Articles

Côté équilibre hormonal

HORMONES, OESTROGENES, AROMATASE ET CANCER

HISTOIRE DE NOS HORMONES

LA GRAND-MÈRE DES HORMONES : LA PRÉGNÉNOLONEGrande famille. Illustration de linéaire photo libre de droits

Issue du cholestérol et Mère de la DHEA, elle accroît l’efficacité de la DHEA et se convertit directement en progestérone.

Elle est présente dans les surrénales, les cellules cérébrales et la moelle épinière.

Son mode d’action :

  • elle active les neurorécepteurs stimulants et calmants du cerveau :

c’est un stabilisateur de la mémoire, des émotions et de l’humeur.

  • Elle favorise la résistance aux stress, à la fatigue et à la dépression.

Son mode d’action :

  • elle active les neurorécepteurs stimulants et calmants du cerveau :

c’est un stabilisateur de la mémoire, des émotions et de l’humeur.

  • Elle favorise la résistance aux stress, à la fatigue et à la dépression.

100 fois plus active que toute substance connue pour la mémoire, la concentration et la fatigue mentale, elle module les réactions chimiques, les liaisons protéines-calcium, l’activation des gènes, le renouvellement des protéines et les réactions enzymatiques impliquées dans le stockage et la récupération de la mémoire.

  • Elle module les récepteurs GABA qui favorisent la relaxation, la sédation et le sommeil. Une activité excessive de GABA favorise la lenteur mentale et la dépression.
  • Elle a un effet anti-inflammatoire moins important que la cortisone mais sans effet secondaire.

Sous l’influence du stress, nos glandes surrénales secrètent trop de cortisol, ce qui a un effet négatif sur nos secrétions digestives, hormonales, sur notre système immunitaire ainsi que notre peau

La Prégnénolone vient normalement équilibrer les taux de cortisol ainsi que la DHEA.

Les contre-indications sont les suivantes :

– Cancer de la prostate, du sein ou des ovaires, qui sont des cancers hormonaux dépendants. En effet, la prégnénolone se convertit facilement en androgènes et en oestrogènes.

De même les personnes souffrant de troubles épileptiques car elle a une action anti-GABA.

LA MÈRE DES HORMONES : LA PROGESTERONE

Synthétisée à partir du cholestérol dans le corps jaune ovarien, le placenta, les surrénales et les testicules, la progestérone était anciennement appelée lutéine.

C’est l’hormone du bien-être, de la détente et de l’optimisme. C’est l’hormone des PROJETS.

Grâce à son action, nous pouvons nous PROJETER vers nos objectifs et les réaliser.

En son absence, les taux de cortisol augmentent, les reins s’affaiblissent, le système immunitaire ne fait plus face, les fonctions digestives sont perturbées ainsi que le sommeil. Nous perdons nos racines et nos ailes.

Au maximum pendant la 2ème partie du cycle, elle chute brutalement au bout de 12 jours environ, cette chute provoquant les règles et à partir de 48 ans les symptômes de la pré-ménopause.

Son action sur le corps physique :

  • Elle a une influence positive sur la masse osseuse car elle stimule les ostéoblastes, cellules chargées de la reconstruction osseuse.
  • Elle permet l’implantation de l’ovule, l’alimentation du foetus et la lactation la fertilité et la maternité. Une femme enceinte a, normalement des taux de progestérone très élevées.
  • Elle inhibe les contractions utérines et modère le tonus utérin.
  • Elle est diurétique, anti-dépressive et sédative. C’est l’hormone du bonheur
  • Précurseur des androgènes, des œstrogènes et du cortisol, elle est la MÈRE des hormones et elle restaure également la libido.
  • Elle stabilise les hormones thyroïdiennes, accroît la production d’énergie dans les neurones et prévient le déclin des fonctions cérébrales.
  • Elle régule le taux de sucre dans le sang ainsi que les taux de zinc et de cuivre.
  • Elle protège du cancer de l’endomètre et du sein.
  • Elle favorise l’exploitation des graisses au bénéfice de l’énergie.
  • Elle améliore la respiration cellulaire.

En période de stress, la progestérone est directement convertie en corticostéroïdes, c’est à dire en hormones du stress.

L’insuffisance progestative entraîne une hyperfolliculinie, c’est à dire une augmentation des taux d’œstrogènes.

En période de pré-ménopause et en période de stress, la progestérone est la 1ère hormone qui chute ce qui peut entraîner de la dépression (la progestérone régule les états psychiques), des troubles du sommeil et de l’appétit, de la prise de poids et de la rétention d’eau (elle ne peut plus équilibrer l’action des œstrogènes). La pré-ménopause aggrave tous les symptômes du SPM, celui-ci étant le signe précurseur, à ne pas négliger , d’un dérèglement au niveau de la progestérone.

Les hommes souffrent des mêmes problèmes lorsque, à l’andropause, ils transforment trop leurs androgènes en œstrogènes, à cause de la sédentarité, de l’alcool, d’une alimentation inadaptée ou de stress mal gérés.

Pour synthétiser la progestérone, le corps a besoin :

– du cholestérol,

– des prostaglandines PGE1 et PGE 2 : Oméga 3 et 6

– de zinc, de magnésium, de la vitamine B6 et du bêta-carotène.

On peut aussi apporter la progestérone par des plantes, la plus connue étant le yam mexicain mais il est de toute façon indispensable de s’assurer que le foie reçoit bien toutes les briques dont il a besoin pour fabriquer sa progestérone.

La progestérone de synthèse, comme toutes les molécules de synthèse, chimiquement identiques à la molécule naturelle n’est pas accompagnée de tout ses co-facteurs et de ses co-enzymes qui la modulent, la tempèrent, permettent au corps de l’utiliser en évitant les effets secondaires indésirables.

LES HORMONES DU MASCULIN : LA TESTOSTÉRONE

La testostérone est synthétisée dans les surrénales, les testicules et les ovaires via la prégnénolone, puis la DHEA et la progestérone qui sont ensuite transformées en androsténédione dont la testostérone est issue après action enzymatique.

C’est elle qui donne à l’homme ses caractéristiques mâles :

Raucité de la voix – pilosité – spermatogenèse – développement des muscles et du squelette – augmentation de la masse protéique (anabolisme) et osseuse .

La testostérone fournit une énergie constante et favorise l’endurance.

Elle agit positivement sur la libido.

Elle augmente – le métabolisme basal (métabolisme énergétique du repos) et aérobie.

– le métabolisme du glucose et la sensibilité à l’insuline ( correction de l’intolérance au glucose dans le diabète de type 2 dit diabète gras)

– la myélinisation des gaines des nerfs

– la tonicité de la peau

– l’humidification des muqueuses et des yeux

– le fonctionnement du muscle cardiaque. La testostérone s’accumule 2 fois plus dans le muscle cardiaque que dans les autres muscles.

– la dilatation des artères coronaires d’où réduction de l’arythmie, de l’angine de poitrine et l’athérosclérose, source de claudication intermittente .

– le débit cardiaque et prévient l’infarctus.

– la taille et le nombre des synapses.

– l’adaptabilité et la réponse au stress

– la qualité du sommeil, la mémoire, la bonne humeur et la confiance en soi

Elle réduit la masse grasse abdominale.

Après 40 ans, les taux de testostérone diminuent. Les cellules graisseuses et la graisse apportées par l’alimentation favorisent la production d’AROMATASE, enzyme qui transforme la testostérone en œstrogènes. On parle d’aromatisation. Les risques de cancers hormonaux dépendants (excès d’œstrogènes) sont alors aussi fréquents chez l’homme que chez la femme.

De même, la testostérone est inhibée ou détruite par les anti-androgènes, les stéroïdes anabolisants, certains antidépresseurs, certains antihypertenseurs, l’alcool, la caféine et comme nous l’avons vu les graisses et les œstrogènes.

Un taux bas de testostérone peut favoriser les problèmes de prostate et même le cancer de la prostate et du colon.

Une alimentation comportant des protéines de qualité favorise la production de testostérone.

LES HORMONES DE LA FÉMINITÉ  : LES ŒSTROGÈNES Elles sont synthétisés à partir des androgènes dans les ovaires et les surrénales. Le terme œstrogènes s’applique à un groupe d’hormones:

l’œstrone (3 à 10 % des œstrogènes)

l’œstradiol (7 à 15%) le plus puissant et, en excès, inducteur de cancers.

l’œstriol (80 à 90%) qui s’oppose à la prolifération des cellules

Les œstrogènes sont responsables des formes féminines : poitrine et hanches , de toutes ses rondeurs… C’est l’hormone de la FÉMINITÉ et de la SOCIALITÉ. L’expression de notre identité féminine, physique et sexuelle, passe par les œstrogènes.

Lorsque celle-ci est mal vécue pour des raisons d’environnements, familial ou culturel, d’incestes, verbal ou physique, de dévalorisation … etc, la transformation des androgènes en œstrogènes est compromise voire littéralement inhibée. La femme peut rester « enfant » ou devenir masculine …

Les œstrogènes sont au maximum pendant la 1ère partie du cycle et chutent au moment de la ménopause .

Leur action sur le corps physique :

Ils contribuent à une bonne masse osseuse en facilitant l’absorption intestinale du calcium et en freinant l’action des ostéoclastes, cellules chargées du nettoyage et de la destruction des cellules usées de l’os.

Ils sont excitants du système nerveux contrairement à la progestérone qui a un effet sédatif. Ils sont inhibiteurs de la dopamine et de la sérotonine, neurotransmetteurs inducteurs de bien-être.

Ils permettent la mise en tension du sympathique:

Ils favorisent – les secrétions d’adrénaline et de noradrénaline

– la conversion du glycogène hépatique en glucose

– l’augmentation de la glycémie

– l’augmentation de la sécrétion d’insuline avec risques d’hypoglycémie qui entraînent une envie de sucres ( facteur de prise de poids)

– la diminution des secrétions d’enzymes digestives(constipation)

Les œstrogènes stimulent la division cellulaire surtout des muqueuses, de la peau et des glandes mammaires. Ils maintiennent et développent les organes sexuels féminins et tous les tissus en général, Ils augmentent tous les processus de multiplication cellulaires, d’où les risques de cancers dits hormonaux dépendants s’ils sont en excès .

La rupture d’équilibre entre progestérone et œstrogènes a pour effet d’élever le taux de 2 autres hormones ; – l’aldostérone qui agit sur les tubules rénaux et augmente la réabsorption du sodium ce qui provoque la rétention d’eau (œdèmes)

– la prolactine qui favorise le gonflement et la sensibilité des seins et diminue la synthèse de la dopamine, d’où dépression.

L’excès d’œstrogènes augmente également la perméabilité des capillaires entraînant une fuite de l’eau dans les tissus et une baisse de la pression sanguine (hypotension)

Les symptômes de la dominance d’œstrogènes chez les femmes

Lorsque les niveaux d’œstrogènes sont élevés (dominance d’œstrogène), une femme peut éprouver certains symptômes tels que

Accélération du processus de vieillissement

Allergies

Augmentation de la coagulation du sang

Baisse de la libido

Cancer de la prostate

Cancer de l’endomètre

Cancer de l’utérus

Cancer du sein

Carence en magnésium

Carence en Zinc

Crampes dans les jambes

Désordres auto-immuns tels que le lupus érythémateux et thyroïdite

Dysfonctionnement thyroïdien, imitant l’hypothyroïdie

Dysplasie du col de l’utérus

État dépressif s’accompagnant d’anxiété et d’agitation

Excès de cuivre

Fatigue

Favorise la formation de caillots sanguins (augmentation de risque d’embolie)

Fibromes utérins

Hypoglycémie

Idées confuses

Infections à levures

Insomnie

Irritabilité

Maladie biliaire

Mains et pieds froids dus à un dysfonctionnement de la thyroïde

Maux de tête, migraine

Métabolisme paresseux

Ostéoporose

Perte de mémoire

Perte osseuse de la pré-ménopause

Prise de poids, plus particulièrement au niveau de l’abdomen, des hanches et des cuisses

Puberté précoce

Règles irrégulières et douloureuses

Rétention d’eau, ballonnements

Sautes d’humeur

Sécheresse oculaire

Seins fibro-kystiques

Syndrome pré -menstruel

Stérilité

Symptômes allergiques, dont l’asthme, l’urticaire, les éruptions cutanées et la congestion des sinus

Tension mammaire

Ce sont des symptômes similaires à la ménopause qui ne sont pas dus seulement aux modifications hormonales mais bien plus sûrement à un état toxémique général…

Les femmes qui utilisent des contraceptifs ou des produits contenant des niveaux élevés de phytoestrogènes comme le soja et les produits à base de soja par voie orale peuvent également rencontrer ces problèmes.

Les symptômes de la dominance d’œstrogènes chez les hommes

Les surcharges d’œstrogènes peuvent induire une diminution de la libido, une faible numération des spermatozoïdes, un faible taux de production de testostérone (hormone sexuelle mâle), un sein élargie (gynécomastie) et des petites testicules chez les bébés de sexe masculin.Lazy fat cat dormir sur le lit photo libre de droits


Des niveaux élevés d’œstrogène
s chez les hommes augmentent le risque de cancer de la prostate, agrandissement bénin de la prostate, les crises cardiaques, l’augmentation des risques d’accident vasculaire cérébral, la maladie artérielle périphérique et l’athérosclérose coronarienne.

 

Voir article suivant pour les solutions

Nourrir l’esprit d’automne

Avec  un peu de nostalgie voire de tristesse nous abordons  la saison de l’automne. Le bon sens ancestral des taoïstes nous enseigne qu’il est le règne de l’énergie Métal, c’est à dire l’énergie des montagnes, des roches, des pierres, des gemmes, des minéraux enfouis dans la terre. Et que cette énergie vient nourrir et renforcer nos poumons, notre colon et notre peau. Ainsi nous pouvons manifester les qualités de :  Courage  (ne dit-on pas que les montagnards sont courageux!) – Ouverture –  Droiture – Honnêteté – Innocence, dans le sens que lui donnait K.G.Jung  : « l’innocence, c’est un esprit que rien n’a jamais blessé ». L’esprit du courage  nous accompagne toute notre vie et il en faut pour s’ouvrir au monde  !

Le chagrin perturbe le fonctionnement des poumons et la cascade émotionnelle qui en découle : sentiment de séparation – de solitude – culpabilité – sentiment d’indignité- auto- dévalorisation –  honte et ultimement  désir de disparaître, de mourir, va perturber  par rebond le bon fonctionnement  du gros intestin et de la peau.
Toutes les pathologies de ces organes vont se manifester sur cette base d’un sentiment de séparation, d’abandon, de rejet, d’indignité, de dévalorisation.

Le poumon est l’interface entre nos mondes intérieurs et le monde extérieur ; il est le seul organe qui communique directement avec l’extérieur. Il nous parle aussi de la naissance puisqu »il se met en route ce jour là et il porte la mémoire de nos séparations. C’est sans doute le passage initiatique le plus difficile; Renouer avec le sentiment et la sensation, l’expérience de la connexion intime, de l’unité cellulaire avec soi, l’autre, la Nature, les éléments, les étoiles, le Tout, et cette expérience vécue non pas une fois mais de façon répétée, est profondément guérissante et apaise, guérit le trauma profond inscrit par et au moment de la naissance.
Il nous faut plonger au cœur de nous même et nous aimer… malgré tout et par-dessus tout nous relier à la Conscience plus vaste.

La Lumière blanche, omniprésente à la période d’automne, a la puissance adéquate pour purifier toutes ces chapes de plomb , ces grisailles qui nous écrasent; elle concentre les qualités de toutes les autres fréquences lumineuses.  La lumière blanche ramène un haut niveau vibratoire et une intensité dans nos poumons, notre intestin et notre peau; rafraîchissante, purifiante, vibrante, elle nous redonne le sentiment originel d’innocence, de mérite, de fierté sans orgueil, de légitimité, de conscience originel pure, j’ai envie de dire d’avant le péché, non celui d’Ève et Adam, mais d’avant la croyance  que l’on est quelqu’un de « mal » ou quelqu’un qui a démérité.
La lumière blanche nous parle d’innocence, de notre état originel, c’est à dire sans  souvenir traumatique, comme le nouveau-né qui a tout oublié de ses vies d’avant et recommence une nouvelle vie.
La lumière blanche donne naissance aux montagnes, minéraux, roches, pierres, tout ce qui est blanc, animaux, végétaux, aux poumons, au sinus, au colon et à la peau, à tout le système respiratoire. Vous pouvez capter cette énergie à travers la neige, les nuages, les nuits de pleine lune, en marchant dans les montagnes où l’air est plus vibrant et lumineux et en vous nourrissant d’aliments blancs …  L’air pur qui s’engouffre par nos narines nous remplit d’une énergie vibrante, tonique qui régénère . La montagne est un lieu de refuge, de silence qui nous permet de prendre du recul par rapport à nos vies et nos difficultés. Nous pouvons aussi méditer en haut de notre montagne intérieure pour y retrouver la paix et l’unité.

Notre peau, nos poumons, nos intestins nous parlent de toucher, être en contact, en lien avec, intérieur-extérieur; écoutons les!

L’alimentation de l’automne

La saveur piquante

Le Poumon,  force d’intériorisation et de mentalisation désire la SAVEUR PIQUANTE qui apporte la dispersion et l’extériorisation. Le piquant amène du Yang dans le Yin. Il disperse, provoque la transpiration et l’élimination des toxines par la peau. Si la saveur privilégiée du Poumon est le piquant, en excès le piquant blesse le poumon et le Foie.
La souffrance du Poumon est le retour offensif de l’énergie vers le haut (glaires dans les Poumons). On le soulage alors avec l’ACIDE ou l’AMER. L’acide rassemble, compresse, réchauffe. Il donne une forme plus achevée, plus refermée. Si on veut tonifier le  Poumon, on lui donne de l’acide ; si on veut le disperser on lui donne du piquant.
L’énergie du Poumon est une énergie descendante (Automne). Si elle descend trop, il y a structuration-organisation excessive (GI) au détriment de la créativité.
Si l’énergie remonte de manière excessive, il y a des glaires dans les poumons , bronchite, sinusite, otite …On privilégiera les aliments à saveur piquante et  parfumée.
Les légumes : Les radis noir, blanc, rose, le chou, les crucifères, le cresson, le poireau, l’ail, l’oignon, le gingembre   seront au menu quotidien ainsi que  betterave – céleri – champignon – châtaigne  – courge – chou-fleur – endive  – navet – noix –  potiron – asperge – salsifis – navet – panais –  échalote – céleri – courgette qui viendront tonifier l’énergie Poumon-colon et nous éviteront les affections de l’automne et de l’Hiver.
Les protéines  : toutes les viandes blanches – poulet – dinde – pintade – agneau – veau – poisson
Les condiments : ail – poivre blanc – moutarde – gingembre – camomille – muscade – coriandre – nigelle – galanga
Les oléagineux : bienvenus en toute saisons au petit déjeuner et idéal pour les végétariens, il faut néanmoins prendre la précaution de les prétremper une nuit dans de l’eau afin de les rendre parfaitement digestes. En smoothie ou en lait, mélangés avec des fruits frais et des fruits secs, ils vous assureront un capital santé pour la période froide. amande – noix – noisette – noix du brésil – macadamia – noix de cajou – tournesol – graine de chanvre – graine de chia – olive – avocat …
Les fruits :  tous les fruits d’automne : raisin blanc – poire  – pomme – kiwi – nashi – kaki  – coing…
Tous les fruits et légumes de saison sont bien sûr adaptés.
Les assaisonnements se feront avec un peu plus de sel, de vinaigre lacto-fermentés et de condiments à saveur piquante.
L’automne et l’hiver sont les saisons idéales pour réaliser et consommer des produits lacto-fermentés que l’on pourra faire soi-même ou acheter tout-fait sous forme de jus (jus Breuss), de Kombucha, de légumes lacto-fermentés (choucroute, concombres marinés quelques heures dans le citron et des condiments ou tout autres légumes …)
Autres spécifiques :

– l’huile de nigelle qui soigne toutes les affections pulmonaires, les terrains allergiques et renforcent l’immunité .
– la graine de psyllium blond  répare les intestins poreux et dégradés, équilibre le transit en cas de diarrhée comme de constipation.

Prenons aussi le temps sous notre douche ou dans notre bain de frictionner notre peau délicatement avec un gant de crin ou, mieux encore, des sels de bain alcalins qui vont faire sortir les acides et les toxines accumulés dans le derme.

Ce qui nuit particulièrement à  l’énergie poumon-colon

Les deuils non faits, les séparations, les chagrins non verbalisés, non reconnus, non acceptés. Les culpabilités et les hontes non conscientisées, reconnues et transformées. Également les laitages et les féculents cuits qui, par les colles qu’ils apportent, vont encombrer les voies hautes et se manifester par des mucosités. Celles-ci vont ressortir sous forme de glaires, de mucus par les oreilles, le nez, les poumons et la bouche et encombrer les intestins …

L’hygiène du poumon et du colon

Les lavements au café vert
Voir le protocole expliqué dans la cure Gerson-  Article « comprendre et prendre soin de son corps –  les cures de détoxination ». La cure de sève de bouleau non pasteurisée aussi utile à l’automne qu’au printemps ; en effet le poumon et le colon sont nos émonctoires les plus importants (avec le rein) pour sortir nos poubelles !! Les lavements du nez et des sinus avec un lotta et de l’eau salée : à faire régulièrement pour des sinus performants… Les « respirelles » : petits embouts qui se placent dans les narines pour les écarter et qui potientialisent la respiration. En effet avez-vous remarqué que vous respirer mieux d’une narine que de l’autre ? Très efficace en cas de ronflements, apnée du sommeil et pour un sommeil vraiment réparateur et non sous-oxygéné


Les huiles essentielles, par leur parfum et leur richesse moléculaire, sont les remèdes privilégiés des affections de l’hiver et de l’automne. Le colon étant relié énergétiquement au Poumon, en cas d’affections chroniques ou graves, la voie idéale est celle des suppositoires qui permettront  l’acheminement des molécules en 30 secondes dans les poumons plutôt que la voie digestive où elles sont en partie neutralisées par le foie.
Les massages seront aussi très bénéfiques mais moins rapides.
Le pin sylvestre renforce le poumon et le rein.
Les eucalyptus smithii, radié, staigheriana.
Ces 3 eucalyptus sont  durs sur le problème et doux pour la personne, même pour les enfants.
Le cyprès. : cupressus sempervirens calme la toux, favorise une meilleure circulation du sang, redonne l’intégrité physique et psychique.
Les mélaleucas : Tea tree-Niaouli-cajuputii puissant anti-viraux, anti-bactériens, anti-parasitaires, aident à préserver notre intégrité physique et énergétique.
Le romarin  1,8 cinéol, l’huile essentielle des enfants toujours enrhumés, grippés ou fragiles des bronches, sujets aux colères ou/et à la tristesse.
Le laurier noble : Laurus nobilis est une huile essentielle exceptionnelle pour régénérer le tissu pulmonaire, elle évite la fibrose des tissus cicatriciels et redonne
confiance en soi quand les échecs nous ont brisés et la force intérieure à l’hiver de notre vie. Très bonne huile essentielle contre la grippe.

Les huiles essentielles sont disponibles en boutique. Appelez-nous au 02.32.39.45.85 pour commander.
L’antibiotique naturel incontournable : la propolis – forte en macérat alcoolisée – verte de Baccharis – ou forte en gélules,  est à garder à portée de main tout l’hiver.