mais de rares personnes éprouvent des inconforts divers  : maux de tête, inconforts digestifs et autres. Ces cas sont isolés et ceci peut être dû à un processus de nettoyage du corps.

Consommer le reishi

Il est bon de consommer le reishi pendant 6 à 8 semaines à raison d’une à deux gélules 2x par jour. Prises que l’on peut répéter plusieurs fois dans la même année si besoin. Il n’y a pas de contre-indication à consommer le reishi toute l’année.
En capsules, le champignon doit être entier et non  altéré . La synergie de l’ensemble est plus puissante que ses parties. Un mycologue de l’université de Neuchâtel, Daniel Job affirme  : « dès que l’on tente d’isoler un principe actif du Reishi, on perd son activité biologique »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *