Articles

Smoothies verts : des jus pour la vie

Pour tous ceux qui ont des problèmes avec le sucre.

Le sucre pose différents problèmes au niveau digestif, c’est un acide acidifiant qui perturbe l’écosystème intestinal, épuise le pancréas, acidifie le sang, rend addicte et est la drogue dure des enfants.
Les fruits frais, séchés et les smoothies verts sont des alternatives parfaites.

Les légumes peuvent être classés en trois catégories : fruits, légumes, verdures.
En effet les verdures sont différentes car elles ne contiennent pas d’amidons, contrairement à la plupart des fruits et des légumes. La différence est de taille entre feuilles vertes et légumes proprement dits même s’ils sont souvent cueillis sur la même plante. En règle générale, les verdures sont les feuilles attachées à la tige et peuvent être roulées autour d’un doigt (sauf certaines comme les feuilles du cactus Nopal ou le céleri). La simple couleur verte n’est pas indicatrice que vous êtes en train de consommer une verdure ; en effet les pommes vertes ou les poivrons verts sont simplement des fruits non mûris et qui contiennent donc des inhibiteurs d’enzymes. Ceux-ci, comme leur nom le suggère, ralentissent l’action de nos enzymes digestives et peuvent causer des irritations de l’intestin et une mal-assimilation. Un fruit non mûr a une teneur en amidon plus élevée et moins de fructose, ce qui le rend plus difficile à digérer.

Les verdures quant à elles contiennent une quantité de fibres qui ont pour action de ralentir l’absorption du sucre du fruit ce qui en fait un aliment  parfait et sans risque  pour les gens à haute sensibilité au sucre : les diabétiques, ceux qui souffrent de candidose ou ceux qui sont sujet à l’hypoglycémie.  Elles sont riches en chlorophylle qui est de l’hémoglobine végétale.  Elles contiennent l’énergie rayonnante du soleil et sont nourries de la puissance magnétique de la terre. Elles nettoient tout l’organisme et le nourrissent des éléments essentiels à la vie.

Recette délice de verdure

– une grosse poignée de persilJus de branche de célerie

– quelques têtes d’ortie

– un fenouil

– une petite courgette ou un concombre

– un quart de citron non épluché

– passer le tout à l’extracteur

– régalez vous et faites vibrer vos cellules de soleil dès le petit déjeuner

Si vous avez la chance d’avoir un jardin, n’hésitez pas à glaner vos plantes fraîches, c’est l’idéal.

Les mariages heureux et les mariages malheureux 

Le Dr Herbert Shelton qui a écrit le premier livre sur les combinaisons alimentaires explique que les aliments amidonnés doivent être mangés seuls parce que les amidons sont digérés avec des enzymes différentes de celles qui sont utilisées pour tous les autres groupes d’aliments. Combiner des aliments amidonnés et plus encore des amidons cuits (pain-riz-pâte-pomme de terre) qui sont littéralement des colles, avec des fruits, cause des fermentations et des gazs, épuisent le pancréas et provoque des putréfactions dans les intestins. Le Dr Shelton, pionnier en matière de combinaisons alimentaires a découvert que les végétaux verts combinés avec n’importe quel groupe d’aliments donne de très bons résultats et peut même aider à résoudre des problèmes de santé.
Le Dr Ann Wigmore, pionnière de l’alimentation crue aux États-Unis, a aussi enseigné  que les feuilles vertes sont les seuls aliments qui peuvent être combinés avec n’importe quel autre groupe d’aliments sans effet négatif mais que le mélange fruits et légumes amidonnés était nocif.

Légumes amidonnés à ne pas mélanger  aux fruits : carotte, betterave, brocoli, radis Daikon, chou-fleur, chou, choux de Bruxelles, okra, citrouille, courge, potimarron,  petit pois, maïs, haricot vert.

Les fruits les plus riches en amidon : ananas, orange, banane, raisin.

Légumes non amidonnés  utilisables avec des fruits : tomate, concombre, poivron rouge, avocat, céleri, aubergine, courgette et toutes les verdures.

Les fruits peu amidonnés : toutes les baies (index glycémique bas), les pommes, les cerises, les prunes et les pamplemousses.

Tous les petits fruits rouges et noirs : groseilles, cassis,  fraises, framboises,  myrtilles, mûres contiennent peu de fructose, et peuvent être consommés régulièrement. Riches en antioxydants,  ils protègent nos cellules et notre ADN de l’agression des radicaux libres.

Petit déjeuner santé ?

Les jus de fruit,Verre rempli de sucre et en particulier le jus d’orange présent partout au petit déjeuner (mode américaine) et le jus de raisin, sont des bombes à sucre qui font exploser votre sucre sanguin et épuise votre pancréas. Sans parler des méthodes de traitements outranciers que subissent les orangeraies et les vignes qui font de ces fruits un concentré de poisons …
Il est dit que cette forte consommation de jus d’orange est un des facteurs contribuant à l’épidémie d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires et même du cancer de la peau (mélanome malin, mortel à 50 % sur 10 ans).
Le jus d’orange provoque aussi des remontées acides dans l’œsophage. Après un pain au chocolat, du chocolat au lait ou du café, les teneurs en acides explosent dans votre estomac et vous avez alors  des bulles, des gaz et des renvois, qui sont le signe d’une indigestion totale.
Quand votre taux de sucre sanguin monte en flèche, votre pancréas tourne à plein régime pour éponger tout ce sucre,  toute une flore pathogène s’installe et tente de putréfier cette masse indigeste d’amidons et d’acides…Cette mal digestion provoquera fatigue, coup de pompe, idées embrouillées voire émotions envahissantes et idées noires (nos neurotransmetteurs sont fabriqués dans les intestins et notre alimentation modifie la composition de notre flore) …

Le mythe du jus d’orange

Un verre de 200 mL de jus d’orange frais ne contient que 60 mg de vitamine C.
Cela ne représente qu’un dixième de la dose quotidienne dont vous avez besoin. Linus Pauling (spécialiste et pionnier des recherches sur la vitamine C) recommandait de prendre au moins 400 à 1000 mg de vitamine C par jour.
Sachez que boire du jus d’orange sera toujours moins bon pour la santé que de manger une orange, celle-ci contenant plus de fibres qui vont ralentir la vitesse d’absorption du fructose par votre organisme. J’utilise parfois l’orange pour faire de délicieuses sauces ; combinée avec des verdures ou des aliments à fortes charges minérales (voir l’article sur l’équilibre acide-base), elle reprend sa juste place.

Recette de sauce : délice de poivron

  • 1 orange épluchée
  • 1 beau poivron rouge
  •  une poignée de noix de cajou ou des amandes pré trempées une nuitDélice de poivron
  • et épluchées
  • une épice à votre goût : cumin, gingembre, poivre …
  • un peu de sel
  1. Mixer le tout avec de l’eau jusqu’à consistance crémeuse. À utiliser comme sauce pour la salade, les légumes ou tout autre plat.

 

Les aliments riches en vitamine C

Le poivron rouge

Le radis noir

Le persil

Le cassis

baie de goji fraîche

l’acérola

le camu-camu

Teneur en vitamine C pour 100 grammes

180 mg

150 mg

200 mg

200mg

2500 mg

1000 à 2000 mg

2000 à 3000 mg

Le persil est un merveilleux cadeau de la nature. Il est facile à trouver et toute l’année et  contient :

  • 3 fois plus de vitamine C que les oranges
  • 2 fois plus de fer que les épinards
  • de la vitamine A en quantité
  •  des folates
  • du potassium
  • du calcium …

Il est aussi reconnu pour sa capacité à protéger du cancer.

Retrouvez le Jazz Max et Jazz Uno sur notre boutique

Alors n’hésitez plus à  ajouter du persil dans vos salades, mettre un gros  bouquet dans vos smoothies et même en parsemer sur vos plats cuits au moment de servir.
Pour améliorer votre santé, partez à la découverte, sortez des ornières de votre consommation de sucres, de fruits trop sucrés, de féculents cuits et mangez plus de baies, de verdures, de légumes racines et légumes-fruits colorés. Faites vous un petit déjeuner de smoothies verts et fruits ou légumes. Vous aurez là un cocktail détonnant de santé et de vitalité et facile à assimiler.

Pour fabriquer vos smoothies, les meilleurs appareils sur le marché à l’heure actuelle sont les Jazz uno ou max qui tournent seulement à 80 tours minutes et ne chauffent ni n’altèrent la teneur en vitamines, minéraux et oligo-éléments de vos fruits, verdures et légumes. Le Jazz UNO ne fait que les jus et le Jazz MAX permet de confectionner des purées d’oléagineux, des sauces, des crèmes, etc…

Les algues de mer : une alternative à la viande

La vie est apparue dans la mer il y a 3Md 850 millions d’années. Depuis 350 millions d’années nos ancêtres poissons l’ont quittée pour l’aridité de la terre ferme, dans sa nature toute vie reste foncièrement aquatique. Des textes anciens louent les mérites des algues. pour la santé, la longévité et le bonheur depuis plus de quatre mille ans en Chine, mille deux cents ans au Japon, mille ans au Mexique. En Occident notre consommation d’algue est dissimulée sous forme d’extrait raffinés industriels : les gélifiants, les épaississants, les stabilisants, les E400 à 408 de nos glaces, crèmes, confitures, sauce et conserves. Mais cela ne nous apporte que des fibres.

Les algues ont une très haute teneur en enzymes, qui permet, comme les graines germées et les aliments lacto-fermentés, de pallier aux carences de l’alimentation industrielle.

Leur valeur nutritionnelle est très variable:

Valeurs nutrtionnelles des algues
ProtéinesLipidesGlucides
Entre 7,5 et 35,6%0,1 à 0,66,6 à 34%

Les algues nous offrent surtout un apport minéral extraordinaire.

Détails des valeurs nutritionnelles pour plusieurs algues.
WakaméKombuLaitue de merNoriDulse
Calcium (mg/100)1300800730470567
Fer (mg/100)131587236,7
Iode (mg/100)18 à 35193 à 471N/C0,522mg/phosphore
Vitamine A (IU)14043096044,5
Vitamine B12 (μθ)N/C0,36,313 à 2935% minéraux totaux

 

L’AGAR-AGAR

C’est une gélatine naturelle fabriquée à partir de variétés différentes d’algues rouges selon un procédé complexe pendant la période hivernale.
Ces algues sont cuites ensemble jusqu’à ce qu’elles forment une gélatine épaisse qui est ensuite découpée en barres, elles-même séchées sur des lits de paille en plein air et exposées au gel une dizaine de jours.
Cette gélatine sert à faire bonbons, confitures, flans, desserts, gelées …
Sur le plan thérapeutique, l’agar-agar dissout le cholestérol, nettoie l’estomac et les intestins en les aidant à évacuer les résidus. Il traite efficacement la constipation et ne contient ni matière grasse, ni calorie.

LA DULSE – Palmaria Palmata

La Dulse est une algue rouge-rosé qui pousse des thalles de 25 à 40cm.
Elle ressemble à une belle salade rouge et est très abondantes sur les côtes bretonnes.
Elle contient de 12 à 18 % de protéines (autant que les oeufs), 567 mg de calcium par 100grammes et de 28 à 35 % de minéraux : magnésium, potassium, phosphore, fer, iode, vitamines A, B6, B12, E et C.
Très facile à utiliser, hachées dans les crudités, préparées en vinaigrette, mixées et mélangées à vos sauces, elles sont tendres et n’ont pas besoin d’être cuites.

LA KOMBU – Laminaria Digitata

Cette laminaire pousse dans les eaux froides et profondes dans les mers du japon et de Bretagne. Elle pousse d’épaisses lanières plates larges de 5 à 10cm et longues de 5 à 10m. Plus on les cueille au Nord et plus la mer est froide, plus les lanières sont longues et de meilleure qualité.
Séchée, elle devient très coriace d’un brun-vert et couvert d’une « farine » blanche qu’il ne faut surtout pas rincer car c’est du glutamate naturel, le constituant le plus important du Kombu. Le glutamate, exhausteur naturel du goût, est un alginate qui a la propriété d’éliminer le cholestérol, de réguler la pression sanguine et le transit.
De plus, les alginates constituent une barrière naturelle à l’absorption du cadmium et du strontium. Les alginates sont visibles à l’œil nu, c’est la poudre blanche qui se dépose sur l’algue une fois séchée et qu’il ne faut surtout pas rincer. L’extrait de Kombu est utilisée pour drainer tous les métaux lourds.
Sa richesse est surtout en Vitamines B6, B12, calcium : 800mg/100gr, fer 15mg/100gr, Iode : 190 à 471mg/100gr et phosphore : 150mg.
Elle contient 7 % de protéines.
La Kombu, en macrobiotique est le remède Yang par excellence pour améliorer les problèmes d’asthénie, de déminéralisation, d’anémie, de perte de sang, des suites d’opération.
Elle accompagne les repas de tous les gens atteint de maladies dégénératives. A conseiller sans modération.
On la cuisine dans les potages ou crue dans le tartare d’algues.

LA LAITUE DE MER – Ulva lactuca

Si la dulse ressemble à une salade rouge, la laitue de mer ressemble à une laitue ! Ses feuilles extrêmement fines peuvent être très larges ; on la trouve dans le monde entier et elle est consommée depuis très longtemps par tous algue verteles peuples des bords de mer.
Elle contribue à résorber les nitrates qui polluent la mer mais contrairement aux plantes terrestres qui vont se gorger de poisons agricoles, la laitue n’en absorbe qu’une petite quantité mais se multiplie proportionnellement à la teneur en nitrates des eaux marines.
Elle contient jusqu’à ‘à 23 % de protéines (la viande en contient 20%) et 14 % de minéraux : Vitamine A (960 I.U), B2, B6, Niacine, acide folique, calcium (730mg = 7 fois plus que le lait) et fer (70mg) et magnésium, manganèse, soufre, cobalt, phosphore, baryum.
Son action se fera sentir au niveau de la vision, du système immunitaire, de la production d’hormones sexuelles et de l’ADN.
Fraîche, on la hache finement pour l’incorporer aux crudités car elle est plus coriace que la Dulse. Elle se prête à l’élaboration du tartare d’algues, des lacto-fermentés (choucroute), des sauces, des plats de poissons, des omelettes …

LA NORI – Porphyra tenera

Il existe de nombreuses variétés de Nori mais la Porphyra tenera est la plus populaire dans le monde et sert à la confection des sushis.
De culture délicate, elle est aussi la plus chère et ne pousse que dans les mers froides.
Elle est plus riche en protéines (30 à 35%) que les fromages, la viande et le soja et contient les 10 acides aminés en proportion équilibrée.
Sa richesse en minéraux en fait un aliment particulièrement reminéralisant : de 15 à 30 % de vitamine B12, 470mg de calcium, 44IU vitamine A, 510mg de phosphore, de la vitamine B1, B2, B6, Niacine, et acide folique. Tous les oligoélément : magnésium, soufre, silicium elle est l’algue légendaire des cheveux noirs des japonais.
Riche en EPA, taurine et chlorophylle, elle prévient le durcissement des artères et réduit l’hypertension.
Sèche, on l’émiette dans les salades après l’avoir passée au dessus d’une flamme pour la griller légèrement ou bien préparée en sushis, c’est un délice au goût de crevettes.
Fraîche, elle doit être coupée finement car elle est très fibreuses.

LE SPAGHETTI DE MER – Himantalia élongata

cette algue, comme son nom l’indique ressemble à un gros spaghetti vert-olive qui peut mesurer plusieurs mètres de long. Ils recouvrent les rochers et sont visibles à marée basse, on ne cueille que les spaghettis les plus fins, les gros sont trop coriaces.
On peut les associer avec le tartare d’algues ou bien les faire mariner dans une vinaigrette ou mieux une « citronnette ». Certains les préfèrent frits dans une poêle mais la cuisson leur fait perdre de leur valeur minérale.
On peut es utiliser pour ficeler le poisson et les sushis.

LA WAKAMÉ – Undaria Pinnatifida

Cette algue pousse en profondeur, dans les courants froids et peut atteindre 2m de longueur et 70cm de large.
Sa richesse en protéines est de 12 %, autant que les œufs et en minéraux de 18 %.
Vitamine A 140UI, B1, B2, Niacine et vitamine C en font un stimulant de la croissance, des défenses naturelles, de la circulation du sang, de la santé de la peau et des yeux.
Elle contient 13 fois plus de calcium que le lait : 1300mg.
13mg de fer, 260mg de phosphore et de 18 à 35mg d’iode.
Ses propriétés reminéralisantes en font un bonheur pour les femmes enceintes ou qui allaitent, les personnes âgées et tous les déminéralisés-acidifiés à cause de l’alimentation moderne.
Dans la médecine japonaise, on la consomme pour purifier et fortifier le sang et on la donnait aux femmes qui venaient de mettre au monde en soupe additionnée de miso.
Reminéralisante et tonifiante, elle est facile à consommer :
Lavée et trempée quelques minutes dans de l’eau froide, elle peut être consommée crue, dans les salades, dans les tartares ou ajoutée à tous vos plats .

Préparation

Toutes les algues fraîches sont conservées dans le gros sel et peuvent être gardées de 6 mois à un an dans de bonnes conditions au frigo ;toast
Pour les apprêter, on commence par les dessaler en les faisant tremper dans plusieurs bains et en les rinçant abondamment sinon le sel les rend immangeables.
Achetées sèches cette précaution n’est pas utile ; pour la Kombu il ne faut surtout pas laver la poudre blanche pour les raisons expliquées plus haut.
Ensuite, vous les cuisinez ou les crusiner comme bon vous semble.

Voici une recette de tartare d’algues (vous pouvez en créer d’autres) :

  • 200gr d’algues mélangées et coupées en petits morceaux
  • 4 gros cornichons
  • 1cs de câpres
  • 4cs de jus de citron
  • 1cs vinaigre de cidre biologique
  • 2 gousse d’ail
  • 1 échalote
  • du gingembre frais
  • de l’huile d’olive – suffisamment pour pouvoir mixer le tout.

Surtout ne jamais ajouter d’eau qui ferait fermenter rapidement votre tartare.
Se garde 15 jours au frigo. À déguster sur une tranche de pain, des crackers, à l’apéro ou bien à utiliser en base de sauce pour les crudités, les légumes ou le poisson.

Retrouvez ces algues sur notre boutique