Articles

Salon Yoga Festival à Paris – 20 au 23 Octobre 2017

Nous serons présents sur  le stand de Yog’aplomb porte de la Villette au grand salon de Vivez Nature pour y présenter la médecine quantique, les appareils de biorésonnace et le Z Violyne ainsi que nos futures formations en Naturopathie, Aromathérapie holistique et Chi Nei Tsang – développement personnel et de la conscience.

Nous répondrons à vos questions et vous pourrez expérimenter nos appareils, faire un bilan énergétique des organes connaître les points à renforcer ainsi que les carences ou vos taux de métaux lourds.

Entrée gratuite

Côté équilibre hormonal

HORMONES, OESTROGENES, AROMATASE ET CANCER

HISTOIRE DE NOS HORMONES

LA GRAND-MÈRE DES HORMONES : LA PRÉGNÉNOLONEGrande famille. Illustration de linéaire photo libre de droits

Issue du cholestérol et Mère de la DHEA, elle accroît l’efficacité de la DHEA et se convertit directement en progestérone.

Elle est présente dans les surrénales, les cellules cérébrales et la moelle épinière.

Son mode d’action :

  • elle active les neurorécepteurs stimulants et calmants du cerveau :

c’est un stabilisateur de la mémoire, des émotions et de l’humeur.

  • Elle favorise la résistance aux stress, à la fatigue et à la dépression.

Son mode d’action :

  • elle active les neurorécepteurs stimulants et calmants du cerveau :

c’est un stabilisateur de la mémoire, des émotions et de l’humeur.

  • Elle favorise la résistance aux stress, à la fatigue et à la dépression.

100 fois plus active que toute substance connue pour la mémoire, la concentration et la fatigue mentale, elle module les réactions chimiques, les liaisons protéines-calcium, l’activation des gènes, le renouvellement des protéines et les réactions enzymatiques impliquées dans le stockage et la récupération de la mémoire.

  • Elle module les récepteurs GABA qui favorisent la relaxation, la sédation et le sommeil. Une activité excessive de GABA favorise la lenteur mentale et la dépression.
  • Elle a un effet anti-inflammatoire moins important que la cortisone mais sans effet secondaire.

Sous l’influence du stress, nos glandes surrénales secrètent trop de cortisol, ce qui a un effet négatif sur nos secrétions digestives, hormonales, sur notre système immunitaire ainsi que notre peau

La Prégnénolone vient normalement équilibrer les taux de cortisol ainsi que la DHEA.

Les contre-indications sont les suivantes :

– Cancer de la prostate, du sein ou des ovaires, qui sont des cancers hormonaux dépendants. En effet, la prégnénolone se convertit facilement en androgènes et en oestrogènes.

De même les personnes souffrant de troubles épileptiques car elle a une action anti-GABA.

LA MÈRE DES HORMONES : LA PROGESTERONE

Synthétisée à partir du cholestérol dans le corps jaune ovarien, le placenta, les surrénales et les testicules, la progestérone était anciennement appelée lutéine.

C’est l’hormone du bien-être, de la détente et de l’optimisme. C’est l’hormone des PROJETS.

Grâce à son action, nous pouvons nous PROJETER vers nos objectifs et les réaliser.

En son absence, les taux de cortisol augmentent, les reins s’affaiblissent, le système immunitaire ne fait plus face, les fonctions digestives sont perturbées ainsi que le sommeil. Nous perdons nos racines et nos ailes.

Au maximum pendant la 2ème partie du cycle, elle chute brutalement au bout de 12 jours environ, cette chute provoquant les règles et à partir de 48 ans les symptômes de la pré-ménopause.

Son action sur le corps physique :

  • Elle a une influence positive sur la masse osseuse car elle stimule les ostéoblastes, cellules chargées de la reconstruction osseuse.
  • Elle permet l’implantation de l’ovule, l’alimentation du foetus et la lactation la fertilité et la maternité. Une femme enceinte a, normalement des taux de progestérone très élevées.
  • Elle inhibe les contractions utérines et modère le tonus utérin.
  • Elle est diurétique, anti-dépressive et sédative. C’est l’hormone du bonheur
  • Précurseur des androgènes, des œstrogènes et du cortisol, elle est la MÈRE des hormones et elle restaure également la libido.
  • Elle stabilise les hormones thyroïdiennes, accroît la production d’énergie dans les neurones et prévient le déclin des fonctions cérébrales.
  • Elle régule le taux de sucre dans le sang ainsi que les taux de zinc et de cuivre.
  • Elle protège du cancer de l’endomètre et du sein.
  • Elle favorise l’exploitation des graisses au bénéfice de l’énergie.
  • Elle améliore la respiration cellulaire.

En période de stress, la progestérone est directement convertie en corticostéroïdes, c’est à dire en hormones du stress.

L’insuffisance progestative entraîne une hyperfolliculinie, c’est à dire une augmentation des taux d’œstrogènes.

En période de pré-ménopause et en période de stress, la progestérone est la 1ère hormone qui chute ce qui peut entraîner de la dépression (la progestérone régule les états psychiques), des troubles du sommeil et de l’appétit, de la prise de poids et de la rétention d’eau (elle ne peut plus équilibrer l’action des œstrogènes). La pré-ménopause aggrave tous les symptômes du SPM, celui-ci étant le signe précurseur, à ne pas négliger , d’un dérèglement au niveau de la progestérone.

Les hommes souffrent des mêmes problèmes lorsque, à l’andropause, ils transforment trop leurs androgènes en œstrogènes, à cause de la sédentarité, de l’alcool, d’une alimentation inadaptée ou de stress mal gérés.

Pour synthétiser la progestérone, le corps a besoin :

– du cholestérol,

– des prostaglandines PGE1 et PGE 2 : Oméga 3 et 6

– de zinc, de magnésium, de la vitamine B6 et du bêta-carotène.

On peut aussi apporter la progestérone par des plantes, la plus connue étant le yam mexicain mais il est de toute façon indispensable de s’assurer que le foie reçoit bien toutes les briques dont il a besoin pour fabriquer sa progestérone.

La progestérone de synthèse, comme toutes les molécules de synthèse, chimiquement identiques à la molécule naturelle n’est pas accompagnée de tout ses co-facteurs et de ses co-enzymes qui la modulent, la tempèrent, permettent au corps de l’utiliser en évitant les effets secondaires indésirables.

LES HORMONES DU MASCULIN : LA TESTOSTÉRONE

La testostérone est synthétisée dans les surrénales, les testicules et les ovaires via la prégnénolone, puis la DHEA et la progestérone qui sont ensuite transformées en androsténédione dont la testostérone est issue après action enzymatique.

C’est elle qui donne à l’homme ses caractéristiques mâles :

Raucité de la voix – pilosité – spermatogenèse – développement des muscles et du squelette – augmentation de la masse protéique (anabolisme) et osseuse .

La testostérone fournit une énergie constante et favorise l’endurance.

Elle agit positivement sur la libido.

Elle augmente – le métabolisme basal (métabolisme énergétique du repos) et aérobie.

– le métabolisme du glucose et la sensibilité à l’insuline ( correction de l’intolérance au glucose dans le diabète de type 2 dit diabète gras)

– la myélinisation des gaines des nerfs

– la tonicité de la peau

– l’humidification des muqueuses et des yeux

– le fonctionnement du muscle cardiaque. La testostérone s’accumule 2 fois plus dans le muscle cardiaque que dans les autres muscles.

– la dilatation des artères coronaires d’où réduction de l’arythmie, de l’angine de poitrine et l’athérosclérose, source de claudication intermittente .

– le débit cardiaque et prévient l’infarctus.

– la taille et le nombre des synapses.

– l’adaptabilité et la réponse au stress

– la qualité du sommeil, la mémoire, la bonne humeur et la confiance en soi

Elle réduit la masse grasse abdominale.

Après 40 ans, les taux de testostérone diminuent. Les cellules graisseuses et la graisse apportées par l’alimentation favorisent la production d’AROMATASE, enzyme qui transforme la testostérone en œstrogènes. On parle d’aromatisation. Les risques de cancers hormonaux dépendants (excès d’œstrogènes) sont alors aussi fréquents chez l’homme que chez la femme.

De même, la testostérone est inhibée ou détruite par les anti-androgènes, les stéroïdes anabolisants, certains antidépresseurs, certains antihypertenseurs, l’alcool, la caféine et comme nous l’avons vu les graisses et les œstrogènes.

Un taux bas de testostérone peut favoriser les problèmes de prostate et même le cancer de la prostate et du colon.

Une alimentation comportant des protéines de qualité favorise la production de testostérone.

LES HORMONES DE LA FÉMINITÉ  : LES ŒSTROGÈNES Elles sont synthétisés à partir des androgènes dans les ovaires et les surrénales. Le terme œstrogènes s’applique à un groupe d’hormones:

l’œstrone (3 à 10 % des œstrogènes)

l’œstradiol (7 à 15%) le plus puissant et, en excès, inducteur de cancers.

l’œstriol (80 à 90%) qui s’oppose à la prolifération des cellules

Les œstrogènes sont responsables des formes féminines : poitrine et hanches , de toutes ses rondeurs… C’est l’hormone de la FÉMINITÉ et de la SOCIALITÉ. L’expression de notre identité féminine, physique et sexuelle, passe par les œstrogènes.

Lorsque celle-ci est mal vécue pour des raisons d’environnements, familial ou culturel, d’incestes, verbal ou physique, de dévalorisation … etc, la transformation des androgènes en œstrogènes est compromise voire littéralement inhibée. La femme peut rester « enfant » ou devenir masculine …

Les œstrogènes sont au maximum pendant la 1ère partie du cycle et chutent au moment de la ménopause .

Leur action sur le corps physique :

Ils contribuent à une bonne masse osseuse en facilitant l’absorption intestinale du calcium et en freinant l’action des ostéoclastes, cellules chargées du nettoyage et de la destruction des cellules usées de l’os.

Ils sont excitants du système nerveux contrairement à la progestérone qui a un effet sédatif. Ils sont inhibiteurs de la dopamine et de la sérotonine, neurotransmetteurs inducteurs de bien-être.

Ils permettent la mise en tension du sympathique:

Ils favorisent – les secrétions d’adrénaline et de noradrénaline

– la conversion du glycogène hépatique en glucose

– l’augmentation de la glycémie

– l’augmentation de la sécrétion d’insuline avec risques d’hypoglycémie qui entraînent une envie de sucres ( facteur de prise de poids)

– la diminution des secrétions d’enzymes digestives(constipation)

Les œstrogènes stimulent la division cellulaire surtout des muqueuses, de la peau et des glandes mammaires. Ils maintiennent et développent les organes sexuels féminins et tous les tissus en général, Ils augmentent tous les processus de multiplication cellulaires, d’où les risques de cancers dits hormonaux dépendants s’ils sont en excès .

La rupture d’équilibre entre progestérone et œstrogènes a pour effet d’élever le taux de 2 autres hormones ; – l’aldostérone qui agit sur les tubules rénaux et augmente la réabsorption du sodium ce qui provoque la rétention d’eau (œdèmes)

– la prolactine qui favorise le gonflement et la sensibilité des seins et diminue la synthèse de la dopamine, d’où dépression.

L’excès d’œstrogènes augmente également la perméabilité des capillaires entraînant une fuite de l’eau dans les tissus et une baisse de la pression sanguine (hypotension)

Les symptômes de la dominance d’œstrogènes chez les femmes

Lorsque les niveaux d’œstrogènes sont élevés (dominance d’œstrogène), une femme peut éprouver certains symptômes tels que

Accélération du processus de vieillissement

Allergies

Augmentation de la coagulation du sang

Baisse de la libido

Cancer de la prostate

Cancer de l’endomètre

Cancer de l’utérus

Cancer du sein

Carence en magnésium

Carence en Zinc

Crampes dans les jambes

Désordres auto-immuns tels que le lupus érythémateux et thyroïdite

Dysfonctionnement thyroïdien, imitant l’hypothyroïdie

Dysplasie du col de l’utérus

État dépressif s’accompagnant d’anxiété et d’agitation

Excès de cuivre

Fatigue

Favorise la formation de caillots sanguins (augmentation de risque d’embolie)

Fibromes utérins

Hypoglycémie

Idées confuses

Infections à levures

Insomnie

Irritabilité

Maladie biliaire

Mains et pieds froids dus à un dysfonctionnement de la thyroïde

Maux de tête, migraine

Métabolisme paresseux

Ostéoporose

Perte de mémoire

Perte osseuse de la pré-ménopause

Prise de poids, plus particulièrement au niveau de l’abdomen, des hanches et des cuisses

Puberté précoce

Règles irrégulières et douloureuses

Rétention d’eau, ballonnements

Sautes d’humeur

Sécheresse oculaire

Seins fibro-kystiques

Syndrome pré -menstruel

Stérilité

Symptômes allergiques, dont l’asthme, l’urticaire, les éruptions cutanées et la congestion des sinus

Tension mammaire

Ce sont des symptômes similaires à la ménopause qui ne sont pas dus seulement aux modifications hormonales mais bien plus sûrement à un état toxémique général…

Les femmes qui utilisent des contraceptifs ou des produits contenant des niveaux élevés de phytoestrogènes comme le soja et les produits à base de soja par voie orale peuvent également rencontrer ces problèmes.

Les symptômes de la dominance d’œstrogènes chez les hommes

Les surcharges d’œstrogènes peuvent induire une diminution de la libido, une faible numération des spermatozoïdes, un faible taux de production de testostérone (hormone sexuelle mâle), un sein élargie (gynécomastie) et des petites testicules chez les bébés de sexe masculin.Lazy fat cat dormir sur le lit photo libre de droits


Des niveaux élevés d’œstrogène
s chez les hommes augmentent le risque de cancer de la prostate, agrandissement bénin de la prostate, les crises cardiaques, l’augmentation des risques d’accident vasculaire cérébral, la maladie artérielle périphérique et l’athérosclérose coronarienne.

 

Voir article suivant pour les solutions

La santé des intestins en naturopathie : une approche globale

La santé intestinale est une clef majeure de la santé globale, cela est aujourd’hui bien reconnu. L’atrophie intestinale est une cause majeure dans toutes les pathologies aigus ou chroniques quelles qu’elles soient.ventre-intestin

Les quatre piliers de la santé digestive

1. L’alimentation adaptée à nos capacités ou nos compétences digestives déterminées en partie par notre groupe sanguin

La méconnaissance ou le non-respect de notre physiologie conduit à la « dysbiose intestinale ». Celle-ci est un état de dysfonctionnement totale de la capacité d’assimilation et d’élimination de notre intestin. Dans le grêle s’opère un tri sélectif des nutriments en adéquation avec l’activité anticipée. Un intestin d’informaticien assis toute la journée ne sélectionne pas les mêmes nutriments qu’un intestin de sportif de haut niveau. Ils n’éliminent pas non plus les même choses.
En médecine énergétique, l’intestin grêle est en relation avec notre Coeur ; nous assimilons en vue de l’action choisie et désirée par notre coeur. Lorsque le coeur pulse le sang artériel, il envoie l’information de l’action désirée via le sang et les globules rouges à nos milliards de cellules.
Le retour veineux va nous donner l’information retour du vécu au niveau cellulaire. Si le vécu n’est pas en accord avec le désir,  la circulation retour sera chargé et problématique.

2. La présence de bactéries symbiotiques et de neurotransmetteurs dans l’intestin.

Notre intestin abrite 10 fois plus de bactéries que nous n’avons de cellules dans le corps. Celles-ci vont permettre une véritable émulsion et micronisation de tous les nutriments apportés par le bol alimentaire et préparer le « repas » de nos cellules.
On sait également qu’il y a plus de 200 espèces de bactéries , qu’elles sont indispensables à la maturation de notre système immunitaire et qu’elles interagissent avec notre cerveau ; les bactéries résidentes intestinales peuvent produire des substances actives sur le cerveau. Notre tube digestif contient 100 millions de neurones c’est-a-dire autant que la moelle épinière. Il produit au moins 20 neurotransmetteurs,  les mêmes que ceux du cerveau. il recèle 70 à 80% de nos cellules immunitaires et assure ainsi l’essentiel de nos défenses immunitaires.
Les traitements antibiotiques et chimiques provoquent  un déficit des bactéries bénéfiques et activent la présence de bactéries pathogènes, comme Candida albicans.

3. Les compétences de nos émonctoires

Notre corps est une vaste entreprise complexe de fabrication et de nettoyage  exceptionnellement performante grâce à nos 5 émonctoires (6 chez la femme) : Foie-Rein-Poumon-Gros intestin- peau et règles permettent à notre corps de garder son homéostasie, c’est à dire tous ses paramètres stables (PH, sucre sanguin, cholestérol …)  L’incapacité physiologique à digérer certains types d’aliments et/ou la fatigue des émonctoires vont générer des quantités de déchets circulant dans le sang, la lymphe ou se déposant dans les tissus, les articulations … . Les innombrables microbes infestent alors notre système digestif nous intoxiquant en permanence et créant un état d’empoisonnement chronique des tissus et du sang. Ces déchets peuvent être des acides ; en ce cas le corps les neutralisent grâce à ses minéraux. Par exemple la consommation de laitages ou de viande de porc génère des déchets de type acide sulfurique qui sont neutralisés par notre minéral le plus puissant : le calcium. Il y a alors un déchet neutre, le calcium sulfurique, qui doit être éliminé. Le sucre blanc est la substance la plus acidifiante et déminéralisante pour l’organisme ; il brûle la flore intestinale et force le corps à précipiter ses minéraux.
Ces déchets peuvent être de type « colles » et vont venir engluer notre intestin, notre lymphe, notre peau, nos 5 organes des sens, notre cuir chevelu …
Si tous les émonctoires sont surchargés, ces déchets sont temporairement stockés dans les articulations, dans les « poches » du corps : utérus, poumon, sinus, gorge… , ils peuvent provoquer un état inflammatoire  chronique et une perturbation du système immunitaire qui les prend pour des corps étrangers. Ils peuvent forcer le corps également à les diluer dans l’eau et nous faisons alors de l’oedème. Le lien avec les maladies auto-immunes apparaît comme une évidence dans une approche globale de la santé. Les gros sont souvent des corps qui n’éliminent plus et enrobent dans la graisse ou diluent leurs déchets dans l’eau ; les maigres sont souvent des terrains déminéralisés par hyper-acidification.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

PRENDRE SOIN DE SON INTESTIN

1) L’ALIMENTATION

Notre système digestif est un copié-collé du système digestif des grands singes qui sont frugivores et non carnivores. Le B.A  BA d’une alimentation source de santé :
1. Une cuisine à partir de produits frais de qualité.crudités
2.  prendre ses repas dans le calme avec une mastication aussi complète que possible.
3. Supprimer les produits laitiers et les céréales glutineuses et amidonnées, ou  tout autre aliment sujet à une intolérance individuelle.
4. Préparer les aliments sans les détruire : micro-onde, cuisson dans le plastique, à haute pression rendent nos aliments morts et impropres à nous nourrir .
5. Manger quotidiennement des aliments riches en enzymes et en lacto-ferments comme la choucroute crue, le miso, les crudités marinés quelques heures dans le citron ou pressé avec un peu de sel pour les attendrir, les graines germées, les algues de mer, le pollen frais …
6. 80 % de fruits et légumes frais à chaque repas sous forme de jus, de smoothies ou en marinades, crudités, cuisson rapide (wok)…
7. Diminuer la part de viande et charcuterie qui génèrent beaucoup de déchets toxiques.
8. Privilégier les protéines végétales : oléagineux – graines germées – graine ou farine de chanvre (40 % de protéines complètes) – graines de chia  – les algues de mer – la spiruline – les champignons – les légumes sauvages – les lentilles germées ( et non cuites)….
9. L’alimentation vivante (sans cuisson) est une alimentation riche en saveurs, haute en couleur et en accord parfait avec notre physiologie.
10. Éviter les aliments pro-inflammatoire : le sucre blanc – les laitages – la viande rouge – la caféine – le gluten – les farines blanches – les boissons et préparations industrielles –
11. Consommer régulièrement les meilleurs aliments anti-inflammatoires : l’avocat – l’ail – le gingembre frais – le curcuma frais – la betterave – l’asperge – les aliments riches en oméga 3 : huile de chanvre, huile de noix, huile de cameline …
12.  QUE TON ALIMENT SOIT SOURCE DE SANTÉ

2) LA PHYTOTHÉRAPIE

Le Psyllium blond au secours de l’intestin.
La richesse  exceptionnelle du psyllium blond en fibres lui permet de restaurer un fonctionnement normal du côlon.Phytothérapie
Il améliore le péristaltisme.
Il régularise la fréquence et la qualité de selles.
Il apporte  les bactéries bienfaitrices à la flore intestinale.
Le psyllium contient 15 fois plus de fibres que le son d’avoine. Il apporte les fibres végétales dont  notre alimentation est déficiente.
Il est sans gluten et sans lactose.
Il est riche en mucilages végétaux, principe actif du psyllium,  qui se trouve  dans le tégument de l’enveloppe.
« Les mucilages sont des fibres  qui gonflent au contact de l’eau et  ont des propriétés épaississantes, adhésives et adoucissantes. Les mucilages  du psyllium contiennent 70% de fibres solubles qui se transforment en une masse douce et gélatineuse qui va agir comme une éponge, entraînant avec elle les substances toxiques. »
Les déchets, les toxines, les métaux lourds et les substances chimiques sont littéralement absorbés par les mucilages du psyllium ainsi l’intestin est complètement assaini.
Contrairement aux laxatifs chimiques, le mucilage du psyllium n’est pas irritant car il enveloppe l’estomac et le gros intestin.
Le psyllium blond va réguler l’intestin, en cas de constipation comme de diarrhée. Il est idéal pour les personnes âgées.
Sur les problèmes de diarrhées ou de dysenterie, grâce à son action mécanique. Les diarrhées causées par la prise de médicaments ou par présence de bactéries, peuvent être résolus. Mon poids et moi !
Lorsque le transit fonctionne bien, le corps se débarrasse aussi des matières fécales non éliminées, ce qui contribue à la perte de poids.  On  prend une cuillère à café  ou 1 cuillère à soupe une heure avant le repas dans un grand verre d’eau dans lequel on le laisse gonfler au minimum 10mn,

Cholestérol et cardio

Il a été confirmé par l’OMS que  le  psyllium est bénéfique en cas d’ l’hypercholestérolémie et peut réduire  les risques de maladies cardio-vasculaires.  Pris  quotidiennement à partir de 5 g par jour, le psyllium contribue à diminuer le taux de cholestérol total et à équilibrer HDL et LDL ainsi que les triglycérides pour les personnes qui ne sont pas atteintes sévèrement. De même pour les maladies cardiovasculaires et l’hypertension, les personnes bénéficieront d’un apport de 10g/ jour. Le psyllium est bien toléré par tous et ne présente pas d’effets secondaires indésirables.

Autres bienfaits du  psyllium

Diabète de type 2 :  à raison de 5g de psyllium par jour , on peut normaliser le taux de lipides dans le sang et à faire baisser la glycémie. L’index glycémique diminue car le psyllium modifie la structure, la texture et la viscosité des aliments dans l’intestin.
Candidoses :  Les matières fécales qui stationnent trop longtemps dans le côlon sont le terrain idéal pour le développement de Candida et de levures. Pour survivre dans le côlon, les levures produisent des toxines qui peuvent causer des réactions allergiques. Le psyllium empêche que les déchets métaboliques des levures ne soient ré-absorbés par l’organisme.

Son utilisation

Ce sont les graines du psyllium et leur enveloppe que l’on consomme. I faut faire tremper les graines  ou la poudre  dans l’eau tiède pendant 20 minutes avant de les consommer,
Il est beaucoup plus aisé de l’utiliser dans la cuisine et de le travailler comme un aliment ; ainsi on pourra le mettre comme épaississant dans les potages mais après cuisson des légumes ; le psyllium ne doit pas être cuit.
On pourra l’utiliser comme épaississant dans les sauces, les smoothies, les desserts, les gâteaux, les  tartes, les nappages. Sa texture peut être très ferme ou bien très souple suivant la quantité d’eau ajoutée. Il n’a aucun goût particulier et ne modifiera donc pas votre préparation de base.
On l’utilisera en secours quand la préparation prévue est trop liquide…

RECETTE

Smoothie au psylliumSmoothie du matin :
une pomme ou une poire ou des fraises,  ou tout autre fruit de saison à votre goût
une poignée de noix de cajou ou d’amandes prétrempées et épluchées
une petite poignée de baies goji ou dattes
une cuillère à soupe rase de psyllium
3 tasses d’eau tiède
mixer le tout.  Attendre un peu que le mélange prenne la consistance souhaitée et déguster après avoir  ajouté quelques noisettes hachées.

 

 

3) L’AROMATHÉRAPIE

Les huiles essentielles au secours de votre intestin

Le clou de girofle ou eugénia caryophyllata op clous.

Par son action équilibrante, le clou de girofle tonifie les reins et remet les pieds à la terre. Tonique – anti-inflammatoire – antiinfectieux – anti-putride – antibacterien – antiviral – antifongique – anti-parasitaire, il a un champ très large d’action sur le plan :  pulmonaire, vasculaire, intestinale, gynécologique, digestif et cutané et sur  tous les déséquilibres de la flore intestinale : il est bifidogène et  nettoie les intestins …
C’est une huile essentielle majeure  protectrice, chaude, sécurisante qui libère des peurs, du jugements des autres, qui permet la maîtrise de soi et de s’exprimer. Pour toutes les personnes timides, refoulées, dans l’auto-dépréciation, les colères enfouies, les échecs et les psychoses.

La menthe poivrée ou Mentha pipereta vulgaris sb menthol

Elle facilite l’ensemble des réactions métaboliques au niveau des cellules hépatiques.
Efficace contre toutes les agressions toxiques :  médicamenteuses, virales, alimentaires, on l’utilise efficacement pour les hépatites, les suites de traitements antibiotiques, les intoxications alimentaires.
Elle lutte contre le manque d’appétit, les flatulences, les ballonnements, le mal des transports.
C’est une grande essence dépurative du foie à laquelle on peut ajouter des composés soufrés qui facilitent le nettoyage des protéines.
La Menthe poivrée est une essence froide et mentale. Elle stimule les fonctions cérébrales de type cerveau gauche et est très utile en période d’examen, pour lutter contre le trac, la timidité, l’envahissement des émotions, le manque de confiance en soi et l’introversion. C’est l’essence de la vivacité d’esprit, de l’ingéniosité, du dynamisme.
Pour la même raison, on évitera d’en donner aux personnes trop mentales et trop extraverties.  La Menthe poivrée contient de 20 à 30% de cétones et est déconseillée chez les enfants (les cétones sont neurotoxiques et épileptisants). On l’utilisera en petite quantité, 5% maximum, avec des essences hépato-protectrices : romarin 1,8 cinéole, citrus limonum op zeste. Chez l’adulte, on ne dépasse pas les 15%.

La cannelle feuille  ou Cinnamomum zeylanicum op feuilles.cannelle

La cannelle est réchauffante et redonne du coeur au ventre et confiance en soi.
La cannelle feuille augmente les taux d’Iga dans l’intestin et remédie aux lenteurs et lourdeurs digestives.
La muscade ou Myristica fragrans.
La meilleure huile essentielle de l’intestin grêle.
Tonique digestif, elle met fin aux putréfactions intestinales, aux putréfactions mentales, à la mélancolie, aux sentiments de pertes affectives, d’abandon, de trahison.
Chaque fois que l’on plonge dans la nuit noire de l’âme, elle nous aide à retrouver le chemin vers la lumière du Coeur et de l’Amour.

L’origan compact ou Origanum compactum à carvacrol

il restructure l’intestin et donc l’identité profonde. Efficace dans toutes les pathologies virales et bactériennes :  intestin – poumon – peau –  ORL – digestion.
Riche en phénols, toujours utilisé en aigu, l’origan à carvacrol enracine, redonne le sens du territoire et le sens d’exister, il permet l’affirmation de soi.

Ces 5 huiles essentielles contribuent à assainir notre intestin, à le nettoyer et à redonner confiance en soi et joie de vivre.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

5) AUTRES MÉTHODES

L’hydrothérapie du colon – les lavements au café – le drainage régulier de tous les émonctoires par la sève de bouleau (drainante mais non déminéralisante) – la prise  de tisanes ou mieux encore de macérats aqueux de plantes amères : centaurée, gentiane … qui précipitent les acides.

Prendre soin de ses intestins

c’est aussi nous donner la chance de digérer nos souffrances de séparation, nos tristesses, notre sous-estime et nos dépressions engendrés par les épreuves de la vie ; c’est nous permettre de rebondir et de faire de nos difficultés notre richesse unique.
Le Tao nous apprend que  le colon est relié au poumon, lui même en lien avec nos mémoires de naissance, de séparation, de chagrin et avec les qualités de courage et d’ouverture.
L’intestin grêle est relié au coeur et est le siège de la compréhension, de l’assimilation de notre vécu pour venir nourrir et informer toutes nos cellules et tout notre être et le transformer en richesses, en expériences nourrissantes pour développer un coeur aimant. Le feu du coeur et de l’intestin grêle peuvent nous aider à « alchimiser » toutes nos émotions et nos expériences les plus difficiles et les plus lourdes. Nos intestins sont nos alliés. Notre corps est notre meilleur ami sur le chemin de la vie, ne le traitons pas avec mépris et ignorance.