Articles

Salon Yoga Festival à Paris – 20 au 23 Octobre 2017

Nous serons présents sur  le stand de Yog’aplomb porte de la Villette au grand salon de Vivez Nature pour y présenter la médecine quantique, les appareils de biorésonnace et le Z Violyne ainsi que nos futures formations en Naturopathie, Aromathérapie holistique et Chi Nei Tsang – développement personnel et de la conscience.

Nous répondrons à vos questions et vous pourrez expérimenter nos appareils, faire un bilan énergétique des organes connaître les points à renforcer ainsi que les carences ou vos taux de métaux lourds.

Entrée gratuite

ALLERGIES OU PROCESSUS DE DÉTOXINATION ?

Les allergies

Allergies respiratoires,  inflammations des muqueuses et de la peau : rhume des foins, allergies diverses au pollen, conjonctivite allergique, rhinite allergique, asthme, eczéma, psoriasis, sont connus depuis Hippocrate mais prennent aujourd’hui une ampleur particulière. Pourtant, les allergies ne sont pas qu’une erreur du système immunitaire, qui déclenche une réaction disproportionnée à un agent extérieur  toléré par les personnes non allergiques.

Les symptômes que nous étiquetons sous le nom d’allergies sont très souvent des réactions physiologiques saines d’ÉLIMINATION d’un organisme engorgé et empoisonné et qui sort ses poubelles !!

Ces symptômes se manifestent parmi les populations des sociétés industrielles modernes qui vivent dans un environnement dégradé et mangent une nourriture dénaturée. En Papouasie Nouvelle Guinée, il a été démontré qu’il y a 40 ans, les populations ne connaissaient ni l’asthme, ni l’eczéma, ni les rhinites allergiques. Sur une même île, la population qui vit « à l’occidental » a développé des allergies, alors que celle vivant de manière plus traditionnelle n’en connaît pas. Différentes études en Papouasie Nouvelle Guinée, sur les Indiens du Canada, sur les natifs du Groenland ou sur les Aborigènes d’Australie  montrent qu’au fur et à mesure que ces populations s’occidentalisent, c’est à dire modifient leur alimentation, les « allergies » augmentent.
Nous avons plus de chances d’être allergiques à des plantes avec lesquelles nous n’avons pas évolué au cours de notre histoire. C’est le cas de l’ « ambroisie », importée en Europe au 19ème siècle et dont le pollen est le plus allergisant : 6 à 12 %.

Pourquoi les allergies ?

L’hyper perméabilité intestinale

La muqueuse intestinale est notre principale frontière entre le monde extérieur et notre milieu intérieur. Elle  a la surface d’un stade de football, est constituée d’une seule couche de cellules en épaisseur et contient de 70 à 80% des cellules immunocompétentes de notre organisme.

Elle fonctionne comme un filtre sélectif. En cas de perméabilité elle fonctionne comme une passoire. Des fragments alimentaires non digérés, des résidus bactériens, des spores de champignons et autres peuvent franchir la frontière et pénétrer notre milieu intérieur et agresser notre organisme. Le système immunitaire, omniprésent aux frontières réagit alors brutalement.

Fragments alimentaires

Ce sont des molécules nouvelles, que nous sommes incapables de digérer, car nous ne possédons pas les enzymes nécessaires pour le faire. (Les enzymes sont des molécules protéiques qui fonctionnent comme des ciseaux spécifiques permettant de couper les grosses molécules en leurs constituants les acides aminés, que nous pouvons absorber).

Les hybrides de blé, permettant d’augmenter le rendement, apparus à fin des années 60,  ont un nombre de chromosomes augmenté de 7 à 21 ou 23 soit  14 à 16 chromosomes de plus. La stérilisation type UHT  modifie la structure chimique du lait et autres liquides, modifiant ainsi leur absorption. Nous parlons là d’intolérance et non d’allergie alimentaire.

L’intolérance alimentaire est l’incapacité à digérer correctement un aliment dont certains fragments trop volumineux « encrassent » l’organisme et provoquent des réactions immunitaires.

L’allergie est une réaction immédiate ou retardée lorsque le sujet qui en souffre est en contact avec l’aliment provocant.

Flore intestinale

La base de notre flore est acquise lors du passage vaginal au cours de l’accouchement. Son maintien dépend de la qualité et diversité de notre alimentation.

Certains OGM modifient le patrimoine génétique de notre flore intestinale.

La prise d’antibiotiques, soit sur prescription soit « cachée » car introduits dans l’alimentation industrielle, fait émerger des souches pathogènes résistantes déclenchant un certain nombre de pathologies.

La prise de molécules modifiant le pH de l’estomac, visant à réduire l’acidité gastrique (très acide afin de fragmenter les aliments et aussi de désinfecter le bol alimentaire), favorise la prolifération de certains germes mais surtout de champignons qui sont très agressifs pour la muqueuse, créant une perméabilité.

Les enzymes digestives permettent de digérer ce qui l’a été incomplètement. Certaines maladies métaboliques comme le diabète s’associent a des déficits enzymatiques. Les gingivopathies chroniques résistantes répondent bien à la prise d’enzymes digestives. Ce sont deux exemples parmi une multitude.

Les Spécifiques : l’apport de peptidases permet de décomposer les fragments alimentaires que nous sommes incapables de digérer.

Les inflammations chroniques diminuent le taux de sulfate d’héparane, des glucides présents dans le milieu extracellulaire et qui provoquent des réactions auto-antigènes et allergiques.

La peau et l’intestin sont les organes immuno-compétents les plus volumineux de l’organisme parce qu’ils comportent dans leurs sécrétions des immuno-globulines qui ont des propriétés anti-bactériennes et neutralisantes pour les virus, à condition qu’il y ait eu allaitement et un toucher intime par la mère.

En effet, le lait maternel transmet à l’enfant :
– des immuno-globulines (IgA –  IgD – IgE – IgG – IgH)
– du lysosyme  qui a la capacité d’attaquer le Streptococcus mutans, bactérie responsable de la carie dentaire, le virus de l’herpès responsable d’infections buccales, oculaires et génitales, ainsi que de nombreux autres virus le facteur bifidus qui facilite la croissance de Lactobacilus bifidus qui tient les bactéries pathogènes au large
– des protéines porteuses qui lient la vitamine B 12, l’acide follique et le fer, empêchant ainsi que les bactéries pathogènes ne s’en nourrissent elles-mêmes.
Par ailleurs, le sein maternel ainsi que le contact avec la peau offrent au bébé une protection immunitaire. En effet, à ce contact, le bébé, en même temps qu’il est colonisé par les germes de sa mère, en reçoit également les anti-corps.

Le tube digestif du nourrisson est anatomiquement et immunologiquement totalement immature pendant les 6 à 12 premières semaines de sa vie et il n’atteint sa pleine maturité que vers l’âge de 2 ans.
Sa muqueuse intestinale boit littéralement les protéines afin d’absorber la plus grande quantité possible d’anti-corps maternels (les anti-corps sont des protéines). En l’absence de lait maternel, l’enfant est soumis à l’ingestion répétée de protéines étrangères qui entraînent dans le sang la formation d’anti-corps. Ces aliments sont considérés comme des anti-gènes et l’on va trouver des anti-corps correspondant au lait animal, au jus d’orange, aux céréales, au soja, aux amandes.

Le lait de vache est certainement l’allergène primitif qui sensibilise l’organisme et entraîne une foule d’autres allergies.
Une sensibilité aux protéines bovines (viandes et lait) et aux oeufs peut être amorcée dès le ventre maternel ou l’allaitement. Celle-ci se manifeste par les nausées de la femme enceinte et les coliques du nourrisson.
L’élimination des produits laitiers devraient y mettre fin. L’aliment agresseur doit de toute façon être éliminé le temps nécessaire à la réparation de la muqueuse intestinale détériorée.

L’allergie au sucre

Le nourrisson ne possède pas la saccharose, enzyme qui permet la digestion du sucre dans l’intestin  grêle et en quantité minime après quelques semaines de vie. Le sucre devient alors le combustible des levures (candida) et des champignons ; ainsi apparaissent eczéma, rougeurs et autres problèmes cutanés. Le sucre provoque des hypoglycémies poussant à manger plus de sucre encore.

L’allergie aux céréales

L’amylase pancréatique est responsable de la digestion des glucides et ne s’établit que progressivement au cours de la 1ère année de la vie. Son absence va également provoqué une flamblée bactérienne dans l’intestin  grêle et conduire à des troubles digestifs. C’est ainsi que des aliments indispensables (fibres, glucose, oligo-éléments et vitamines) vont devenir des allergènes.
L’allergie au gluten (protéine du blé) est associée à la maladie de Crohn. Le seigle est la céréale la moins allergène.

La prévention des allergies

D’abord, allaitement maternel exclusif pour les nourrissons pour une durée de 4 mois minimum.

Un environnement sain pour le bébé et vous-même.

La remise à plus tard des vaccinations.
Les vaccins de la coqueluche – diphtérie – fièvre jaune – grippe – oreillons – tétanos sont cultivés sur des embryons de poulets et d’oeufs. Le B.C.G. avec de la bile de boeuf. Les oeufs sont responsables de l’asthme – l’eczéma infantile – l’oedème de Quincke – de maux de tête – l’urticaire … 80 % des schizophrènes sont allergiques aux oeufs.

Supprimer les céréales complètes et raffinées cuites ou prendre le temps de les mastiquer et insaliver. En effet, lorsqu’elles sont  correctement triturées, insalivées et mastiquées, 98 % de leurs protéines sont dégradées et assimilées sous forme d’acides aminés …

Consommer des produits animaux de qualité biologique ou bien n’en consommer PAS.
Beaucoup d’enfants deviennent allergiques par le biais des sons, des céréales et légumineuses (arachides – soja transgénique d’Amérique latine) donnés aux animaux.
Les protéines végétales : spiruline, graine de chanvre, graines de Chia, les graines germées et les oléagineux couvrent tous nos besoins ; le besoin de viande est une habitude et non une réelle nécessité.

Pour le rhume des foins, l’un des moyens de prévention les plus naturels est le miel local, consommé en hiver. Comme les abeilles ont butiné les fleurs locales, consommer ce miel permet d’habituer le corps à très petite dose à ce pollen. Au printemps, le corps est prêt à faire face à des concentrations plus fortes dans l’air.

Les allergies de l’adulte se contractent souvent :
par de mauvaises habitudes alimentaires : excès de café – thé – sodas – chocolats riches en alcaloïdes – coca-cola
par les additifs alimentaires – colorants – conservateurs qui peuvent à eux seuls déclencher des crises d’asthme – d’urticaires – de l’hyperactivité chez l’enfant,
par les produits chimiques agricoles – l’eau polluée – le chlore,
par la prise d’analgésiques – d’antibiotiques – d’aspirine qui endommagent la muqueuse intestinale et la rendent perméable aux allergènes. L’aspirine en particulier, augmente la réponse allergique à un aliment.

La pilule, la cortisone, les antibiotiques, une alimentation riche en  sucres – farines raffinées – laitages font flamber le Candida Albicans.

Les traitements naturels des allergies

L’allergie de printemps est liée au Foie.
L’allergie d’automne au Poumon et aux Intestins.
Elles n’ont pas les mêmes racines physiologiques et émotionnelles et ne répondent donc pas aux mêmes traitements.
Amidon, gluten, mono sodium  de glutamate, malt doivent être évités.
Le cassis, le gingko biloba, le gingembre, l’orange amère, l’ortie, la réglisse, la propolis, la vitamine C et tous les bioflavonoïdes, la bromélaïne, la B 12 et la B 6, le magnésium, le sélénium, le zinc sont des inhibiteurs de la bradykinine, de l’histamine et des prostaglandines PgE 2 pro-inflammatoires.

L’alimentation vivante

Une alimentation naturelle, proche de ce que nous avons connu durant la plus longue période de notre évolution nous a protégé des allergies et des réactions immunitaires démesurées. Rien que par sa dimension alcalinisante, l’alimentation paléo est déjà hypoallergique.  Nous proposons des cours de crusine et des formations.

Les aliments prébiotiques et  probiotiques

Les probiotiques à base de lait de vache sont une catastrophe pour l’intestin (travaux du Dr DONATINI).  La restitution d’une flore correcte, à prédominance de fermentation, doit être le souci de santé le plus important. Notre système immunitaire est étroitement dépendant de l’équilibre de notre flore intestinale. Le conflit entre certaines espèces de bactéries et notre système immunitaire est reconnu comme étant à l’origine d’un très grand nombre de maladies.
on doit réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité.
Changer son alimentation est nécessaire mais pas suffisant. « il faut prendre en charge ce bioréacteur qu’est notre intestin.»
Le Psyllium est une petite graine mucilagineuse pro et prébiotique, réparatrice de la muqueuse intestinale et régulatrice du transit (diarrhée et constipation)

L’Aloe vera

Avec ses 92 enzymes il contribue à la digestion et à l’assimilation des aliments et participent à de nombreuses transformations cellulaires et hormonales.
Riche en acides aminés, minéraux, oligo-éléments et vitamines, il est un grand reminéralisant.
Il est antibiotique – anti-fongique – anti-inflammatoire – régénérant.
Il s’est montré efficace dans les problèmes de  diabète –   les maladies inflammatoires de l’intestin – il cicatrise l’appareil digestif – purifie – activate les enzymes du pancréas, et  normalise le taux de cholestérol.

Les aliments qui vont diminuer les allergies (parce qu’ils ont tendance à bloquer l’histamine) sont les aliments riches en Vitamine C*- comme les fraises (riches en plus en antioxydants), les kiwis (riches aussi en flavonoïdes), les agrumes et les poivrons –
Les aliments riches en Vitamine E (jaune d’œuf, avocat, huile végétale)
et ceux riches en Vitamine A (foie, brocolis, patates douces, épinards, etc.).

Acides gras et quercétine

Les acides gras EPA et DHA du groupe des omega-3 sont parmi les meilleurs aliments pour prévenir les allergies. Au Japon,  la consommation de poissons gras permet de diminuer les rhinites allergiques.
La consommation d’Oméga-3 durant l’allaitement permet de diminuer les risques d’allergies chez l’enfant. Toujours en terme de prévention, manger certains légumes comme les tomates et les aubergines, ainsi que du poisson gras, durant l’enfance, diminue les risques d’allergies et d’asthme à l’âge adulte.
Les aliments riches en quercétine, un flavonoïde auquel beaucoup de plantes médicinales doivent leurs vertus se trouvent dans  le sureau, les câpres, la livèche, les oignons crus (surtout le rouge), les myrtilles, le cassis, les cerises, les brocolis et les pommes (surtout la peau).

Les cellules souches

Il faut réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours. Moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité. L’Afa-Klamath augmente la production de cellules souches dans les moelles osseuses qui seront utilisées à restaurer les tissus endommagés.

La carbothérapie

Le charbon est l’absorbant le plus puissant et possède donc des propriétés d’épuration et de détoxication uniques.
Une particule de charbon observée au microscope ressemble à un labyrinthe de couloirs de toutes les grandeurs. Certains sont comme des cavernes, d’autres comme des micro-capillaires et cette architecture permet d’emprisonner de très nombreuses substances toxiques, de tailles et de poids différents.

La gemmothérapie

Le bourgeon de cassis: puissant anti-inflammatoire
les bourgeons de framboisier, de romarin et de hêtre.

Tous les immuno-stimulants et tous les anti-oxydants

L’aromathérapie

Huiles essentielles bifidogènes
enfants :  eugénia caryophyllata  –  litsea citrata  – mentha citrata
adultes  :  rosmarinus off. ABV   – Myristica fragrans  –  Thym thymol
Huiles essentielles de territoire
tous les pinus et les abiès    tous les thyms     tous le melaleucas     tous les eucalyptus
Huiles essentielles de nettoyage de la flore pathogène
Carum carvi – carum copticum (ajowan) –  melaleuca quinquenervia – allium sepa – alium sativum
Huiles essentielles anti-allergiques
périlla frutescens + huile végétale de Périlla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La phytothérapie

1. ache des marais – camomille allemande – coleus forskohli  – ortie dïoïque – plantain – sureau noir – ail (Candida Albicans)
2. L’huile de Nigelle puissant anti-allergique
3. L’oeuf de caille inhibiteur de la trypsine humaine.
4. Les infrarouges peuvent être une solution aux réactions interminables de nez qui coule pendant cette période de l’année.
5. La propolis verte de Bacchariset la forte régulent la flore intestinales et nettoient les bactéries pathogènes.

En kinésiologie

Il existe un protocole de tests pour déterminer l’allergène prioritaire et son contexte émotionnel ; puis la substance mise en contact avec la personne, on tapote simultanément les points suivants :

– début et fin du méridien ESTOMAC
– début et fin du méridien RATE
– début et fin du méridien REIN
– début et fin du méridien VESSIE

Pour augmenter le seuil de tolérance d’un aliment ou d’une substance, on utilise le point terminal de RATE-PANCREAS

Nous proposons des formations pour découvrir et maîtriser les huiles essentielles, l’alimentation vivante et ce que peuvent offrir aujourd’hui les médecines naturelles et énergétiques.

Bibliographie

Dr. Jean Seignalet : « L’alimentation, la 3o médecine » – À partir
de la 5o édition posthume.

Dr Donatini : voir ses travaux sur l’éco-système intestinal

Dr JM Beguin homéopathe-aromathérapeute et acupuncteur à Lille

Professeur Caudron, pharmacien et phytothérapeute

Biologiste Jacques Prunier chercheur sur les cellules souches

Irène Grosjean naturopathe et pionnière de l’alimentation vivante en France et tant d’autres

La santé des intestins en naturopathie : une approche globale

La santé intestinale est une clef majeure de la santé globale, cela est aujourd’hui bien reconnu. L’atrophie intestinale est une cause majeure dans toutes les pathologies aigus ou chroniques quelles qu’elles soient.ventre-intestin

Les quatre piliers de la santé digestive

1. L’alimentation adaptée à nos capacités ou nos compétences digestives déterminées en partie par notre groupe sanguin

La méconnaissance ou le non-respect de notre physiologie conduit à la « dysbiose intestinale ». Celle-ci est un état de dysfonctionnement totale de la capacité d’assimilation et d’élimination de notre intestin. Dans le grêle s’opère un tri sélectif des nutriments en adéquation avec l’activité anticipée. Un intestin d’informaticien assis toute la journée ne sélectionne pas les mêmes nutriments qu’un intestin de sportif de haut niveau. Ils n’éliminent pas non plus les même choses.
En médecine énergétique, l’intestin grêle est en relation avec notre Coeur ; nous assimilons en vue de l’action choisie et désirée par notre coeur. Lorsque le coeur pulse le sang artériel, il envoie l’information de l’action désirée via le sang et les globules rouges à nos milliards de cellules.
Le retour veineux va nous donner l’information retour du vécu au niveau cellulaire. Si le vécu n’est pas en accord avec le désir,  la circulation retour sera chargé et problématique.

2. La présence de bactéries symbiotiques et de neurotransmetteurs dans l’intestin.

Notre intestin abrite 10 fois plus de bactéries que nous n’avons de cellules dans le corps. Celles-ci vont permettre une véritable émulsion et micronisation de tous les nutriments apportés par le bol alimentaire et préparer le « repas » de nos cellules.
On sait également qu’il y a plus de 200 espèces de bactéries , qu’elles sont indispensables à la maturation de notre système immunitaire et qu’elles interagissent avec notre cerveau ; les bactéries résidentes intestinales peuvent produire des substances actives sur le cerveau. Notre tube digestif contient 100 millions de neurones c’est-a-dire autant que la moelle épinière. Il produit au moins 20 neurotransmetteurs,  les mêmes que ceux du cerveau. il recèle 70 à 80% de nos cellules immunitaires et assure ainsi l’essentiel de nos défenses immunitaires.
Les traitements antibiotiques et chimiques provoquent  un déficit des bactéries bénéfiques et activent la présence de bactéries pathogènes, comme Candida albicans.

3. Les compétences de nos émonctoires

Notre corps est une vaste entreprise complexe de fabrication et de nettoyage  exceptionnellement performante grâce à nos 5 émonctoires (6 chez la femme) : Foie-Rein-Poumon-Gros intestin- peau et règles permettent à notre corps de garder son homéostasie, c’est à dire tous ses paramètres stables (PH, sucre sanguin, cholestérol …)  L’incapacité physiologique à digérer certains types d’aliments et/ou la fatigue des émonctoires vont générer des quantités de déchets circulant dans le sang, la lymphe ou se déposant dans les tissus, les articulations … . Les innombrables microbes infestent alors notre système digestif nous intoxiquant en permanence et créant un état d’empoisonnement chronique des tissus et du sang. Ces déchets peuvent être des acides ; en ce cas le corps les neutralisent grâce à ses minéraux. Par exemple la consommation de laitages ou de viande de porc génère des déchets de type acide sulfurique qui sont neutralisés par notre minéral le plus puissant : le calcium. Il y a alors un déchet neutre, le calcium sulfurique, qui doit être éliminé. Le sucre blanc est la substance la plus acidifiante et déminéralisante pour l’organisme ; il brûle la flore intestinale et force le corps à précipiter ses minéraux.
Ces déchets peuvent être de type « colles » et vont venir engluer notre intestin, notre lymphe, notre peau, nos 5 organes des sens, notre cuir chevelu …
Si tous les émonctoires sont surchargés, ces déchets sont temporairement stockés dans les articulations, dans les « poches » du corps : utérus, poumon, sinus, gorge… , ils peuvent provoquer un état inflammatoire  chronique et une perturbation du système immunitaire qui les prend pour des corps étrangers. Ils peuvent forcer le corps également à les diluer dans l’eau et nous faisons alors de l’oedème. Le lien avec les maladies auto-immunes apparaît comme une évidence dans une approche globale de la santé. Les gros sont souvent des corps qui n’éliminent plus et enrobent dans la graisse ou diluent leurs déchets dans l’eau ; les maigres sont souvent des terrains déminéralisés par hyper-acidification.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

PRENDRE SOIN DE SON INTESTIN

1) L’ALIMENTATION

Notre système digestif est un copié-collé du système digestif des grands singes qui sont frugivores et non carnivores. Le B.A  BA d’une alimentation source de santé :
1. Une cuisine à partir de produits frais de qualité.crudités
2.  prendre ses repas dans le calme avec une mastication aussi complète que possible.
3. Supprimer les produits laitiers et les céréales glutineuses et amidonnées, ou  tout autre aliment sujet à une intolérance individuelle.
4. Préparer les aliments sans les détruire : micro-onde, cuisson dans le plastique, à haute pression rendent nos aliments morts et impropres à nous nourrir .
5. Manger quotidiennement des aliments riches en enzymes et en lacto-ferments comme la choucroute crue, le miso, les crudités marinés quelques heures dans le citron ou pressé avec un peu de sel pour les attendrir, les graines germées, les algues de mer, le pollen frais …
6. 80 % de fruits et légumes frais à chaque repas sous forme de jus, de smoothies ou en marinades, crudités, cuisson rapide (wok)…
7. Diminuer la part de viande et charcuterie qui génèrent beaucoup de déchets toxiques.
8. Privilégier les protéines végétales : oléagineux – graines germées – graine ou farine de chanvre (40 % de protéines complètes) – graines de chia  – les algues de mer – la spiruline – les champignons – les légumes sauvages – les lentilles germées ( et non cuites)….
9. L’alimentation vivante (sans cuisson) est une alimentation riche en saveurs, haute en couleur et en accord parfait avec notre physiologie.
10. Éviter les aliments pro-inflammatoire : le sucre blanc – les laitages – la viande rouge – la caféine – le gluten – les farines blanches – les boissons et préparations industrielles –
11. Consommer régulièrement les meilleurs aliments anti-inflammatoires : l’avocat – l’ail – le gingembre frais – le curcuma frais – la betterave – l’asperge – les aliments riches en oméga 3 : huile de chanvre, huile de noix, huile de cameline …
12.  QUE TON ALIMENT SOIT SOURCE DE SANTÉ

2) LA PHYTOTHÉRAPIE

Le Psyllium blond au secours de l’intestin.
La richesse  exceptionnelle du psyllium blond en fibres lui permet de restaurer un fonctionnement normal du côlon.Phytothérapie
Il améliore le péristaltisme.
Il régularise la fréquence et la qualité de selles.
Il apporte  les bactéries bienfaitrices à la flore intestinale.
Le psyllium contient 15 fois plus de fibres que le son d’avoine. Il apporte les fibres végétales dont  notre alimentation est déficiente.
Il est sans gluten et sans lactose.
Il est riche en mucilages végétaux, principe actif du psyllium,  qui se trouve  dans le tégument de l’enveloppe.
« Les mucilages sont des fibres  qui gonflent au contact de l’eau et  ont des propriétés épaississantes, adhésives et adoucissantes. Les mucilages  du psyllium contiennent 70% de fibres solubles qui se transforment en une masse douce et gélatineuse qui va agir comme une éponge, entraînant avec elle les substances toxiques. »
Les déchets, les toxines, les métaux lourds et les substances chimiques sont littéralement absorbés par les mucilages du psyllium ainsi l’intestin est complètement assaini.
Contrairement aux laxatifs chimiques, le mucilage du psyllium n’est pas irritant car il enveloppe l’estomac et le gros intestin.
Le psyllium blond va réguler l’intestin, en cas de constipation comme de diarrhée. Il est idéal pour les personnes âgées.
Sur les problèmes de diarrhées ou de dysenterie, grâce à son action mécanique. Les diarrhées causées par la prise de médicaments ou par présence de bactéries, peuvent être résolus. Mon poids et moi !
Lorsque le transit fonctionne bien, le corps se débarrasse aussi des matières fécales non éliminées, ce qui contribue à la perte de poids.  On  prend une cuillère à café  ou 1 cuillère à soupe une heure avant le repas dans un grand verre d’eau dans lequel on le laisse gonfler au minimum 10mn,

Cholestérol et cardio

Il a été confirmé par l’OMS que  le  psyllium est bénéfique en cas d’ l’hypercholestérolémie et peut réduire  les risques de maladies cardio-vasculaires.  Pris  quotidiennement à partir de 5 g par jour, le psyllium contribue à diminuer le taux de cholestérol total et à équilibrer HDL et LDL ainsi que les triglycérides pour les personnes qui ne sont pas atteintes sévèrement. De même pour les maladies cardiovasculaires et l’hypertension, les personnes bénéficieront d’un apport de 10g/ jour. Le psyllium est bien toléré par tous et ne présente pas d’effets secondaires indésirables.

Autres bienfaits du  psyllium

Diabète de type 2 :  à raison de 5g de psyllium par jour , on peut normaliser le taux de lipides dans le sang et à faire baisser la glycémie. L’index glycémique diminue car le psyllium modifie la structure, la texture et la viscosité des aliments dans l’intestin.
Candidoses :  Les matières fécales qui stationnent trop longtemps dans le côlon sont le terrain idéal pour le développement de Candida et de levures. Pour survivre dans le côlon, les levures produisent des toxines qui peuvent causer des réactions allergiques. Le psyllium empêche que les déchets métaboliques des levures ne soient ré-absorbés par l’organisme.

Son utilisation

Ce sont les graines du psyllium et leur enveloppe que l’on consomme. I faut faire tremper les graines  ou la poudre  dans l’eau tiède pendant 20 minutes avant de les consommer,
Il est beaucoup plus aisé de l’utiliser dans la cuisine et de le travailler comme un aliment ; ainsi on pourra le mettre comme épaississant dans les potages mais après cuisson des légumes ; le psyllium ne doit pas être cuit.
On pourra l’utiliser comme épaississant dans les sauces, les smoothies, les desserts, les gâteaux, les  tartes, les nappages. Sa texture peut être très ferme ou bien très souple suivant la quantité d’eau ajoutée. Il n’a aucun goût particulier et ne modifiera donc pas votre préparation de base.
On l’utilisera en secours quand la préparation prévue est trop liquide…

RECETTE

Smoothie au psylliumSmoothie du matin :
une pomme ou une poire ou des fraises,  ou tout autre fruit de saison à votre goût
une poignée de noix de cajou ou d’amandes prétrempées et épluchées
une petite poignée de baies goji ou dattes
une cuillère à soupe rase de psyllium
3 tasses d’eau tiède
mixer le tout.  Attendre un peu que le mélange prenne la consistance souhaitée et déguster après avoir  ajouté quelques noisettes hachées.

 

 

3) L’AROMATHÉRAPIE

Les huiles essentielles au secours de votre intestin

Le clou de girofle ou eugénia caryophyllata op clous.

Par son action équilibrante, le clou de girofle tonifie les reins et remet les pieds à la terre. Tonique – anti-inflammatoire – antiinfectieux – anti-putride – antibacterien – antiviral – antifongique – anti-parasitaire, il a un champ très large d’action sur le plan :  pulmonaire, vasculaire, intestinale, gynécologique, digestif et cutané et sur  tous les déséquilibres de la flore intestinale : il est bifidogène et  nettoie les intestins …
C’est une huile essentielle majeure  protectrice, chaude, sécurisante qui libère des peurs, du jugements des autres, qui permet la maîtrise de soi et de s’exprimer. Pour toutes les personnes timides, refoulées, dans l’auto-dépréciation, les colères enfouies, les échecs et les psychoses.

La menthe poivrée ou Mentha pipereta vulgaris sb menthol

Elle facilite l’ensemble des réactions métaboliques au niveau des cellules hépatiques.
Efficace contre toutes les agressions toxiques :  médicamenteuses, virales, alimentaires, on l’utilise efficacement pour les hépatites, les suites de traitements antibiotiques, les intoxications alimentaires.
Elle lutte contre le manque d’appétit, les flatulences, les ballonnements, le mal des transports.
C’est une grande essence dépurative du foie à laquelle on peut ajouter des composés soufrés qui facilitent le nettoyage des protéines.
La Menthe poivrée est une essence froide et mentale. Elle stimule les fonctions cérébrales de type cerveau gauche et est très utile en période d’examen, pour lutter contre le trac, la timidité, l’envahissement des émotions, le manque de confiance en soi et l’introversion. C’est l’essence de la vivacité d’esprit, de l’ingéniosité, du dynamisme.
Pour la même raison, on évitera d’en donner aux personnes trop mentales et trop extraverties.  La Menthe poivrée contient de 20 à 30% de cétones et est déconseillée chez les enfants (les cétones sont neurotoxiques et épileptisants). On l’utilisera en petite quantité, 5% maximum, avec des essences hépato-protectrices : romarin 1,8 cinéole, citrus limonum op zeste. Chez l’adulte, on ne dépasse pas les 15%.

La cannelle feuille  ou Cinnamomum zeylanicum op feuilles.cannelle

La cannelle est réchauffante et redonne du coeur au ventre et confiance en soi.
La cannelle feuille augmente les taux d’Iga dans l’intestin et remédie aux lenteurs et lourdeurs digestives.
La muscade ou Myristica fragrans.
La meilleure huile essentielle de l’intestin grêle.
Tonique digestif, elle met fin aux putréfactions intestinales, aux putréfactions mentales, à la mélancolie, aux sentiments de pertes affectives, d’abandon, de trahison.
Chaque fois que l’on plonge dans la nuit noire de l’âme, elle nous aide à retrouver le chemin vers la lumière du Coeur et de l’Amour.

L’origan compact ou Origanum compactum à carvacrol

il restructure l’intestin et donc l’identité profonde. Efficace dans toutes les pathologies virales et bactériennes :  intestin – poumon – peau –  ORL – digestion.
Riche en phénols, toujours utilisé en aigu, l’origan à carvacrol enracine, redonne le sens du territoire et le sens d’exister, il permet l’affirmation de soi.

Ces 5 huiles essentielles contribuent à assainir notre intestin, à le nettoyer et à redonner confiance en soi et joie de vivre.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

5) AUTRES MÉTHODES

L’hydrothérapie du colon – les lavements au café – le drainage régulier de tous les émonctoires par la sève de bouleau (drainante mais non déminéralisante) – la prise  de tisanes ou mieux encore de macérats aqueux de plantes amères : centaurée, gentiane … qui précipitent les acides.

Prendre soin de ses intestins

c’est aussi nous donner la chance de digérer nos souffrances de séparation, nos tristesses, notre sous-estime et nos dépressions engendrés par les épreuves de la vie ; c’est nous permettre de rebondir et de faire de nos difficultés notre richesse unique.
Le Tao nous apprend que  le colon est relié au poumon, lui même en lien avec nos mémoires de naissance, de séparation, de chagrin et avec les qualités de courage et d’ouverture.
L’intestin grêle est relié au coeur et est le siège de la compréhension, de l’assimilation de notre vécu pour venir nourrir et informer toutes nos cellules et tout notre être et le transformer en richesses, en expériences nourrissantes pour développer un coeur aimant. Le feu du coeur et de l’intestin grêle peuvent nous aider à « alchimiser » toutes nos émotions et nos expériences les plus difficiles et les plus lourdes. Nos intestins sont nos alliés. Notre corps est notre meilleur ami sur le chemin de la vie, ne le traitons pas avec mépris et ignorance.