Avec  un peu de nostalgie voire de tristesse nous abordons  la saison de l’automne. Le bon sens ancestral des taoïstes nous enseigne qu’il est le règne de l’énergie Métal, c’est à dire l’énergie des montagnes, des roches, des pierres, des gemmes, des minéraux enfouis dans la terre. Et que cette énergie vient nourrir et renforcer nos poumons, notre colon et notre peau. Ainsi nous pouvons manifester les qualités de :  Courage  (ne dit-on pas que les montagnards sont courageux!) – Ouverture –  Droiture – Honnêteté – Innocence, dans le sens que lui donnait K.G.Jung  : « l’innocence, c’est un esprit que rien n’a jamais blessé ». L’esprit du courage  nous accompagne toute notre vie et il en faut pour s’ouvrir au monde  !

Le chagrin perturbe le fonctionnement des poumons et la cascade émotionnelle qui en découle : sentiment de séparation – de solitude – culpabilité – sentiment d’indignité- auto- dévalorisation –  honte et ultimement  désir de disparaître, de mourir, va perturber  par rebond le bon fonctionnement  du gros intestin et de la peau.
Toutes les pathologies de ces organes vont se manifester sur cette base d’un sentiment de séparation, d’abandon, de rejet, d’indignité, de dévalorisation.

Le poumon est l’interface entre nos mondes intérieurs et le monde extérieur ; il est le seul organe qui communique directement avec l’extérieur. Il nous parle aussi de la naissance puisqu »il se met en route ce jour là et il porte la mémoire de nos séparations. C’est sans doute le passage initiatique le plus difficile; Renouer avec le sentiment et la sensation, l’expérience de la connexion intime, de l’unité cellulaire avec soi, l’autre, la Nature, les éléments, les étoiles, le Tout, et cette expérience vécue non pas une fois mais de façon répétée, est profondément guérissante et apaise, guérit le trauma profond inscrit par et au moment de la naissance.
Il nous faut plonger au cœur de nous même et nous aimer… malgré tout et par-dessus tout nous relier à la Conscience plus vaste.

La Lumière blanche, omniprésente à la période d’automne, a la puissance adéquate pour purifier toutes ces chapes de plomb , ces grisailles qui nous écrasent; elle concentre les qualités de toutes les autres fréquences lumineuses.  La lumière blanche ramène un haut niveau vibratoire et une intensité dans nos poumons, notre intestin et notre peau; rafraîchissante, purifiante, vibrante, elle nous redonne le sentiment originel d’innocence, de mérite, de fierté sans orgueil, de légitimité, de conscience originel pure, j’ai envie de dire d’avant le péché, non celui d’Ève et Adam, mais d’avant la croyance  que l’on est quelqu’un de « mal » ou quelqu’un qui a démérité.
La lumière blanche nous parle d’innocence, de notre état originel, c’est à dire sans  souvenir traumatique, comme le nouveau-né qui a tout oublié de ses vies d’avant et recommence une nouvelle vie.
La lumière blanche donne naissance aux montagnes, minéraux, roches, pierres, tout ce qui est blanc, animaux, végétaux, aux poumons, au sinus, au colon et à la peau, à tout le système respiratoire. Vous pouvez capter cette énergie à travers la neige, les nuages, les nuits de pleine lune, en marchant dans les montagnes où l’air est plus vibrant et lumineux et en vous nourrissant d’aliments blancs …  L’air pur qui s’engouffre par nos narines nous remplit d’une énergie vibrante, tonique qui régénère . La montagne est un lieu de refuge, de silence qui nous permet de prendre du recul par rapport à nos vies et nos difficultés. Nous pouvons aussi méditer en haut de notre montagne intérieure pour y retrouver la paix et l’unité.

Notre peau, nos poumons, nos intestins nous parlent de toucher, être en contact, en lien avec, intérieur-extérieur; écoutons les!

L’alimentation de l’automne

La saveur piquante

Le Poumon,  force d’intériorisation et de mentalisation désire la SAVEUR PIQUANTE qui apporte la dispersion et l’extériorisation. Le piquant amène du Yang dans le Yin. Il disperse, provoque la transpiration et l’élimination des toxines par la peau. Si la saveur privilégiée du Poumon est le piquant, en excès le piquant blesse le poumon et le Foie.
La souffrance du Poumon est le retour offensif de l’énergie vers le haut (glaires dans les Poumons). On le soulage alors avec l’ACIDE ou l’AMER. L’acide rassemble, compresse, réchauffe. Il donne une forme plus achevée, plus refermée. Si on veut tonifier le  Poumon, on lui donne de l’acide ; si on veut le disperser on lui donne du piquant.
L’énergie du Poumon est une énergie descendante (Automne). Si elle descend trop, il y a structuration-organisation excessive (GI) au détriment de la créativité.
Si l’énergie remonte de manière excessive, il y a des glaires dans les poumons , bronchite, sinusite, otite …On privilégiera les aliments à saveur piquante et  parfumée.
Les légumes : Les radis noir, blanc, rose, le chou, les crucifères, le cresson, le poireau, l’ail, l’oignon, le gingembre   seront au menu quotidien ainsi que  betterave – céleri – champignon – châtaigne  – courge – chou-fleur – endive  – navet – noix –  potiron – asperge – salsifis – navet – panais –  échalote – céleri – courgette qui viendront tonifier l’énergie Poumon-colon et nous éviteront les affections de l’automne et de l’Hiver.
Les protéines  : toutes les viandes blanches – poulet – dinde – pintade – agneau – veau – poisson
Les condiments : ail – poivre blanc – moutarde – gingembre – camomille – muscade – coriandre – nigelle – galanga
Les oléagineux : bienvenus en toute saisons au petit déjeuner et idéal pour les végétariens, il faut néanmoins prendre la précaution de les prétremper une nuit dans de l’eau afin de les rendre parfaitement digestes. En smoothie ou en lait, mélangés avec des fruits frais et des fruits secs, ils vous assureront un capital santé pour la période froide. amande – noix – noisette – noix du brésil – macadamia – noix de cajou – tournesol – graine de chanvre – graine de chia – olive – avocat …
Les fruits :  tous les fruits d’automne : raisin blanc – poire  – pomme – kiwi – nashi – kaki  – coing…
Tous les fruits et légumes de saison sont bien sûr adaptés.
Les assaisonnements se feront avec un peu plus de sel, de vinaigre lacto-fermentés et de condiments à saveur piquante.
L’automne et l’hiver sont les saisons idéales pour réaliser et consommer des produits lacto-fermentés que l’on pourra faire soi-même ou acheter tout-fait sous forme de jus (jus Breuss), de Kombucha, de légumes lacto-fermentés (choucroute, concombres marinés quelques heures dans le citron et des condiments ou tout autres légumes …)
Autres spécifiques :

– l’huile de nigelle qui soigne toutes les affections pulmonaires, les terrains allergiques et renforcent l’immunité .
– la graine de psyllium blond  répare les intestins poreux et dégradés, équilibre le transit en cas de diarrhée comme de constipation.

Prenons aussi le temps sous notre douche ou dans notre bain de frictionner notre peau délicatement avec un gant de crin ou, mieux encore, des sels de bain alcalins qui vont faire sortir les acides et les toxines accumulés dans le derme.

Ce qui nuit particulièrement à  l’énergie poumon-colon

Les deuils non faits, les séparations, les chagrins non verbalisés, non reconnus, non acceptés. Les culpabilités et les hontes non conscientisées, reconnues et transformées. Également les laitages et les féculents cuits qui, par les colles qu’ils apportent, vont encombrer les voies hautes et se manifester par des mucosités. Celles-ci vont ressortir sous forme de glaires, de mucus par les oreilles, le nez, les poumons et la bouche et encombrer les intestins …

L’hygiène du poumon et du colon

Les lavements au café vert
Voir le protocole expliqué dans la cure Gerson-  Article « comprendre et prendre soin de son corps –  les cures de détoxination ». La cure de sève de bouleau non pasteurisée aussi utile à l’automne qu’au printemps ; en effet le poumon et le colon sont nos émonctoires les plus importants (avec le rein) pour sortir nos poubelles !! Les lavements du nez et des sinus avec un lotta et de l’eau salée : à faire régulièrement pour des sinus performants… Les « respirelles » : petits embouts qui se placent dans les narines pour les écarter et qui potientialisent la respiration. En effet avez-vous remarqué que vous respirer mieux d’une narine que de l’autre ? Très efficace en cas de ronflements, apnée du sommeil et pour un sommeil vraiment réparateur et non sous-oxygéné


Les huiles essentielles, par leur parfum et leur richesse moléculaire, sont les remèdes privilégiés des affections de l’hiver et de l’automne. Le colon étant relié énergétiquement au Poumon, en cas d’affections chroniques ou graves, la voie idéale est celle des suppositoires qui permettront  l’acheminement des molécules en 30 secondes dans les poumons plutôt que la voie digestive où elles sont en partie neutralisées par le foie.
Les massages seront aussi très bénéfiques mais moins rapides.
Le pin sylvestre renforce le poumon et le rein.
Les eucalyptus smithii, radié, staigheriana.
Ces 3 eucalyptus sont  durs sur le problème et doux pour la personne, même pour les enfants.
Le cyprès. : cupressus sempervirens calme la toux, favorise une meilleure circulation du sang, redonne l’intégrité physique et psychique.
Les mélaleucas : Tea tree-Niaouli-cajuputii puissant anti-viraux, anti-bactériens, anti-parasitaires, aident à préserver notre intégrité physique et énergétique.
Le romarin  1,8 cinéol, l’huile essentielle des enfants toujours enrhumés, grippés ou fragiles des bronches, sujets aux colères ou/et à la tristesse.
Le laurier noble : Laurus nobilis est une huile essentielle exceptionnelle pour régénérer le tissu pulmonaire, elle évite la fibrose des tissus cicatriciels et redonne
confiance en soi quand les échecs nous ont brisés et la force intérieure à l’hiver de notre vie. Très bonne huile essentielle contre la grippe.

Les huiles essentielles sont disponibles en boutique. Appelez-nous au 02.32.39.45.85 pour commander.
L’antibiotique naturel incontournable : la propolis – forte en macérat alcoolisée – verte de Baccharis – ou forte en gélules,  est à garder à portée de main tout l’hiver.

Nous serons présents au Salon du bien-être et du zen d’Eu le dimanche 30 Octobre 2016 de 9h à 18h. N’hésitez pas à venir à notre rencontreSalon du zen et du bien-être d'Eu

Nous serons présent au salon Alternatiba, sur la place de l’hôtel de ville d’Evreux, le 12 Septembre 2015 ! N’hésitez pas à venir nous rencontrer.

Affiche ALTERNATIBA

Nous serons présent au Salon du Jardinage de Jouy-sur-Eure le 29 et 30 Août de 9h à 18h. N’hésitez pas venir nous retrouver pour nos poser vos questions et découvrir nos services !

Affiche JOUY 2015

Les allergies

Allergies respiratoires,  inflammations des muqueuses et de la peau : rhume des foins, allergies diverses au pollen, conjonctivite allergique, rhinite allergique, asthme, eczéma, psoriasis, sont connus depuis Hippocrate mais prennent aujourd’hui une ampleur particulière. Pourtant, les allergies ne sont pas qu’une erreur du système immunitaire, qui déclenche une réaction disproportionnée à un agent extérieur  toléré par les personnes non allergiques.

Les symptômes que nous étiquetons sous le nom d’allergies sont très souvent des réactions physiologiques saines d’ÉLIMINATION d’un organisme engorgé et empoisonné et qui sort ses poubelles !!

Ces symptômes se manifestent parmi les populations des sociétés industrielles modernes qui vivent dans un environnement dégradé et mangent une nourriture dénaturée. En Papouasie Nouvelle Guinée, il a été démontré qu’il y a 40 ans, les populations ne connaissaient ni l’asthme, ni l’eczéma, ni les rhinites allergiques. Sur une même île, la population qui vit « à l’occidental » a développé des allergies, alors que celle vivant de manière plus traditionnelle n’en connaît pas. Différentes études en Papouasie Nouvelle Guinée, sur les Indiens du Canada, sur les natifs du Groenland ou sur les Aborigènes d’Australie  montrent qu’au fur et à mesure que ces populations s’occidentalisent, c’est à dire modifient leur alimentation, les « allergies » augmentent.
Nous avons plus de chances d’être allergiques à des plantes avec lesquelles nous n’avons pas évolué au cours de notre histoire. C’est le cas de l’ « ambroisie », importée en Europe au 19ème siècle et dont le pollen est le plus allergisant : 6 à 12 %.

Pourquoi les allergies ?

L’hyper perméabilité intestinale

La muqueuse intestinale est notre principale frontière entre le monde extérieur et notre milieu intérieur. Elle  a la surface d’un stade de football, est constituée d’une seule couche de cellules en épaisseur et contient de 70 à 80% des cellules immunocompétentes de notre organisme.

Elle fonctionne comme un filtre sélectif. En cas de perméabilité elle fonctionne comme une passoire. Des fragments alimentaires non digérés, des résidus bactériens, des spores de champignons et autres peuvent franchir la frontière et pénétrer notre milieu intérieur et agresser notre organisme. Le système immunitaire, omniprésent aux frontières réagit alors brutalement.

Fragments alimentaires

Ce sont des molécules nouvelles, que nous sommes incapables de digérer, car nous ne possédons pas les enzymes nécessaires pour le faire. (Les enzymes sont des molécules protéiques qui fonctionnent comme des ciseaux spécifiques permettant de couper les grosses molécules en leurs constituants les acides aminés, que nous pouvons absorber).

Les hybrides de blé, permettant d’augmenter le rendement, apparus à fin des années 60,  ont un nombre de chromosomes augmenté de 7 à 21 ou 23 soit  14 à 16 chromosomes de plus. La stérilisation type UHT  modifie la structure chimique du lait et autres liquides, modifiant ainsi leur absorption. Nous parlons là d’intolérance et non d’allergie alimentaire.

L’intolérance alimentaire est l’incapacité à digérer correctement un aliment dont certains fragments trop volumineux « encrassent » l’organisme et provoquent des réactions immunitaires.

L’allergie est une réaction immédiate ou retardée lorsque le sujet qui en souffre est en contact avec l’aliment provocant.

Flore intestinale

La base de notre flore est acquise lors du passage vaginal au cours de l’accouchement. Son maintien dépend de la qualité et diversité de notre alimentation.

Certains OGM modifient le patrimoine génétique de notre flore intestinale.

La prise d’antibiotiques, soit sur prescription soit « cachée » car introduits dans l’alimentation industrielle, fait émerger des souches pathogènes résistantes déclenchant un certain nombre de pathologies.

La prise de molécules modifiant le pH de l’estomac, visant à réduire l’acidité gastrique (très acide afin de fragmenter les aliments et aussi de désinfecter le bol alimentaire), favorise la prolifération de certains germes mais surtout de champignons qui sont très agressifs pour la muqueuse, créant une perméabilité.

Les enzymes digestives permettent de digérer ce qui l’a été incomplètement. Certaines maladies métaboliques comme le diabète s’associent a des déficits enzymatiques. Les gingivopathies chroniques résistantes répondent bien à la prise d’enzymes digestives. Ce sont deux exemples parmi une multitude.

Les Spécifiques : l’apport de peptidases permet de décomposer les fragments alimentaires que nous sommes incapables de digérer.

Les inflammations chroniques diminuent le taux de sulfate d’héparane, des glucides présents dans le milieu extracellulaire et qui provoquent des réactions auto-antigènes et allergiques.

La peau et l’intestin sont les organes immuno-compétents les plus volumineux de l’organisme parce qu’ils comportent dans leurs sécrétions des immuno-globulines qui ont des propriétés anti-bactériennes et neutralisantes pour les virus, à condition qu’il y ait eu allaitement et un toucher intime par la mère.

En effet, le lait maternel transmet à l’enfant :
– des immuno-globulines (IgA –  IgD – IgE – IgG – IgH)
– du lysosyme  qui a la capacité d’attaquer le Streptococcus mutans, bactérie responsable de la carie dentaire, le virus de l’herpès responsable d’infections buccales, oculaires et génitales, ainsi que de nombreux autres virus le facteur bifidus qui facilite la croissance de Lactobacilus bifidus qui tient les bactéries pathogènes au large
– des protéines porteuses qui lient la vitamine B 12, l’acide follique et le fer, empêchant ainsi que les bactéries pathogènes ne s’en nourrissent elles-mêmes.
Par ailleurs, le sein maternel ainsi que le contact avec la peau offrent au bébé une protection immunitaire. En effet, à ce contact, le bébé, en même temps qu’il est colonisé par les germes de sa mère, en reçoit également les anti-corps.

Le tube digestif du nourrisson est anatomiquement et immunologiquement totalement immature pendant les 6 à 12 premières semaines de sa vie et il n’atteint sa pleine maturité que vers l’âge de 2 ans.
Sa muqueuse intestinale boit littéralement les protéines afin d’absorber la plus grande quantité possible d’anti-corps maternels (les anti-corps sont des protéines). En l’absence de lait maternel, l’enfant est soumis à l’ingestion répétée de protéines étrangères qui entraînent dans le sang la formation d’anti-corps. Ces aliments sont considérés comme des anti-gènes et l’on va trouver des anti-corps correspondant au lait animal, au jus d’orange, aux céréales, au soja, aux amandes.

Le lait de vache est certainement l’allergène primitif qui sensibilise l’organisme et entraîne une foule d’autres allergies.
Une sensibilité aux protéines bovines (viandes et lait) et aux oeufs peut être amorcée dès le ventre maternel ou l’allaitement. Celle-ci se manifeste par les nausées de la femme enceinte et les coliques du nourrisson.
L’élimination des produits laitiers devraient y mettre fin. L’aliment agresseur doit de toute façon être éliminé le temps nécessaire à la réparation de la muqueuse intestinale détériorée.

L’allergie au sucre

Le nourrisson ne possède pas la saccharose, enzyme qui permet la digestion du sucre dans l’intestin  grêle et en quantité minime après quelques semaines de vie. Le sucre devient alors le combustible des levures (candida) et des champignons ; ainsi apparaissent eczéma, rougeurs et autres problèmes cutanés. Le sucre provoque des hypoglycémies poussant à manger plus de sucre encore.

L’allergie aux céréales

L’amylase pancréatique est responsable de la digestion des glucides et ne s’établit que progressivement au cours de la 1ère année de la vie. Son absence va également provoqué une flamblée bactérienne dans l’intestin  grêle et conduire à des troubles digestifs. C’est ainsi que des aliments indispensables (fibres, glucose, oligo-éléments et vitamines) vont devenir des allergènes.
L’allergie au gluten (protéine du blé) est associée à la maladie de Crohn. Le seigle est la céréale la moins allergène.

La prévention des allergies

D’abord, allaitement maternel exclusif pour les nourrissons pour une durée de 4 mois minimum.

Un environnement sain pour le bébé et vous-même.

La remise à plus tard des vaccinations.
Les vaccins de la coqueluche – diphtérie – fièvre jaune – grippe – oreillons – tétanos sont cultivés sur des embryons de poulets et d’oeufs. Le B.C.G. avec de la bile de boeuf. Les oeufs sont responsables de l’asthme – l’eczéma infantile – l’oedème de Quincke – de maux de tête – l’urticaire … 80 % des schizophrènes sont allergiques aux oeufs.

Supprimer les céréales complètes et raffinées cuites ou prendre le temps de les mastiquer et insaliver. En effet, lorsqu’elles sont  correctement triturées, insalivées et mastiquées, 98 % de leurs protéines sont dégradées et assimilées sous forme d’acides aminés …

Consommer des produits animaux de qualité biologique ou bien n’en consommer PAS.
Beaucoup d’enfants deviennent allergiques par le biais des sons, des céréales et légumineuses (arachides – soja transgénique d’Amérique latine) donnés aux animaux.
Les protéines végétales : spiruline, graine de chanvre, graines de Chia, les graines germées et les oléagineux couvrent tous nos besoins ; le besoin de viande est une habitude et non une réelle nécessité.

Pour le rhume des foins, l’un des moyens de prévention les plus naturels est le miel local, consommé en hiver. Comme les abeilles ont butiné les fleurs locales, consommer ce miel permet d’habituer le corps à très petite dose à ce pollen. Au printemps, le corps est prêt à faire face à des concentrations plus fortes dans l’air.

Les allergies de l’adulte se contractent souvent :
par de mauvaises habitudes alimentaires : excès de café – thé – sodas – chocolats riches en alcaloïdes – coca-cola
par les additifs alimentaires – colorants – conservateurs qui peuvent à eux seuls déclencher des crises d’asthme – d’urticaires – de l’hyperactivité chez l’enfant,
par les produits chimiques agricoles – l’eau polluée – le chlore,
par la prise d’analgésiques – d’antibiotiques – d’aspirine qui endommagent la muqueuse intestinale et la rendent perméable aux allergènes. L’aspirine en particulier, augmente la réponse allergique à un aliment.

La pilule, la cortisone, les antibiotiques, une alimentation riche en  sucres – farines raffinées – laitages font flamber le Candida Albicans.

Les traitements naturels des allergies

L’allergie de printemps est liée au Foie.
L’allergie d’automne au Poumon et aux Intestins.
Elles n’ont pas les mêmes racines physiologiques et émotionnelles et ne répondent donc pas aux mêmes traitements.
Amidon, gluten, mono sodium  de glutamate, malt doivent être évités.
Le cassis, le gingko biloba, le gingembre, l’orange amère, l’ortie, la réglisse, la propolis, la vitamine C et tous les bioflavonoïdes, la bromélaïne, la B 12 et la B 6, le magnésium, le sélénium, le zinc sont des inhibiteurs de la bradykinine, de l’histamine et des prostaglandines PgE 2 pro-inflammatoires.

L’alimentation vivante

Une alimentation naturelle, proche de ce que nous avons connu durant la plus longue période de notre évolution nous a protégé des allergies et des réactions immunitaires démesurées. Rien que par sa dimension alcalinisante, l’alimentation paléo est déjà hypoallergique.  Nous proposons des cours de crusine et des formations.

Les aliments prébiotiques et  probiotiques

Les probiotiques à base de lait de vache sont une catastrophe pour l’intestin (travaux du Dr DONATINI).  La restitution d’une flore correcte, à prédominance de fermentation, doit être le souci de santé le plus important. Notre système immunitaire est étroitement dépendant de l’équilibre de notre flore intestinale. Le conflit entre certaines espèces de bactéries et notre système immunitaire est reconnu comme étant à l’origine d’un très grand nombre de maladies.
on doit réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité.
Changer son alimentation est nécessaire mais pas suffisant. « il faut prendre en charge ce bioréacteur qu’est notre intestin.»
Le Psyllium est une petite graine mucilagineuse pro et prébiotique, réparatrice de la muqueuse intestinale et régulatrice du transit (diarrhée et constipation)

L’Aloe vera

Avec ses 92 enzymes il contribue à la digestion et à l’assimilation des aliments et participent à de nombreuses transformations cellulaires et hormonales.
Riche en acides aminés, minéraux, oligo-éléments et vitamines, il est un grand reminéralisant.
Il est antibiotique – anti-fongique – anti-inflammatoire – régénérant.
Il s’est montré efficace dans les problèmes de  diabète –   les maladies inflammatoires de l’intestin – il cicatrise l’appareil digestif – purifie – activate les enzymes du pancréas, et  normalise le taux de cholestérol.

Les aliments qui vont diminuer les allergies (parce qu’ils ont tendance à bloquer l’histamine) sont les aliments riches en Vitamine C*- comme les fraises (riches en plus en antioxydants), les kiwis (riches aussi en flavonoïdes), les agrumes et les poivrons –
Les aliments riches en Vitamine E (jaune d’œuf, avocat, huile végétale)
et ceux riches en Vitamine A (foie, brocolis, patates douces, épinards, etc.).

Acides gras et quercétine

Les acides gras EPA et DHA du groupe des omega-3 sont parmi les meilleurs aliments pour prévenir les allergies. Au Japon,  la consommation de poissons gras permet de diminuer les rhinites allergiques.
La consommation d’Oméga-3 durant l’allaitement permet de diminuer les risques d’allergies chez l’enfant. Toujours en terme de prévention, manger certains légumes comme les tomates et les aubergines, ainsi que du poisson gras, durant l’enfance, diminue les risques d’allergies et d’asthme à l’âge adulte.
Les aliments riches en quercétine, un flavonoïde auquel beaucoup de plantes médicinales doivent leurs vertus se trouvent dans  le sureau, les câpres, la livèche, les oignons crus (surtout le rouge), les myrtilles, le cassis, les cerises, les brocolis et les pommes (surtout la peau).

Les cellules souches

Il faut réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours. Moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité. L’Afa-Klamath augmente la production de cellules souches dans les moelles osseuses qui seront utilisées à restaurer les tissus endommagés.

La carbothérapie

Le charbon est l’absorbant le plus puissant et possède donc des propriétés d’épuration et de détoxication uniques.
Une particule de charbon observée au microscope ressemble à un labyrinthe de couloirs de toutes les grandeurs. Certains sont comme des cavernes, d’autres comme des micro-capillaires et cette architecture permet d’emprisonner de très nombreuses substances toxiques, de tailles et de poids différents.

La gemmothérapie

Le bourgeon de cassis: puissant anti-inflammatoire
les bourgeons de framboisier, de romarin et de hêtre.

Tous les immuno-stimulants et tous les anti-oxydants

L’aromathérapie

Huiles essentielles bifidogènes
enfants :  eugénia caryophyllata  –  litsea citrata  – mentha citrata
adultes  :  rosmarinus off. ABV   – Myristica fragrans  –  Thym thymol
Huiles essentielles de territoire
tous les pinus et les abiès    tous les thyms     tous le melaleucas     tous les eucalyptus
Huiles essentielles de nettoyage de la flore pathogène
Carum carvi – carum copticum (ajowan) –  melaleuca quinquenervia – allium sepa – alium sativum
Huiles essentielles anti-allergiques
périlla frutescens + huile végétale de Périlla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La phytothérapie

1. ache des marais – camomille allemande – coleus forskohli  – ortie dïoïque – plantain – sureau noir – ail (Candida Albicans)
2. L’huile de Nigelle puissant anti-allergique
3. L’oeuf de caille inhibiteur de la trypsine humaine.
4. Les infrarouges peuvent être une solution aux réactions interminables de nez qui coule pendant cette période de l’année.
5. La propolis verte de Bacchariset la forte régulent la flore intestinales et nettoient les bactéries pathogènes.

En kinésiologie

Il existe un protocole de tests pour déterminer l’allergène prioritaire et son contexte émotionnel ; puis la substance mise en contact avec la personne, on tapote simultanément les points suivants :

– début et fin du méridien ESTOMAC
– début et fin du méridien RATE
– début et fin du méridien REIN
– début et fin du méridien VESSIE

Pour augmenter le seuil de tolérance d’un aliment ou d’une substance, on utilise le point terminal de RATE-PANCREAS

Nous proposons des formations pour découvrir et maîtriser les huiles essentielles, l’alimentation vivante et ce que peuvent offrir aujourd’hui les médecines naturelles et énergétiques.

Bibliographie

Dr. Jean Seignalet : « L’alimentation, la 3o médecine » – À partir
de la 5o édition posthume.

Dr Donatini : voir ses travaux sur l’éco-système intestinal

Dr JM Beguin homéopathe-aromathérapeute et acupuncteur à Lille

Professeur Caudron, pharmacien et phytothérapeute

Biologiste Jacques Prunier chercheur sur les cellules souches

Irène Grosjean naturopathe et pionnière de l’alimentation vivante en France et tant d’autres

Cette année, nous serons présents au Salon des Plantes d’Evreux (27000) au domaine de Trangis, samedi 16 et dimanche 17 mai. N’hésitez pas à venir à notre rencontre !

affiche salon des plantes 2015

Le silicium est l’élément électropositif le plus abondant dans la croûte terrestre.  il est beaucoup plus abondant que n’importe quel autre élément, indépendamment de l’oxygène. Il constitue 27.72% de la croûte terrestre solide, alors que l’oxygène constitue 46.6%;  l’aluminium que l’on trouve à 8.13% vient après le silicium.  On  trouve celui-ci dans de nombreuses roches : granits – sables – argiles.

Sa composition

Le silicium normal contient 92.2% de l’isotope 28, 4.7% de silicium 29 et 3.1% de silicium 30.  Le silicium élémentaire a les propriétés physiques des métalloïdes, semblables à ceux-ci et au germanium en particulier situé sous lui. Le silicium est un semi-conducteur sous la forme la plus pure, bien que l’intensité de sa semi-conduction soit fortement augmentée quand il contient de petites quantités d’impuretés. Le silicium est semblable aux métaux dans son comportement chimique.
On sait que le silicium forme des composés avec 64 sur les 96 éléments stables et forme  des siliciures avec 18 autres éléments ; en effet  il forme les composés avec  l’hydrogène, le carbone,  l’azote, l’oxygène et le soufre. Il est essentiel.

 Son utilisation dans l’industrie

Le silicium métallurgique avec la pureté 98-99% est employé comme matière première dans la fabrication des résines organosiliceuse et de silicium, des joints et des pétroles. Des puces de silicium sont employées dans les circuits intégrés. Les cellules photovoltaïques pour la conversion directe de l’énergie solaire emploient des tranches minces de coupe de cristaux simples de silicium de catégorie électronique. Du bioxyde de silicium est employé comme matière première pour produire le silicium et le carbure élémentaire de silicium. De grands cristaux de silicium sont employés pour les verres piézoélectriques. Des sables fondus de quartz sont transformés en verres de silicium qui sont employés aux laboratoires et aux usines de produits chimiques. Une dispersion colloïdale de silicium dans l’eau est employée comme agent enduisant et comme ingrédient pour certains émails ….

Le silicium et la santé

Véritable architecte du monde végétal, animal et humain, le silicium apporte structure, solidité, résistance et fonctionnalité. Il entre en combinaison avec l’élastine, le collagène, la kératine et les protéoglycanes et contribue à avoir des tissus conjonctifs (cartilage-tissus osseux, adipeux et vasculaires) forts et sains ;
Le corps humain en contient 7 grammes soit deux fois plus que le fer. On en retrouve des quantités importantes dans :   les cartilages, le thymus, les parois vasculaires, les surrénales, le foie, la rate, le pancréas et surtout dans l’aorte ainsi que dans la peau , les cheveux, les ongles. La quantité de silicium organique diminue chez l’être humain avec le vieillissement, et de façon irréversible, car  celui-ci est incapable de transformer le silicium minéral ingéré ( aliments et boissons) en silicium organique. À l’âge adulte notre capital silice a diminué de 80 % à cause d’une alimentation conventionnelle pauvre en fruits-légumes et grains complets. Notre capacité à extraire le silicium de nos aliments devient de plus en plus difficile d’où l’apparition de rides,  raideurs,  diminution des performances et fragilisation générale…

Son mode d’action

Le Professeur LAKHOVSKY a démontré la structure électrique de la cellule il y a plus de 60 ans. Dans certaines atteintes, la cellule n’a plus la capacité de compenser les différences de potentiels à l’aide de la pompe à Sodium. L’état idéal de perméabilité/imperméabilité de la membrane cellulaire est alors altéré et la cellule  s’affaiblit et devient le siège d’un développement pathologique. De par sa taille et son poids moléculaires, le silicium a la capacité de pénétrer dans l’intracellulaire et est totalement impliqué dans la vie de la cellule. C’est un catalyseur incontournable. Sa présence accélère tous les processus d’assimilation, de fonctionnement et de métabolisme au niveau de la cellule. Son absence empêche celle-ci d’absorber et d’utiliser les nutriments indispensables à sa survie et son activité et bon nombre de compléments alimentaires sont pris en vain car ils n’atteignent jamais leur cible, voire, comme pour le calcium, ils sont déposés là où ils ne devraient pas. Le silicium bio-activé est comme la « locomotive qui tire les wagons ». Ils entraînent tous les nutriments nécessaires à l’intérieur de la cellule.

Le laboratoire Dexsil offre une forme monomère (donc qui ne polymérise pas comme d’autres siliciums)),son pouvoir de pénétration à l’intérieur de la cellule est optimum  et les résultats sont étonnants sur :

  •  la reconstitution d’un tissu conjonctif normal
  • l’élasticité  des parois artérielles et la vascularisation  normale des tissus
  • la restructuration des fibres d’élastine et du collagène
  •  la minéralisation osseuse
  •  le métabolisme général de l’organisme
  • la fluidification des liquides synoviaux
  • la stimulation et la formation des lymphocytes et des globules rouges
  • la catalyse du Zinc et du Cuivre
  • la prévention de l’oxydation cellulaire
  • la cicatrisation des plaies
  • le renforcement des défenses immunitaires
  • anti-inflammatoire et un anti-douleur

 

LA SÈVE DE BOULEAU

La chimie du corps exige que nous absorbions 75% d’aliments riches en sels minéraux, 25% d’aliments générateurs d’acides et que nous buvions de l’eau pure (sans adjonction) de préférence à température du corps très régulièrement dans la journée.

La sève de bouleau remplit tous ces critères en apportant une eau pure à forte charge magnétique, des minéraux végétalisés donc hautement assimilable et qui permet d’éliminer toxines et acides. Elle se compose essentiellement d’ « eau vivante » puisqu ‘elle est dynamisée par son passage à l’intérieur de l’arbre. Du point de vue de la bio-électronique, cette « eau biologique » est comparable au champagne et à la gelée royale !!

Mais elle perd toutes ses qualités enzymatiques à la pasteurisation et il est impératif de se procurer une sève non pasteurisée, non filtrée. La sève de bouleau vendue en bouteille de verre est pasteurisée sinon elle ferait exploser la bouteille à cause de la fermentation qui se poursuit grâce aux enzymes présents dans la sève.

La sève de bouleau contient beaucoup de Potassium qui sert à la croissance intense du bourgeon (le lait maternel contient 30% de Potassium) . La sève de bouleau est utilisée dans les pays du Nord pour remplacer le lait maternel s’il vient à manquer. Elle contient également du mucilage, du sucre (0,5 à 2% d’hétérosides), et des minéraux dont la composition varie suivant la nature géologique du sous-sol.

La sève de bouleau est à la fois reminéralisante et drainante. Elle possède  :

  •     Des propriétés diurétiques et s’utilise avec succès chez les personnes faisant de la rétention d’eau, de la cellulite et de l’obésité. Elle accompagne tout régime amincissant avec succès.
  •     Elle dissout les calculs rénaux, nettoie le sang des déchets uriques. Elle s’utilise avec succès dans le traitement de l’azotémie (rétention de l’urée dans le sang)
  •     Elle aide l’organisme à éliminer le cholestérol
  •     C’est un remède précieux dans les maladies articulaires qu’elle soulage en drainant le corps de ses déchets
  •     Elle s’emploie depuis des siècles comme dépuratif en cas de surcharges diverses
  •     En cas de maux de tête, névralgies, vertiges.
  •     En bain de bouche, elle guérit les ulcérations
  •     C’est un purificateur de la peau : appliquer sur le visage, elle ôte les tâches
  •     Elle est vermifuge
  •     Elle dissout les calculs biliaires.

En médecine énergétique, elle sera conseillée au Printemps pour nettoyer et nourrir le Foie et les voies digestives, et à l’Automne pour le Poumon, le gros intestin, la peau et les articulations. Mais on peut la boire tout au long de l’année et faire régulièrement des cures de 2 à 3 mois suivant les besoins.

La sève de bouleau a un goût neutre, elle peut être associée au bourgeon de bouleau et de cassis pour renforcer son action au niveau des articulations, des reins et de la vésicule biliaire.

Elle peut être consommée à n’importe quel moment de l’année et chaque fois que l’on se trouve en surcharge toxémique : après une maladie longue ou chronique – après une intervention chirurgicale et prise d’anesthésiques – après une antibiothérapie – en cas de maux de tête et de migraines qui sont des signes de surcharges hépatique ou générale – quand on voudra perdre du poids – avant et après un jeûne …

On la consomme à raison de 1 verre 2 fois par jour mais on peut aussi en prendre jusqu’à 1 litre/jour.

Ce qu’il faut comprendre : le processus d’intoxination, de maladie et de vieillissement

L’équilibre acido-basique est au coeur du système électrolytique. La descente vers l’acidose se manifeste par des douleurs musculaires et articulaires, de l’inflammation, de la fatigue, des troubles intestinaux, la peau et les cheveux qui perdent leur éclat … etc.

Quand une cellule malade meurt, elle relargue les corps étrangers qu’elle a stockés et qui doivent être éliminés grâce au bon fonctionnement des émonctoires. En cas de déficience de ceux-ci, ces déchets iront polluer d’autres cellules. Lorsque les cellules relarguent les corps étrangers, ils se retrouvent dans la circulation sanguine. Ils parviennent jusqu’au foie, qui est chargé de les éliminer.

Si le foie fonctionne correctement, ils passent dans l’intestin avec la bile. Ils doivent alors trouver une flore intestinale en bonne santé qui permet de les éliminer. À défaut ils traversent la barrière intestinale et se retrouvent à nouveau dans la circulation sanguine puis repassent par le Foie et le cycle recommence, saturant et vidant le foie de ses réserves vitales. Les déchets resteront alors dans la circulation sanguine.

Un organisme sain produit des déchets métaboliques acides dus à la dégradation des protéines.

Du gaz carbonique dû à la décomposition des glucides et des sucres.

Lors d’activité musculaire, il y a production d’acide lactique.

Les sucreries et les graisses sont métabolisés en acide acétique ;

Le thé noir, le café (qui absorbent de grandes quantités d’Oxygène) en acide tannique et chlorhydrique, la nicotine en acide sulfurique,

La viande de porc et les laitages génèrent des acides sulfurique et nitrique capables de dissoudre l’or ! Ces 2 acides ramollissent les disques intervertébraux. L’acide sulfurique dissout les îlots de Langerhans du Pancréas responsables de la production d’insuline ! …

La rhubarbe, les épinards génèrent de l’acide oxalique et le cacao de l’acide acétique et oxalique.
Les boissons gazeuses de l’acide carbonique.
Les flatulences retenues dans les intestins pénètrent dans les liquides organiques et produisent de l’acide sulfurique à partir de l’hydrogène sulfuré qu’elles contiennent.
Le stress, la peur, la contrariété, les expériences difficiles génèrent de l’acide chlorhydrique.

                         Les 3 stratégies du corps pour neutraliser et évacuer ses déchets

    Les 5 émonctoires

Le Foie dégradent et envoient les déchets volatiles aux poumons, les déchets liquides aux reins et les déchets solides au colon.

La peau est un émonctoire de secours et quand le film hydrolipidique de la peau devient le camion poubelle des acides de l’organisme, apparaissent alors boutons, eczémas, démangeaisons, tâches dites de vieillesse, allergies, acné, verrues, voire cancer de la peau .

La peau et les pieds sont des « reins » de secours.

L’acide sulfurique, tout comme l’acide nitrique que l’on retrouve dans les viandes salées, sont éliminés par les pieds ce qui crée des sensations de brûlures.

Les règles chez la femme sont un émonctoire naturel des acides et des toxines.

Les hommes qui n’ont pas cette solution, ont besoin de bouger et transpirer, et se sentent ainsi en bien meilleure condition.

La faiblesse de nos émonctoires laissent la porte grande ouverte aux maladies.

1. Pour neutraliser ses acides le corps utilisent les réserves minérales et alcalines des os, des dents, des cheveux, de la peau, du sang, des cartilages etc

Chaque atome de substances minérales qui neutralise une molécule d’acide urique se transforme en molécule de calcium urique susceptible de créer un calcul.

L’acide oxalique se transforme en calcium oxalate, l’acide sulfurique en calcium sulfurique … etc, c’est ainsi que le corps dans son intelligence sacrifie son calcium et autres minéraux pour la survie du corps tout entier.

SELS MINÉRAUX + ACIDES = SELS NEUTRES = DÉCHETS

La plupart de ces déchets résiduels sont éliminés par les émonctoires.

En cas d’échec, le corps les déposent :

2. Le tissu adipeux est le premier à servir de dépotoir, les déchets sont enrobés dans la graisse. Les gros sont des gens qui n’éliminent plus et donc n’assimilent plus non plus. Ils ont tout le temps faim.

3. Le corps dilue dans l’eau les déchets non évacués et l’œdème apparait.

4. Puis vient le tissu conjonctif, puis les muscles et les articulations : rhumatisme- arthrite puis arthrose sont le lot des gens qui n’éliminent plus non plus. L’inflammation, le feu, vient tenter de brûler tout ces déchets; la chronicité de la surcharge toxémique engendre la destruction des cartilages, articulations et autres tissus qui sont littéralement brûlés par l’inflammation.

Puis les os, les organes, les glandes, les organes des sens et enfin les organes vitaux…

 Le processus de vieillissement du corps est ainsi amorcé et/ou la maladie. L’un comme l’autre sont le résultat d’une accumulation de déchets dans le corps, d’une perte graduelle et lente de nos réserves minérales et d’une descente vers l’acidose.

Les maigres sont des déminéralisés-acidifiés qui n’assimilent pas et éliminent trop.

Les symptômes sont les signaux d’alarme lancés par le corps : maux de tête (ceux-ci sont le 1er symptôme du transport des acides et toxines dans le cuir chevelu pour y être neutralisés par les sels minéraux), perte des cheveux et cheveux qui blanchissent, transpiration malodorante, langue chargée, infections, gencives rétractées, plaque dentaire, mycoses, parasites, contractures, inflammations, varices, hémorroïdes, règles douloureuses, ostéoporose, dents cariées, rides, vergetures, rhumatisme, goutte, arthrite-ose, obésité, raideur et plus encore les maladies auto-immunes où un dérèglement immunitaire est mis en cause alors que l’on oublie que les acides corrosifs sont capables de corroder les gaines des nerfs, les îlots de Langerhans, les cartilages, les tendons etc ….

La dissolution des déchets résiduels déposés dans les tissus doit impérativement se faire en même temps que la reminéralisation.

Cette dissolution peut se faire en buvant de l’eau et des tisanes amères : gentiane, camomille, centaurée … qui dissolvent les déchets résiduels accumulés.

La sève de bouleau, par son eau pure, ses enzymes et ses minéraux vient recharger les réserves épuisées de l’organisme.

Le Lithothamme recharge également les réserves minérales du corps.

L »Afa-Klamath apporte tous les nutriments nécessaires à sa régénération.

Les bains alcalins permettent aux acides de sortir directement par la peau sans passer par le long parcours de émonctoires.

Les bains à détoxination ionique provoquent une décharge des toxines, acides et métaux lourds par les pores de la peau des pieds. Ils sont un peu déminéralisant et les cures de jus verts, jus Breuss, sève de bouleau seront un accompagnement idéal.

Les jus de légumes et les jus verts sont des plus bénéfiques au corps :

LES CURES PROPOSÉES PAR GERSON ET BREUSS

Dans les pathologies avancées, les cures proposées par Gerson et Breuss permettent de déloger les déchets et les toxines accumulés et de les éliminer totalement. Ces cures s’appuient aussi sur des régimes alimentaires à base de fruits et de légumes frais et mieux encore de jus verts. L’adage d’Hippocrate qui disait en son temps : « Que ta nourriture soit ton médicament » est plus que jamais d’actualité.

LA CURE du DOCTEUR GERSON : LE LAVEMENT AU CAFÉ VERT

Le docteur Gerson, d’origine allemande, a commencé sa carrière en 1928 au centre hospitalier de Bielefeld (Allemagne). 30 années d’expérimentation clinique lui ont permis la mise au point d’une thérapie Gesonextraordinairement efficace pour les personnes souffrant de maladie à un stade avancé. 39% des malades en phase terminale pouvaient encore être sauvés.  Voici un beau témoignage de sa fille qui a 90 ans aujourd’hui et avait repris la succession de son père dans sa clinique de soin   :                 https://www.youtube.com/watch?v=syQGbI1RhME#t=51

Le docteur Kelley fut atteint d’un cancer du pancréas à l’âge de 37 ans. En phase terminale avec une atteinte hépatique jugée incurable, et alors qu’il n’en avait plus que pour quelques semaines, il teste la cure Gerson. Il vécut jusqu’à l’âge de 79 ans une existence riche et remplie en coopérant avec le Docteur Gerson.

« Le Dr Max Gerson utilisait les lavements au café pour réaliser la détoxification du corps. Il précisait que 98% des personnes atteintes  des organes internes ainsi que de maladies graves, ne meurent pas de la maladie elle-même, mais des surcharges de toxines et   d’éléments de décomposition des tumeurs qui, ne pouvant plus être éliminés, viennent saturer  le foie et provoquer la mort.

La caféine administrée par voie rectale stimule l’action du foie, augmente le flux de bile chargée de toxines, ouvre les canaux biliaires, stimule le système enzymatique connu sous le nom de « glutathion S-Transférase » (GST).

L’élimination des radicaux libres est augmentée de 650 à 700%. .

Pendant le lavement, le café est retenu dans les intestins et durant ce temps, tout le sang du corps est filtré au moins 5 fois par le foie.

Le lavement au café fait baisser le taux de toxines du sérum sanguin, débarrasse de leurs poisons toute la micro-circulation qui nourrit les cellules. Les systèmes enzymatiques du foie et de l’intestin grêle assurent la neutralisation des toxines.

Le rôle de ces systèmes est fortement activé par les lavements au café. Ceux-ci soulagent la tension nerveuse, la dépression, les symptômes allergiques et surtout permettent la sédation des fortes douleurs…

La bile est normalement réabsorbée jusqu’à dix fois avant de sortir des intestins. L’intensification de l’activité enzymatique que permettent les lavements au café ne permet plus la réabsorption de la bile toxique par le foie au travers de la paroi intestinale. Elle constitue un moyen extrêmement efficace de détoxifier le sang.

Le lavement est généralement tenu 15 à 20 minutes. Comme tout le sang traverse le foie toutes les 3 minutes, les lavements au café présentent véritablement une forme de dialyse.

La diminution du taux des toxines dans le sang par l’administration des lavements au café contribue de façon majeure à la production d’énergie, à l’amélioration de la circulation, de l’immunité, à une meilleure réparation et régénération cellulaire.

Préparation de la décoction

Mettre 3 cuillerées à soupe de café vert en grain biologique dans 1,2 litre d’eau ou 1 à 2 cuillères à soupe de café vert biologique moulu. Le café vert contient plus de caféine.

Faire bouillir 5-10 minutes.

Laisser reposer 10 minutes, puis filtrer.

Après la filtration du café, celui-ci est très chaud mais il ne reste pas 1 litre de liquide, on rajoute donc un peu d’eau froide pour avoir 1,1Litre ce qui a pour avantage de le ramener à une température correcte.

Le lavement :

Verser cette préparation dans le bock à lavement.

Procéder comme pour tout lavement ordinaire, se coucher sur le côté droit, replier légèrement les jambes, se relaxer, puis insérer la canule légèrement lubrifiée dans l’anus et laisser le liquide s’écouler dans l’intestin. Il est avantageux de le faire dans son bain car la pression de l’eau du bain permet de garder plus facilement la décoction.

Rester couché sur le côté en respirant calmement. Essayer, en se relaxant, de garder le liquide en soi de un quart d’heure minimum à 20 minutes.

Retirer la sonde une fois installé sur le siège des WC. L’évacuation se fait généralement en 2 ou 3 fois. Il vaut mieux être patient pour éviter des surprises désagréables !

Précautions à prendre

Veiller à vider l’intestin avant le lavement. En cas de besoin, procéder au préalable à un petit lavement avec de l’eau tiède.

Durant tout le temps que dure l’opération, il est préférable de laisser la canule en place.

Celle-ci sert en quelque sorte de soupape de décompression. La pression des gaz intestinaux est très forte et vous pouvez avoir des spasmes. Si vous l’enlevez, vous risquez de ne pas pouvoir garder le liquide.

Pour celles et ceux que le bock rebuterait, il est plus simple d’utiliser une poire à lavement, mais la décoction ne parviendra pas aussi loin dans le colon.

Ce lavement peut être fait quotidiennement en cas de maladie, une fois/mois en mesure d’hygiène pour stimuler le foie.

LA CURE DU DOCTEUR BREUSS

Rudolf Breuss né le 24 juin 1899 et décédé le 17 mai 1990 était autrichien et exerçait la médecine naturopathique, Jusqu’en 1990, on a estimé à environ 45000 le nombre de malades atteints de  maladies dites incurables qui ont été guéris grâce à sa cure.

Le Dr Breuss estimait que le jeûne était le meilleur remède à toutes les maladies car la maladie est nourrie par le corps. Lorsqu’on jeûne et que l’on dispose de suffisamment de réserve vitale, le corps se débarrasse de tout ce qui ne fait pas partie de lui et ses pouvoirs de guérison naturels sont ainsi mobilisés.

Il préconisait des jeûnes de 42 jours accompagnés de prise de jus de légumes, très connus aujourd’hui sous le nom de cure Breuss.

En prenant des jus de légumes, on ramène un niveau minéral optimum pour neutraliser les acides et les toxiques et en réduisant l’alimentation solide, on permet à tous les émonctoires de s’ouvrir et décharger vers l’extérieur tout ce qui stagne dans le corps. La cure Breuss, partant d’une carence protéinique totale, oblige le sang à déclencher une autophagie, en particulier sur les protéines faciles et peu organisées que sont les tumeurs.

Ces jus contiennent principalement de la betterave rouge, carotte, céleri, radis et pomme de terre crus.

Le jus de pomme de terre a un effet bénéfique sur de nombreuses pathologies graves  et joue un rôle capital sur le fonctionnement du foie.

Il conseillait conjointement la prise de nombreuses tisanes et décoctions suivant l’état de la personne. : sauge- souci- herbe à robert – millepertuis – menthe – mélisse – …

La sauge – du latin Salvia : celle qui sauve – est bénéfique à tout et tous et permet de préserver la santé et la longévité. Elle assèche tous les « marécages » dans le corps, les excès d’eau et d’humidité. Elle sèche aussi les larmes et les chagrins.

La tisane de sauge peut être prise tous les jours de votre vie.

On la prépare en décoction :

bouillir 3mn puis infuser ensuite dans cette décoction du millepertuis, de la menthe et de la mélisse.

On prépare un mélange draineur et tonique des reins : prêle-ortie-renouée des oiseaux – millepertuis que l’on prépare en infusion : on remplit une casserole d’eau froide, on y ajoute le mélange de plantes et ensuite on met sur le feu ; dès que l’eau frémit, on éteint et on laisse infuser 10mn. On filtre puis on remet de l’eau dans le marc de plantes et on fait bouillir 10mn pour récupérer l’acide salicylique.

On filtre à nouveau, on mélange la décoction et l’infusion et on en boit 1/2 tasse matin et soir pendant 3 semaines uniquement.

On peut répéter cette cure 3-4 fois/an.

L’infusion d’herbe à robert est nécessaire en cas de chimio ou radiothérapie car elle contient du radium. On prépare l’infusion comme le mélange rein mais on ne fait pas de décoction.

Cure breuss : mode d’emploi

Le matin à jeun, 1 tasse d’infusion « rein » froide.

Une demi-heure à 1 heure plus tard, boire une à deux tasses d’infusion de sauge, chaudes.

Un quart d’heure à une demi heure plus tard, boire un peu de jus Breuss et en fonction de la sensation de faim, reprendre un peu de jus Breuss tout au long de la matinée et de la journée.

Boire à volonté la tisane de sauge.

Pendant l’après midi et le soir au coucher reprendre une tasse de décoction rein.

La tisane d’herbe à robert est prise par petites gorgées tout au long de la journée en cas de chimio ou radiothérapie.

Le docteur Breuss insistait sur le fait que, en cas de maladies,  la cure Breuss ne devait jamais se faire uniquement en prenant du jus de légumes mais en prenant également les tisanes et décoctions mentionnées ci-dessus.

La prise par petites gorgées permet d’insaliver ses boissons.

La stimulation de la veine porte qui conduit le sang provenant des organes digestifs vers le Foie est tellement forte qu’il se peut que tous les nutriments soient absorbés et qu’il n’y ait pas de selles pendant plusieurs jours.

Les lavements au café seront des plus bénéfiques pour éviter tout problème de constipation.

Dans l’idéal et en cas de maladies graves, la cure doit durer 42 jours mais vous pouvez la suivre sur un laps de temps plus court si vous le souhaitez et si vous êtes en bonne santé; elle est bénéfique aux personnes âgées et le Docteur Breuss l’a pratiqué également avec elles.

Le Docteur Breuss affirmait que les cellules malades ne peuvent survivre si l’on ne boit que des jus de légumes.

On peut y ajouter un peu de jus de fruits si le goût semble par trop désagréable.

Après les 42 jours, il est nécessaire de garder une hygiène alimentaire, manger beaucoup de fruits et légumes frais, biologiques et sains, renoncer à ses habitudes toxiques et opter pour une vie heureuse.

La cure Breuss au quotidien

On peut aussi boire le jus Breuss en complément de son alimentation ; il viendra apporter les oligo éléments-minéraux et vitamines qui manquent souvent dans notre alimentation moderne trop cuite – surgelée- »microondisée » à raison d’un verre à chaque repas.

Pour les personnes souvent en déplacement pour leur travail et qui n’ont pas le temps de se préparer à manger et/ou qui mangent aux restaurants des nourritures lourdes et encrassantes, le jus Breuss sera une excellente solution santé, préventive et curative.

Aujourd’hui les extracteurs de jus se font de plus en plus populaires et permettent de se faire des jus frais et des jus verts à haute valeur nutritionnelle. La société Santé globale propose des extracteurs à bas prix par rapport au marché.

Pour plus d’information sur les pathologies que le Docteur Breuss a guéri avec sa cure, voir son livre

Ouvrages de référence

Le livre du Dr Kelley : « Se guérir du cancer sans chirurgie, c’est possible ».

« La Cure Breuss » de Rudolf Breuss Édition labussière.

La santé intestinale est une clef majeure de la santé globale, cela est aujourd’hui bien reconnu. L’atrophie intestinale est une cause majeure dans toutes les pathologies aigus ou chroniques quelles qu’elles soient.ventre-intestin

Les quatre piliers de la santé digestive

1. L’alimentation adaptée à nos capacités ou nos compétences digestives déterminées en partie par notre groupe sanguin

La méconnaissance ou le non-respect de notre physiologie conduit à la « dysbiose intestinale ». Celle-ci est un état de dysfonctionnement totale de la capacité d’assimilation et d’élimination de notre intestin. Dans le grêle s’opère un tri sélectif des nutriments en adéquation avec l’activité anticipée. Un intestin d’informaticien assis toute la journée ne sélectionne pas les mêmes nutriments qu’un intestin de sportif de haut niveau. Ils n’éliminent pas non plus les même choses.
En médecine énergétique, l’intestin grêle est en relation avec notre Coeur ; nous assimilons en vue de l’action choisie et désirée par notre coeur. Lorsque le coeur pulse le sang artériel, il envoie l’information de l’action désirée via le sang et les globules rouges à nos milliards de cellules.
Le retour veineux va nous donner l’information retour du vécu au niveau cellulaire. Si le vécu n’est pas en accord avec le désir,  la circulation retour sera chargé et problématique.

2. La présence de bactéries symbiotiques et de neurotransmetteurs dans l’intestin.

Notre intestin abrite 10 fois plus de bactéries que nous n’avons de cellules dans le corps. Celles-ci vont permettre une véritable émulsion et micronisation de tous les nutriments apportés par le bol alimentaire et préparer le « repas » de nos cellules.
On sait également qu’il y a plus de 200 espèces de bactéries , qu’elles sont indispensables à la maturation de notre système immunitaire et qu’elles interagissent avec notre cerveau ; les bactéries résidentes intestinales peuvent produire des substances actives sur le cerveau. Notre tube digestif contient 100 millions de neurones c’est-a-dire autant que la moelle épinière. Il produit au moins 20 neurotransmetteurs,  les mêmes que ceux du cerveau. il recèle 70 à 80% de nos cellules immunitaires et assure ainsi l’essentiel de nos défenses immunitaires.
Les traitements antibiotiques et chimiques provoquent  un déficit des bactéries bénéfiques et activent la présence de bactéries pathogènes, comme Candida albicans.

3. Les compétences de nos émonctoires

Notre corps est une vaste entreprise complexe de fabrication et de nettoyage  exceptionnellement performante grâce à nos 5 émonctoires (6 chez la femme) : Foie-Rein-Poumon-Gros intestin- peau et règles permettent à notre corps de garder son homéostasie, c’est à dire tous ses paramètres stables (PH, sucre sanguin, cholestérol …)  L’incapacité physiologique à digérer certains types d’aliments et/ou la fatigue des émonctoires vont générer des quantités de déchets circulant dans le sang, la lymphe ou se déposant dans les tissus, les articulations … . Les innombrables microbes infestent alors notre système digestif nous intoxiquant en permanence et créant un état d’empoisonnement chronique des tissus et du sang. Ces déchets peuvent être des acides ; en ce cas le corps les neutralisent grâce à ses minéraux. Par exemple la consommation de laitages ou de viande de porc génère des déchets de type acide sulfurique qui sont neutralisés par notre minéral le plus puissant : le calcium. Il y a alors un déchet neutre, le calcium sulfurique, qui doit être éliminé. Le sucre blanc est la substance la plus acidifiante et déminéralisante pour l’organisme ; il brûle la flore intestinale et force le corps à précipiter ses minéraux.
Ces déchets peuvent être de type « colles » et vont venir engluer notre intestin, notre lymphe, notre peau, nos 5 organes des sens, notre cuir chevelu …
Si tous les émonctoires sont surchargés, ces déchets sont temporairement stockés dans les articulations, dans les « poches » du corps : utérus, poumon, sinus, gorge… , ils peuvent provoquer un état inflammatoire  chronique et une perturbation du système immunitaire qui les prend pour des corps étrangers. Ils peuvent forcer le corps également à les diluer dans l’eau et nous faisons alors de l’oedème. Le lien avec les maladies auto-immunes apparaît comme une évidence dans une approche globale de la santé. Les gros sont souvent des corps qui n’éliminent plus et enrobent dans la graisse ou diluent leurs déchets dans l’eau ; les maigres sont souvent des terrains déminéralisés par hyper-acidification.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

PRENDRE SOIN DE SON INTESTIN

1) L’ALIMENTATION

Notre système digestif est un copié-collé du système digestif des grands singes qui sont frugivores et non carnivores. Le B.A  BA d’une alimentation source de santé :
1. Une cuisine à partir de produits frais de qualité.crudités
2.  prendre ses repas dans le calme avec une mastication aussi complète que possible.
3. Supprimer les produits laitiers et les céréales glutineuses et amidonnées, ou  tout autre aliment sujet à une intolérance individuelle.
4. Préparer les aliments sans les détruire : micro-onde, cuisson dans le plastique, à haute pression rendent nos aliments morts et impropres à nous nourrir .
5. Manger quotidiennement des aliments riches en enzymes et en lacto-ferments comme la choucroute crue, le miso, les crudités marinés quelques heures dans le citron ou pressé avec un peu de sel pour les attendrir, les graines germées, les algues de mer, le pollen frais …
6. 80 % de fruits et légumes frais à chaque repas sous forme de jus, de smoothies ou en marinades, crudités, cuisson rapide (wok)…
7. Diminuer la part de viande et charcuterie qui génèrent beaucoup de déchets toxiques.
8. Privilégier les protéines végétales : oléagineux – graines germées – graine ou farine de chanvre (40 % de protéines complètes) – graines de chia  – les algues de mer – la spiruline – les champignons – les légumes sauvages – les lentilles germées ( et non cuites)….
9. L’alimentation vivante (sans cuisson) est une alimentation riche en saveurs, haute en couleur et en accord parfait avec notre physiologie.
10. Éviter les aliments pro-inflammatoire : le sucre blanc – les laitages – la viande rouge – la caféine – le gluten – les farines blanches – les boissons et préparations industrielles –
11. Consommer régulièrement les meilleurs aliments anti-inflammatoires : l’avocat – l’ail – le gingembre frais – le curcuma frais – la betterave – l’asperge – les aliments riches en oméga 3 : huile de chanvre, huile de noix, huile de cameline …
12.  QUE TON ALIMENT SOIT SOURCE DE SANTÉ

2) LA PHYTOTHÉRAPIE

Le Psyllium blond au secours de l’intestin.
La richesse  exceptionnelle du psyllium blond en fibres lui permet de restaurer un fonctionnement normal du côlon.Phytothérapie
Il améliore le péristaltisme.
Il régularise la fréquence et la qualité de selles.
Il apporte  les bactéries bienfaitrices à la flore intestinale.
Le psyllium contient 15 fois plus de fibres que le son d’avoine. Il apporte les fibres végétales dont  notre alimentation est déficiente.
Il est sans gluten et sans lactose.
Il est riche en mucilages végétaux, principe actif du psyllium,  qui se trouve  dans le tégument de l’enveloppe.
« Les mucilages sont des fibres  qui gonflent au contact de l’eau et  ont des propriétés épaississantes, adhésives et adoucissantes. Les mucilages  du psyllium contiennent 70% de fibres solubles qui se transforment en une masse douce et gélatineuse qui va agir comme une éponge, entraînant avec elle les substances toxiques. »
Les déchets, les toxines, les métaux lourds et les substances chimiques sont littéralement absorbés par les mucilages du psyllium ainsi l’intestin est complètement assaini.
Contrairement aux laxatifs chimiques, le mucilage du psyllium n’est pas irritant car il enveloppe l’estomac et le gros intestin.
Le psyllium blond va réguler l’intestin, en cas de constipation comme de diarrhée. Il est idéal pour les personnes âgées.
Sur les problèmes de diarrhées ou de dysenterie, grâce à son action mécanique. Les diarrhées causées par la prise de médicaments ou par présence de bactéries, peuvent être résolus. Mon poids et moi !
Lorsque le transit fonctionne bien, le corps se débarrasse aussi des matières fécales non éliminées, ce qui contribue à la perte de poids.  On  prend une cuillère à café  ou 1 cuillère à soupe une heure avant le repas dans un grand verre d’eau dans lequel on le laisse gonfler au minimum 10mn,

Cholestérol et cardio

Il a été confirmé par l’OMS que  le  psyllium est bénéfique en cas d’ l’hypercholestérolémie et peut réduire  les risques de maladies cardio-vasculaires.  Pris  quotidiennement à partir de 5 g par jour, le psyllium contribue à diminuer le taux de cholestérol total et à équilibrer HDL et LDL ainsi que les triglycérides pour les personnes qui ne sont pas atteintes sévèrement. De même pour les maladies cardiovasculaires et l’hypertension, les personnes bénéficieront d’un apport de 10g/ jour. Le psyllium est bien toléré par tous et ne présente pas d’effets secondaires indésirables.

Autres bienfaits du  psyllium

Diabète de type 2 :  à raison de 5g de psyllium par jour , on peut normaliser le taux de lipides dans le sang et à faire baisser la glycémie. L’index glycémique diminue car le psyllium modifie la structure, la texture et la viscosité des aliments dans l’intestin.
Candidoses :  Les matières fécales qui stationnent trop longtemps dans le côlon sont le terrain idéal pour le développement de Candida et de levures. Pour survivre dans le côlon, les levures produisent des toxines qui peuvent causer des réactions allergiques. Le psyllium empêche que les déchets métaboliques des levures ne soient ré-absorbés par l’organisme.

Son utilisation

Ce sont les graines du psyllium et leur enveloppe que l’on consomme. I faut faire tremper les graines  ou la poudre  dans l’eau tiède pendant 20 minutes avant de les consommer,
Il est beaucoup plus aisé de l’utiliser dans la cuisine et de le travailler comme un aliment ; ainsi on pourra le mettre comme épaississant dans les potages mais après cuisson des légumes ; le psyllium ne doit pas être cuit.
On pourra l’utiliser comme épaississant dans les sauces, les smoothies, les desserts, les gâteaux, les  tartes, les nappages. Sa texture peut être très ferme ou bien très souple suivant la quantité d’eau ajoutée. Il n’a aucun goût particulier et ne modifiera donc pas votre préparation de base.
On l’utilisera en secours quand la préparation prévue est trop liquide…

RECETTE

Smoothie au psylliumSmoothie du matin :
une pomme ou une poire ou des fraises,  ou tout autre fruit de saison à votre goût
une poignée de noix de cajou ou d’amandes prétrempées et épluchées
une petite poignée de baies goji ou dattes
une cuillère à soupe rase de psyllium
3 tasses d’eau tiède
mixer le tout.  Attendre un peu que le mélange prenne la consistance souhaitée et déguster après avoir  ajouté quelques noisettes hachées.

 

 

3) L’AROMATHÉRAPIE

Les huiles essentielles au secours de votre intestin

Le clou de girofle ou eugénia caryophyllata op clous.

Par son action équilibrante, le clou de girofle tonifie les reins et remet les pieds à la terre. Tonique – anti-inflammatoire – antiinfectieux – anti-putride – antibacterien – antiviral – antifongique – anti-parasitaire, il a un champ très large d’action sur le plan :  pulmonaire, vasculaire, intestinale, gynécologique, digestif et cutané et sur  tous les déséquilibres de la flore intestinale : il est bifidogène et  nettoie les intestins …
C’est une huile essentielle majeure  protectrice, chaude, sécurisante qui libère des peurs, du jugements des autres, qui permet la maîtrise de soi et de s’exprimer. Pour toutes les personnes timides, refoulées, dans l’auto-dépréciation, les colères enfouies, les échecs et les psychoses.

La menthe poivrée ou Mentha pipereta vulgaris sb menthol

Elle facilite l’ensemble des réactions métaboliques au niveau des cellules hépatiques.
Efficace contre toutes les agressions toxiques :  médicamenteuses, virales, alimentaires, on l’utilise efficacement pour les hépatites, les suites de traitements antibiotiques, les intoxications alimentaires.
Elle lutte contre le manque d’appétit, les flatulences, les ballonnements, le mal des transports.
C’est une grande essence dépurative du foie à laquelle on peut ajouter des composés soufrés qui facilitent le nettoyage des protéines.
La Menthe poivrée est une essence froide et mentale. Elle stimule les fonctions cérébrales de type cerveau gauche et est très utile en période d’examen, pour lutter contre le trac, la timidité, l’envahissement des émotions, le manque de confiance en soi et l’introversion. C’est l’essence de la vivacité d’esprit, de l’ingéniosité, du dynamisme.
Pour la même raison, on évitera d’en donner aux personnes trop mentales et trop extraverties.  La Menthe poivrée contient de 20 à 30% de cétones et est déconseillée chez les enfants (les cétones sont neurotoxiques et épileptisants). On l’utilisera en petite quantité, 5% maximum, avec des essences hépato-protectrices : romarin 1,8 cinéole, citrus limonum op zeste. Chez l’adulte, on ne dépasse pas les 15%.

La cannelle feuille  ou Cinnamomum zeylanicum op feuilles.cannelle

La cannelle est réchauffante et redonne du coeur au ventre et confiance en soi.
La cannelle feuille augmente les taux d’Iga dans l’intestin et remédie aux lenteurs et lourdeurs digestives.
La muscade ou Myristica fragrans.
La meilleure huile essentielle de l’intestin grêle.
Tonique digestif, elle met fin aux putréfactions intestinales, aux putréfactions mentales, à la mélancolie, aux sentiments de pertes affectives, d’abandon, de trahison.
Chaque fois que l’on plonge dans la nuit noire de l’âme, elle nous aide à retrouver le chemin vers la lumière du Coeur et de l’Amour.

L’origan compact ou Origanum compactum à carvacrol

il restructure l’intestin et donc l’identité profonde. Efficace dans toutes les pathologies virales et bactériennes :  intestin – poumon – peau –  ORL – digestion.
Riche en phénols, toujours utilisé en aigu, l’origan à carvacrol enracine, redonne le sens du territoire et le sens d’exister, il permet l’affirmation de soi.

Ces 5 huiles essentielles contribuent à assainir notre intestin, à le nettoyer et à redonner confiance en soi et joie de vivre.

4. La présence et le renouvellement des entérocytes

La muqueuse intestinale ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires dans le réseau de microcapillaires qui se trouve derrière la trame intestinale. Les entérocytes ont une durée de vie courte et doivent être renouvelées en quelques jours. La déficience de nutriments adaptés,  la dysbiose, les agressions par les produits chimiques et l ‘inflammation chronique vont  provoquer lentement mais sûrement  l’atrophie de la muqueuse intestinale via ses entérocytes et son hyperperméabilité.  C’est elle qui conduit  aux conséquences graves sur la santé générale.

L’atrophie intestinale

On peut suspecter un défaut de perméabilité intestinale dans plusieurs contextes : souffrance du tube digestif (gazs intestinaux-ballonnements-douleurs-inconfort-diarrhée ou constipation chronique).
Les gazs présents dans l’intestin sont de 3 types :

1) H2, hydrogène, principalement dans le colon droit et issu de la digestion des végétaux. Il donne des gazs inodores et sont toujours plus ou moins présents.
2) H2S, Hydrogène sulfuré dans le colon transverse ; il y a mal assimilation du soufre et les gazs sont malodorants et bruyants.
3) CH4, le méthane issu de la mal- digestion des protéines dans le colon gauche. Ils sont malodorants et sans bruit et dénote d’une flore pathogène avancée. Difficultés d’assimilation  des minéraux et vitamines malgré des supplémentations. Maladies  auto-immunes. Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) : Crohn, … maladies pulmonaires chroniques ou récurrentes : asthme, bronchite chronique, etc.

5) AUTRES MÉTHODES

L’hydrothérapie du colon – les lavements au café – le drainage régulier de tous les émonctoires par la sève de bouleau (drainante mais non déminéralisante) – la prise  de tisanes ou mieux encore de macérats aqueux de plantes amères : centaurée, gentiane … qui précipitent les acides.

Prendre soin de ses intestins

c’est aussi nous donner la chance de digérer nos souffrances de séparation, nos tristesses, notre sous-estime et nos dépressions engendrés par les épreuves de la vie ; c’est nous permettre de rebondir et de faire de nos difficultés notre richesse unique.
Le Tao nous apprend que  le colon est relié au poumon, lui même en lien avec nos mémoires de naissance, de séparation, de chagrin et avec les qualités de courage et d’ouverture.
L’intestin grêle est relié au coeur et est le siège de la compréhension, de l’assimilation de notre vécu pour venir nourrir et informer toutes nos cellules et tout notre être et le transformer en richesses, en expériences nourrissantes pour développer un coeur aimant. Le feu du coeur et de l’intestin grêle peuvent nous aider à « alchimiser » toutes nos émotions et nos expériences les plus difficiles et les plus lourdes. Nos intestins sont nos alliés. Notre corps est notre meilleur ami sur le chemin de la vie, ne le traitons pas avec mépris et ignorance.