La santé de nos enfants Se poser les vraies questions       Article en cours

LE GEL KAQUN A HAUTE TENEUR EN OXYGENE

Basé sur l’eau Kaqun à très haute concentration en oxygène, le Gel Natural Kaqun apporte une solution 100% naturelle et extraordinairement efficace à tous les problèmes de peau. Il permet d’augmenter de façon très significative l’apport d’oxygène à la peau, lui redonnant éclat et souplesse.

Le Gel Kaqun, détoxifie, stimule la circulation, améliore la micro-circulation, guérit la peau, prévient les dommages cutanés, revitalise la peau, adoucit les rides et ridules. La peau est belle, lumineuse et claire. Vous avez un look parfait pour vos photos de vacances.

AVANTAGES DU GEL KAQUN

– Absence de tout produit chimique ou artificiel
– Convient à tout type de peau
– Agréable, rafraîchissent, régénérant
– Très apprécié des personnes qui n’aiment pas les crèmes sur le visage
– Inodore, non gras
– Un soin à l’oygène imple et accessible, pas de déplacement en institut
– Economique, un soin à l’oxygène pour une fraction du prix payé en institut

LA PEAU PRINCIPALE PROTECTION DE NOTRE ORGANISME

Notre peau, principal rempart de l’organisme contre les agressions, est constamment soumise à des attaques extérieures. En apparence simple dans sa composition, elle est en réalité en perpétuel renouvellement. Deux mécanismes y contribuent et se complètent : la régénération, qui relève d’un processus naturel, et la cicatrisation, qui intervient à la suite d’une lésion.

La régénération s’effectue de manière permanente et continue tout au long de la vie, alors que la cicatrisation intervient de façon ponctuelle et sur une durée relativement courte. Ces deux mécanismes sont fondamentaux pour que la peau puisse continuer à remplir ses fonctions de protection du corps contre les agressions extérieures.

CES PROCESSUS ONT BESOIN D’OXYGÈNE

Comme tous les êtres vivants, notre peau a besoin d’oxygène pour survivre, se reproduire et se régénérer. Quand nous sommes jeunes, ce processus est très efficace. Mais, comme nous vieillissons, la microcirculation capillaire diminue et notre peau ne reçoit plus la nourriture dont elle a besoin. En conséquence, le métabolisme des cellules de la peau ralentit, rides, taches et ridules commencent à apparaître. L’exposition au soleil, la pollution atmosphérique, les écarts de chauds et de froids extrêmes, les fluctuations de régime alimentaire, les inquiétudes quotidiennes, les tensions et contraintes affectent également la vie et la condition de notre peau.

LA PUISSANCE DE L’OXYGÈNE

L’ajout d’oxygène à notre soin du visage apaise, régénère, rafraîchit notre peau naturellement, comme aucun autre traitement. Nous avons tous besoin d’oxygène pour survivre. L’oxygène est ce qui ravive et régénère les cellules de notre corps, avec l’âge, l’oxygène n’atteint plus aussi efficacement les cellules de notre peau. Le résultat peut être une peau plus mince et l’apparation des rides et des taches de vieillesse.

illustraton-gel

L’OXYGÈNE A D’INCROYABLES POUVOIRS DE RÉGÉNÉRATION

Pendant des décennies, les médecins ont non seulement reconnu ce fait, mais l’ont utilisé dans le traitement de brûlures, de gangrène et de blessures qui ne seraient tout simplement pas guéris autrement.

Dans un environnement riche en oxygène, les bactéries, les virus et les infections fongiques ne survivent pas. De plus, des concentrations élevées d’oxygène déclenchent les processus propres à la guérison de nos fonctions biologiques. Quand vous êtes gravement brûlé ou coupé, la peau guérit rapidement dans un tel environnement favorable.

UTILISATION DU GEL KAQUN

75 ml, soit 1 mois d’utilisation

– Appliquer 1 fois par jour 1 mince couche de Gel Kaqun sur le visage

– Laisser la préparation prendre

– Ne pas mettre avant une exposition au soleil, mais extrêmement efficace après une exposition au soleil

Le Brahmi, aussi connu sous le nom de Bacopa Monnieri, est issu d’une plante adaptogène, l’hysope d’eau, poussant exclusivement en Inde, au Népal, en Chine et dans les pays tropicaux.  Ses feuilles sont traditionnellement récoltées à la main, puis séchées au soleil avant d’être broyées. Cette plante semi-aquatique qui est la meilleure amie de votre cerveau, fut largement décrite il y a plus de trois mille ans dans l’Atharva-Veda, un des nombreux livres composant les Vedas.

Un remède qui a aussi fait ses preuves en Occident

Après analyses, deux molécules actives ont été isolées et testées : les Bacosides A et B. Ainsi, leurs effets neurobiologiques se manifestant au niveau des cellules de la partie du cerveau présidant à la mémoire de longue durée, ont été confirmés. D’autres tests cliniques ayant été conduits en 1995, ont démontré qu’une dose de deux à trois cents milligrammes de Bacoside A et B, administrée pendant une période de quatre semaines, est parfaitement tolérée et n’entraîne aucune réaction désagréable ni effets secondaires. Jusqu’à présent de nombreuses autres études ont été menées, redécouvrant toujours plus scientifiquement ce qui est su et expérimenté depuis fort longtemps par les Indiens.

La plante des dieux

Empruntant son nom au sanskrit,Brahman ou Brahma, termes évoquant la conscience divine (Brahman) ou la réalité spirituelle (Brahma), le Brahmi est bien évidemment l’outil de prédilection des yogis, sâdhus et adeptes de la méditation. Il a d’ailleurs été démontré qu’en plus de développer l’attention et la concentration, il suscite une curiosité naturelle dans la psyché humaine, tout en la rendant plus vive et plus alerte. Par ailleurs, selon le Vedenta, le Brahmi facilite le développement de plans de conscience plus subtils en favorisant l’ouverture du septième chakra, porte énergétique située au sommet du crâne offrant une passerelle entre la conscience humaine et la Conscience Universelle.

Une pléthore de vertus thérapeutiques

Comme nous l’avons vu, au-delà de sa capacité à booster les facultés intellectuelles, améliorer le fonctionnement cérébral et renforcer la mémoire, l’ayant rapidement amené à devenir l’atout numéro un des étudiants en périodes d’examens ou de stress, le Brahmi a bien d’autres indications. En usage interne il améliore la communication interneuronale, inhibe la diminution de dopamine et régule la production d’acetylcholine, agissant ainsi principalement sur quatre organes ou fonctions organiques :

Le cerveau, qui pour un grand nombre de raisons demeure sa sphère d’activité principale, diminuant voire éliminant

→ la confusion mentale

→ le manque de concentration

→ l’hystérie

→ l’anxiété

→ la fatigue nerveuse

→ la colère

→ la dépression

→ les maux de tête

→ les obsessions d’ordre sexuel ou compulsif

→ et même les troubles épileptiques.

Le système nerveux central, conjointement avec le cerveau, en combattant efficacement

→ le stress

→ les douleurs menstruelles

→ les déséquilibres nerveux

→ les troubles de la peau liés au stress

→ les problèmes de rigidité musculaire d’origine nerveuse

→ l’insomnie

→ les palpitations cardiaques

→ la maladie d’Alzheimer

→ la maladie de Parkinson.

La vessie, en réduisant les inflammations dues aux cystites et les douleurs ressenties lorsque l’on a de la difficulté à uriner régulièrement ou que l’on souffre de dysurie. Le système intestinal, notre deuxième cerveau, en soulageant le S.I.I. ou Syndrome de l’Intestin Irritable. Mais ce n’est pas tout, puisque son pouvoir antioxydant en fait également un allié du système vasculaire prévenant les attaques cérébrales et cardiaques. Qui plus est, sans effet secondaire, il conviendra aussi bien aux enfants hyperactifs.

Le Brahmi et la beauté

Tout autant utile pour la santé que pour la beauté, en usage externe il peut être utilisé :

En infusion on l’emploiera pour

→ calmer les rougeurs

→ illuminer le teint et clarifier la peau

→ atténuer les rides et les effets du vieillissement

→ lutter contre les pellicules

→ prévenir la chute des cheveux

→ donner du volume à la chevelure.

En macérât aqueux, il servira à :

→ soulager les articulations douloureuses

→ confectionner une puissante crème cosmétique anti-âge et capillaire en mélange à l’infusion et à de la poudre d’Amla

→ préparer un shampoing pour les cheveux fragiles en l’ajoutant à de l’argile blanche

En macérât huileux, associé par exemple à de l’huile de sésame ou de chanvre, afin d’apaiser le cuir chevelu, de rendre beauté, force et souplesse aux cheveux fragilisés, de prévenir encore plus efficacement leur chute en l’appliquant une demi-heure avant le shampoing, tout en renforçant les soins antipelliculaires. Mais cette préparation sera également très appréciée en massage de l’intégralité du corps pour apaiser l’esprit, les muscles, les tendons, et prendre soin de la peau en général. En cataplasme ou pâte pour soigner les bobos des petits et des grands et éliminer les imperfections de la peau. Comme pour le macérât huileux, cette pâte peut être appliquée trente minutes avant le shampoing pour insister sur certaines zones particulièrement abîmées et fortifier en profondeur cheveux et cuir chevelu.
Les recettes et la posologie du Brahmi

Si l’on dispose de plante séchée, elle peut être bienvenue pour certaines des préparations telles que l’infusion. Si non la poudre de Brahmi servira aussi bien en  interne qu’en soins externes. En usage interne,  2 à 6 capsules soit 1 à 3 g de poudre par jour avec de l’eau chaude ou du lait végétal chaud. Consommer en une seule fois ou diviser en deux à trois doses à prendre au cours de la journée. Poids net : 42.5 g Quantité : 100 capsules végétales. Chaque capsule contient 350 mg de Brahmi Organic en poudre Sans conservateur et sans colorant. Déconseillé pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 ans

En usage externe : 100 ml d’huile végétale comme de l’huile de sésame ou de jojoba – 10 g de poudre

1 – Transférez l’huile dans un flacon propre.

2 – Pesez la quantité de poudre de Brahmi souhaitée.

3 – Versez la poudre dans l’huile.

4 – Remuez avec une fourchette ou un fouet pour disperser la poudre dans l’huile

5 – Laissez macérer 24 heures à l’abri de l’air et de la lumière en agitant de temps en temps

6 – Le lendemain, filtrez à l’aide d’un filtre à café ou d’un tissu propre.

7 – Récoltez le filtrat et transférez-le à l’aide d’une pipette propre dans un flacon hermétique.
Le macérât peut se conserver au frais pendant plusieurs mois sans aucun conservateur.

LE MISO

Le Miso est fabriqué par la fermentation du soja. La protéine de soja n’est pas complète mais la fermentation en fait un aliment qui possède tous les acides aminés sous forme libres. Alors que les protéines animales provoquent putréfaction et acidose, le miso chasse la putréfaction causée par la protéine animale dans le colon descendant.

Par suite de la fermentation qui dure entre 3 et 5 ans, le Miso contient une quantité considérable d’acides aminés de la même qualité que celle qui est recherchée dans la viande.
Alors que les gens carnivores absorbent les acides aminés indispensables en mangeant de la viande, les japonais d’autrefois en faisaient autant en mangeant traditionnellement du Miso.
Le Soja qui est la matière principale du Miso est très riche en éléments nutritifs comme les protéines, la graisse, les hydrates de carbone, et des vitamines

Préparation artisanale traditionnelle, le miso est une pâte obtenue par le mélange fermenté d’orge, d’avoine, de sarazin ou de riz complet et de soja, additionné d’une enzyme de démarrage de fermentation appelé koji, avec du sel comme régulateur.

Le Miso et la santé
Le miso est un aliment aux très nombreuses propriétés fonctionnelles. En fait, il est probablement celui qui en offre le plus large éventail. Il peut contribuer de manière exceptionnelle au maintien et à l’amélioration de la santé et de la vitalité et ce, de toutes sortes de façons. À ce titre, le miso fait donc l’objet de recherches et d’observations scientifiques depuis plusieurs dizaines d’années déjà.

Le Miso contient beaucoup de bactéries. Ces bactéries favorisent le travail des intestins et montrent également une efficacité dans les inflammations.

Aide à la digestion et santé gastro-intestinale
Le miso agit sur le fonctionnement du système gastro-intestinal. En effet, son contenu en plus d’une cinquantaine d’enzymes différentes (digestives, entres autres), en lactobacilles et autres micro-organismes utiles en font un aliment qui:
* améliore sensiblement la digestion ainsi que l’absorption et l’assimilation des aliments (action des enzymes);
* régularise l’ensemble des fonctions digestives, tout au long du tractus (action des enzymes et des lactobacilles);
* enrichit la flore intestinale (action des lactobacilles);
* permet d’atténuer les symptômes de la plupart des troubles gastro-intestinaux : reflux gastrique, acidité, brûlements, ulcère, syndrôme du colon irritable, diarrhée, constipation, flatulence, maladie de Crohn et symptômes de la candidose (action des enzymes, des lactobacilles et des composés obtenus par leurs interactions);
* permet de surmonter certaines intolérances alimentaires, par exemple : les intolérances au lactose et au gluten (action des enzymes). Du fait que ce dernier contient des bactéries et des enzymes vivantes qui favorisent la digestion, il est préférable de ne l’ajouter qu’à la fin de la cuisson et de le laisser mijoter quelques minutes avant de servir plutôt que de le laisser bouillir.

Désintoxication du tabac et de l’alcool
Le ferment du Miso contient un élément fortifiant du foie qui s’appelle, « Méthionine ». Celui-ci désintoxique des poisons comme la nicotine du tabac et l’aldehyde qui se forme à partir de l’alcool.
L‘acide dipicolinique, un alcaloïde qui offre la particularité de chélater les métaux lourds tels que le strontium radioactif, le plomb, le mercure, le cadmium est également présent dans le miso.
Les gros fumeurs ont besoin de manger de la soupe Miso plus souvent que les autres pour neutraliser les mauvais effets de la nicotine. La soupe Miso au wakamé est un aliment excellent pour se défendre des empoisonnements par l’alcool et le tabac.

Rajeunissement de l’épiderme
Une peau saine et douce est le reflet de l’état du sang car c’est lui qui nourrit nos cellules. Si le sang est anormalement acidifié, la peau sera terne, atone, boutonneuse ou ridée. Un sang sain légèrement alcalin crée une peau résistante et éclatante.
Si l’on veut donc avoir une peau jeune et douce il faut avant tout un véritable nettoyage fondamental des intestins car les toxines produites par suite d’une putréfaction intestinale sont absorbées directement dans le sang .

Prophylaxie d’artériosclérose et d’hypertension
On recommande couramment de prendre de l’huile végétale pour les cas d’artériosclérose et d’hypertension. L’efficacité provient de l’acide linoléique. Le Miso contient cet acide linoléique aussi bien que la lécithine. Ces deux éléments dissolvent le cholestérol qui se colle dans les vaisseaux sanguins, et en même temps, ils rendent les vaisseaux sanguins souples.
Le sel qui se trouve dans le Miso est complètement transformé et différent du sel ordinaire. La soupe Miso devrait être au contraire recommandée contre l’hypertension malgré son sel. Celui-ci n’a pas d’effet hypertenseur.

Les allergies
L’allergie est causée par l’absorption en excès de protéines (laitages-oeufs-viandes) non digérées dans le sang. La condition allergique donne l’asthme, l’eczéma, le rhume des foins, etc.
Si les intestins fonctionnent normalement, il ne se produit pas d’indigestion des protéines. Il est donc de première nécessité de réparer la muqueuse intestinale. La soupe Miso est la nourriture la plus appropriée pour ce but.
Il faut aussi supprimer ces aliments.

La longévité par la soupe Miso
D’après une enquête dans certains villages Japonais, connus pour la longévité de leurs habitants, les villageois sont tous des mangeurs de soupe Miso à l’algue wakamé, dont ils prennent de 6 à 7 bols par jour en moyenne.

Élimination des éléments radioactifs
À cause des explosions expérimentales des bombes nucléaires et de la pollution par les sous-marins atomiques, il est devenu impossible de vivre sans être contaminés, que nous le voulions ou non, par la radio-activité. Celle-ci cause nombre de maladies dites de civilisation tels que le cancer mais aussi les dérèglements endocriniens et les maladies auto-immunes si répandus.

Plusieurs éléments tels que l’acide cholique que contient le ferment du Miso ont le pouvoir d’assimiler la radioactivité et de l’évacuer hors du corps. Un bol de soupe Miso chaque jour serait recommandé pour prévenir la nocivité de la radioactivité.

Prévention et traitement des cancers
Les recherches sur les propriétés anticancérigènes du miso sont très nombreuses, notamment au Japon et aux États-Unis.

Prévention du cancer du sein
Le miso peut jouer un rôle important dans la prévention du cancer du sein. Il aurait notamment des effets anti tumoraux potentiels lorsqu’il est combiné avec la tamoxifène, un des agents utilisés en hormonothérapie pour traiter cette maladie. C’est ce que concluent Gotoh et autres (1998), dans un article publié par le Département de Recherche sur le Cancer de l’Université de Hiroshima, au Japon.

Cependant, l’Institut National de Recherche sur le Cancer du Japon (Tokyo, 2003) va plus loin, dans une étude menée sur plus de 21 850 femmes pendant 10 ans. On y affirme que la consommation de deux portions de miso par jour réduit de 50 % le risque de cancer du sein (Yamamoto et autres, 2003).

Le miso contient, entre autres, des mélanoïdines, groupe de mélanines végétales qui tendent à stopper la croissance des cellules cancéreuses. C’est ce qu’ont observé Kamei, H. et autres (1997) sur des cellules de carcinome du côlon.

De leur côté, Ohara, Lu, Shiraki, Watanabe et autres (2001) ont observé que la consommation régulière de miso de longue fermentation pourrait agir comme agent de prévention des cancers gastriques.

Chélation : élimination des métaux lourds et protection contre la radioactivité
En 1945, la bombe A est lâchée sur Nagasaki. L’hôpital du Dr. Shinichiro Akizuki est détruit. Au cours des années qui suivent, le Dr. Akizuki et le personnel de son hôpital travaillent en contact rapproché constant avec les victimes ayant survécu au bombardement, dans des secteurs de la ville sévèrement détruits et hautement radioactifs. Quoiqu’il en soit, ni lui ni ses collègues, médecins et infirmières, ne souffrent des effets habituels et redoutés de l’exposition aux radiations. Intéressé au plus haut point par ce singulier phénomène, il avance alors l’hypothèse que cette heureuse situation soit le fait de leur consommation quotidienne de soupe au miso. Il sait bien, cependant, que seule une étude scientifique sérieuse dudit phénomène fournira une réponse complète.

Ce n’est qu’en 1972 que des chercheurs japonais, parmi lesquels le Dr. Morishita Keiichi, découvrent enfin que le miso contient de l’acide dipicolinique, un alcaloïde qui offre la particularité de chélater les métaux lourds tels que le strontium radioactif, le plomb, le mercure, le cadmium... et de les éliminer par les voies urinaires. À l’époque, cette découverte fait la Une des grands journaux japonais. Depuis, les autorités des grandes villes japonaises ont recommandé aux agents de la circulation – ceux qui règlent le traffic des voitures aux grandes intersections – de prendre leurs 2 bols de soupe au miso quotidiens, afin de favoriser l’élimination des polluants auxquels ils sont exposés. Cette histoire des docteurs Akizuki et Morishita est citée dans « The Book of Miso » de William Shurtleff et Akiko Aoyagi (1976, 1983 et 2001).

Depuis, d’autre études ont été menées sur cette question. En 2001, Ohara et son équipe ont observé que plus la fermentation du miso était longue et plus il offrait une protection efficace contre les radiations.

FABRICATION DU MISO

Koji
Aspergillus oryzae est cultivé et inoculé dans la première masse appelée koji contenant le riz ou l’orge qui après trempage à 25°C pendant 16 à 18 heures est cuit à la vapeur pendant 70 minutes et ramené à 35°C pour l’ensemencement. Le koji sera prêt après 48 heures à 28°C.

Miso
Le koji est alors mélangé au soja trempé, le tout et cuit à la pression. Après ajout de sel marin on laisse fermente 7 jours à 28°C et ensuite 2 mois à 35°C pour laisser mûrir la masse à la température ambiante (pas trop chaude). Cette maturation pourra durer jusqu’à 3 ans toujours en anaérobie.
C’est dans le koji que se développent les amylases, les protéases et lipases qui vont procéder aux différentes dégradations enzymatiques conférant au miso ses capacités de digestibilité avec libération d’acide glutamique lui donnant le goût caractéristique.

 

Type

Variété

Fermentation

%protéines

%glucides

%sel

Mison de riz

brun-rouge

6-12 mois

13,5

19,1

13,0

jaune

12-24 mois

13,5

19,6

12,5

doux blanc

1-4 semaines

11,1

35,9

5,5

Miso d’orge

brun clair

12-36 mois

12,8

21,0

13,0

doux

10-20 jours

11,1

19,8

10,0

Miso de soja

Hatcho miso

18-36 mois

21,0

12,0

10,6

 

Les principales variétés de miso sont les suivantes:

  1. Le miso d’orge. Le miso obtenu à partir d’orge, de haricots de soja et de sel de mer fermentés ensemble est le plus doux et le plus convenable pour la cuisine quotidienne.

  2. Le miso de riz. Le miso de riz brun préparé avec du riz complet, du soja et du sel de mer est habituellement le plus doux de toutes les variétés de miso. Le riz koji qui entre dans sa composition est la même variété que celle qui sert à la fabrication du saké, de l’amazaké et du vinaigre de riz. Traditionnellement, le miso de riz ou komé-miso est fait à partir de riz poli parce que la dure peau extérieure empêche la fermentation.

  3. il existe une très grande diversité de variétés de miso fabriqués par massawipi à base de sarrasin, d’avoine, d’algues etc. ..

LE MISO DOIT ÊTRE CONSOMMÉ TEL QUEL, NON PASTEURISÉ ET NON CUIT

AFIN DE GARDER SA FORCE ENZYMATIQUE.

Le miso permet de préparer des sauces et des jus savoureux. Cependant, pour quelques préparations, comme les oignons entiers, le miso est ajouté dès le début. Le miso permet également de réaliser des assaisonnements pour salade, des sauces, des crèmes à tartiner, des jus pour tremper les aliments, tous très parfumés ainsi que de délicieux et doux pickles. Il se marie bien avec les saveurs douce, acide et piquante et est souvent utilisé avec les graines et les noix grillées, les édulcorants naturels, le vinaigre de riz complet, le citron et le gingembre. Nappé sur des poissons grillés, le miso constitue un excellent assaisonnement. Il peut également être utilisé dans les marinades.

Tout le monde sait aujourd’hui que les champs électromagnétiques ont un effet sur les organismes vivants. De nombreux articles scientifiques montrent les multiples effets biologiques du rayonnement provenant des téléphones mobiles. Les auteurs parlent souvent de stress biologique, au sens large. Très couramment utilisée, la Wi-Fi et son rayonnement bien qu’imperceptible aux humains, modifie l’environnement.

On a observé que les fourmis modifiaient leur déplacement ( vitesse linéaire et angulaire) instantanément suite à leur perception d’éléments nouveaux, inhabituels, hostiles ou favorables dans l’environnement. Grâce à cette hyper sensibilité et réactivité, elles ont pu servir de témoin de l’effet des ondes et de l’efficacité de la technologie SynerWave.

Des résultats positifs ont été constatés concernant :

  • les radicaux libres :

L’oxyde Nitrique (NO) est présent dans l’expiration d’une personne sous stress électromagnétique. Le NO est un marqueur d’inflammation tissulaire, de souffrance cellulaire et de stress biologique.

  • La résistance au stress

Les personnes travaillant sur écrans équipés de SYNERWAVE améliorent statistiquement leur résistance au stress de 15% par rapport à celle correspond à la période de travail sur écrans non équipés.

  • Les symptômes de stress

Le stress électromagnétique dans les bureaux est responsable à lui seul d’au moins 35% des symptômes recensés habituellement, et causés par l’exposition

chronique aux rayonnements des écrans d’ordinateurs.

L’exposition chronique au rayonnement d’un ordinateur provoque le même type de symptomes, de types neuropsychique, fonctionnel et inflammatoire.

  • Les yeux

Les champs électromagnétiques des écrans de visualisation sont responsables en grande partie des troubles oculaires chez les utilisateurs de ces appareils.

En effet, les filtres pour écran ne protègent pas l’œil et la vue contre les rayonnements

électromagnétiques car ces filtres ne rendent pas les écrans biologiqueme

nt compatibles avec l’utilisateur.

  • Les taux de mélatonine

La Mélatonine est une hormone régulatrice du sommeil et stimulatrice du système

immunitaire. Elle a des propriétés anti-radicalaires et anti-tumorales. Cette hormone produite par la glande pinéale est connue pour être électro-magnéto-sensible.

  • Les taux de cortisol

Le Cortisol est une hormone surrénalienne [au-dessus du rein] régulatrice du système

hormonal et immunitaire. Sa production est stimulée par l’hypophyse, glande du cerveau, carrefour des régulations hormonales et immunitaires elles-mêmes interdépendantes.

Cette production est contrôlée par l’ACTH et varie au cours de la journée. Son rôle est de réguler le métabolisme des glucides, lipides et des protides, pour limiter toute variation brutale de l’équilibre physiologique de l’organisme, on parle de l’homéostasie du corps. Elle intervient dans la gestion du stress et s’oppose aux processus inflammatoires.

Une augmentation de 300% du taux de l’ACTH chez l’animal sous champ électromagnétique est un constat sans appel du stress important provoqué dans son organisme par le rayonnement du GSM (« stress électromagnétique »)

  • Le Calcium

Le Calcium (Ca++) joue un rôle capital dans l’ensemble des échanges cellulaires, en particulier pour les tissus du système nerveux. Il est un médiateur (« second messager ») important de la plupart des réactions biochimiques cellulaires. L’hypophyse (glande du cerveau), quant à elle, est le centre de la régulation hormonale. Le Calcium, avec l’ACTH (voir plus loin) sont des acteurs essentiels de la régulation des systèmes hormono-immunitaires.

Le stress observé chez les sujets exposés au rayonnement du téléphone portable provoque une forte perturbation de la concentration calcique intracellulaire, obligeant l’organisme à mettre en œuvre des mécanismes de ré-équilibrage. Ceci provoque un stress cellulaire important et entraine le déplacement d’autres charges ioniques (Magnésium Mg++) dont le métabolise est dépendant.

Nombres d’améliorations ont été constatées, notamment au niveau du fonctionnnement cellulaire lui-même.

Les solutions proposées :

SYNERWAVE® est le nom donné à une technologie développée par des scientifiques,visant àcontrer les effets adverses de l’exposition des humains aux champs électromagnétiques. C.M.O, c’est le nom donné pour “Oscillateur Magnétique de Compensation », il agit directement au niveau de la cellule.

SynerWave®, contient une solution aqueuse micro-crystaline structurée par champs électromagnétique et qui génère des signaux bioactifs hyperfaibles afin de stabiliser les liaisons ion-protéine. Cet échange ion-protéine est la porte d’entrée de potentiels désordres pathologiques.

Placezvotre SYNERWAVE® proche des appareils pollueurs (téléphone, ordinateur, Wi-Fi, Bluetooth, ou proche des lignes haute tension, des antennes relais etc) Place a

Quand les champs électromagnétiques extérieurs atteignent votre SYNERWAVE®, celui-ci s’active et protége l’équilibre naturel du corps en émettant des signaux contenant l’information nécessaire au fonctionnement normal des cellules et des organes. IL “compense”alors les effets de résonnance magnétique entre les cellules et les appareils et technologies polluantes.

SYNERWAVE® – SYNER MP® pour téléphones portables

SYNERWAVE® – SYNER MP® est un Oscillateur Magnétique Compensatoire :

Compense les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques des appareils du quotidien.

Protection contre la radiation électromagnétique des téléphones portables, des smartphones, des

tablettes, le GPS, babyphones, combinés des téléphones DECT.

SYNERWAVE® – SYNER MP® pour téléphones portables est approprié pour des dispositifs avec une ou

plusieurs technologies suivantes : GSM 900 – GSM 1800 – GPRS – UMTS / 3G, 3G +, 4G – Bluetooth – WiFi –

CDMA.

Le SYNERWAVE® – SYNER MP® transformera votre téléphone portable en appareil « biocompatible », c’est-à-dire compatible avec des organismes vivants.

Le SYNERWAVE® – SYNER MP® : collez simplement sur une surface plate du téléphone ou sa coque, à l’endroit de votre choix (sur le bord ou sur l’arrière).

Issus du brevet de la Technologie CMO – 55.00 € TTC

*******************

SYNERWAVE® – SYNER PC® Pour ordinateur de bureau ou portable.

SYNERWAVE® – SYNER PC® est un Oscillateur Magnétique Compensatoire :

Compense les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques des appareils du quotidien.

Protection contre les rayonnements électromagnétiques des ordinateurs (tout type d’écran).

Avec un SYNERWAVE® – SYNER PC®, votre ordinateur devient «bio-compatible », c’est à dire compatible avec les organismes vivants.

Le SYNERWAVE® – SYNER PC® se colle simplement sur une surface plane de l’appareil, à l’endroit de votre choix (sur la tranche ou le couvercle de votre ordinateur).

Issus du brevet de la Technologie CMO – 79 € TTC

********************

SYNERWAVE® – SYNER TR®

Le SYNERWAVE® est un Oscillateur Magnétique Compensatoire :

Compense les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques des appareils du quotidien.

Le SYNERWAVE® -SYNER TR® regroupe des fonctions diverses, et génère une « bulle » de protection sur 10 à 12 m2.

à porter près de soi (sacoche, sac à main, cartable, …)

à placer dans sa chambre d’hôtel

à placer sur son bureau, dans sa chambre à coucher, …

SYNER TR® comme « TRAVELLER » qui signifie « voyageur » : il se présente sous la forme d’un petit galet de 6.5 cm de diamètre, assez fin (1 cm d’épais), et léger (20 grammes). Il génère une bulle de protection sur 4 m de diamètre, ce qui correspond à 12 m2 au sol environ. Il est donc parfait à poser sur son bureau, avoir dans sa sacoche, son sac à main, son cartable, ou dans sa poche.

Les applications du SYNERWAVE® -SYNER TR® sont les suivantes : WiFi, WiMax, Bluetooth, DECT, antennes relais, communications par satellite, réseaux électriques de basse à très haute tension, perturbations géobiologiques, fours à micro-ondes, ampoules basse consommation, compteurs électriques intelligents, transports (voiture, avion et train).

Issus du brevet de la Technologie CMO – 99 € TTC

Pour commander :

Aller sur le site : https://33102460.synerj-health.com/, vous remplissez votre fiche d’inscription sur le site et commander directement ou bien si vous commandez par www.sante-globale.fr, ou n’avez pas la possibilité de commander sur le site, merci de me contacter par téléphone : 02 32 39 45 85.

La clé de l’efficacité nutritionnelle vient de la vie contenue dans les aliments et qui se caractérisent par la présence d’ enzymes.

Les enzymes nous permettent de digérer et d’absorber les substances complexes que sont les protéines, lipides, glucides ; on dit qu’ils sont capables de digérer les cellules cancéreuses.
Elles n’ont pas de « corps » mais tout comme l’électricité, elles sont capables d’activer ces substances. Elles sont une énergie magnétique, un principe de vie impliqué dans l’activité de chaque atome vivant , animé ou inanimé. Elles provoquent une action chimique par vibration dans les atomes et les molécules qui modifient ces derniers mais cette activité ni ne les altère ni ne les détruit elles-même. Elles sont présentes depuis la nuit des temps et sont responsables du développement et de la transformation de la vie sur terre.

La qualité des enzymes présents dans les tissus, le foie par exemple, constitue un élément caractéristique de l’âge d’un animal ou d’un être humain. Elles règlent le rythme des événements cellulaires, elles participent à la réaction et transformation cellulaire en restant intactes et inchangées.

Par ailleurs, les gènes dits de la longévité contrôlent la production d’enzymes dits « éboueurs » c’est à dire chargés de débarrasser notre organisme des « radicaux libres » que le corps ne cessent de fabriquer à cause d’une alimentation inadéquate ou pléthorique, et qui le plastifient littéralement. Quand ces enzymes sont fatigués ou débordés, c’est le vieillissement et la maladie assurés.

Elles sont sensibles à la chaleur, à 50° elles deviennent léthargiques, à 55°, elles meurent.

Dans les semences, les enzymes responsables de la germination peuvent rester en dormance des centaines de milliers d’années tant que les conditions ne sont pas favorables.

Par contre, elles ne sont pas détruites par les froids intenses, la vie est revenue après des millions d’années d’ère glaciaire. Elles peuvent donc être conservées à basse température sans en souffrir.

Notre nourriture doit être vivante ou organique et comporter une grande quantité d’enzymes afin que nos tissus et nos cellules puissent se nourrir et se régénérer.

Les sels minéraux, les oligoéléments et les vitamines ne pourront être activés qu’en présence d’enzymes ; de même la digestion des protéines-lipides et glucides, toute la réparation, régénération du sang, des tissus, des cellules, des organes et des glandes ne peuvent se faire sans elles et si elles sont en carence, c’est un état d’empoisonnement grave, de TOXÉMIE qui s’installe avec stagnation des déchets dans le sang, la lymphe, les liquides extra et intracellulaires et par là, de tous les organes. La maladie apparaît.

Lorsque nous cuisons un aliment, les enzymes meurent, l’oxygène est perdu ainsi que la plupart des éléments nutritifs. Les molécules sont modifiées et perdent de leur efficacité. Il est reconnu que les Oméga 3 contenus dans le poisson que l’on cuit, ont 10 fois moins d’efficacité que les oméga 3 des oléagineux comme la graine de chanvre, de chia ou de périlla que l’on consomme sans cuire sous forme de graine ou d’huile …

Le fait que l’humanité mange cuit depuis des milliers d’années (elle mangeait cru au départ) n’est pas un argument prouvant sa bonne santé ; et nos ancêtres proches fabriquaient et consommaient beaucoup de produits lacto-fermentés : légumes conservés dans la saumure, choucroute, œufs conservés dans le sel, vin, saucisson, fromages à pâte crue, miso, tamari, prunes umébosis au Japon, Kwas et Kombucha dans les pays de l’Est, lait caillé chez les nomades du désert …etc

Toutes ces nourritures faisaient appel aux enzymes pour être élaborées !

Aujourd’hui ils contiennent moult produits de synthèse et conservateurs toxiques. Ils ne contiennent plus aucun enzymes à part le miso non pasteurisé et certains produits biologiques.

Les fruits, légumes et oléagineux crus sont nos meilleurs alliés. Par contre ils contiennent de grandes quantités de fibres insolubles qui, sur un organisme malade ou affaibli, peuvent contrariées l’assimilation et l’activité des atomes, molécules et nutriments qui se trouvent cachés dans leurs interstices.

On trouve une solution idéale à cette difficulté, ce sont les jus extraits avec un extracteur qui sépare la fibre et les éléments vivants.

Quand les aliments sont cuits, ces fibres sans vie dépourvues de leur magnétisme se déposent dans les intestins et y laissent un dépôt qui va s’accumuler, fermenter, provoquer le développement de bactéries pathogènes, de l’inflammation et toute une kyrielle de symptômes que l’on va étiqueter de noms de maladies diverses et variées alors qu’il s’agit de TOXÉMIE.

Notre corps possèdent un grand capital enzymatique, le plus important étant celui du pancréas avec ses enzymes protéases, lipases et sucrases et qui est l’organe centre de la digestion. De même une grande quantité d’enzymes travaillent au niveau pulmonaire au moment où l’air arrive dans les alvéoles profondes. Les oxydases isolent l’oxygène et les nitrates réductases isolent l’azote de l’air. L’air que nous inspirons contient 20 % d’oxygène et 80 % d’azote !

L’oxygène est récupérée, mise en circulation dans le sang et sert au transport du fer et l’azote servira à la construction des protéines.

Une douzaine d’enzymes différentes participent à la digestion et l’assimilation dans la salive, l’estomac, les intestins ; et font co-équipage avec les enzymes apportées par la nourriture vivante.

Si cette dernière est cuite, il y aura défaut de transformation et d’assimilation et ÉPUISEMENT des réserves du corps.

La nourriture cuite devrait être occasionnelle surtout en cas de dysfonctionnements importants du corps. Sinon la dégénérescence et la mort ne sauraient tarder. Nous ne naissons pas tous égaux en terme de capital enzymatique et énergie vitale ; les générations nées après les années 50 ont vu leur environnement et leur nourriture dégradées et polluées par des produits de synthèse de toutes sortes et hautement toxiques qui ont envahis l’eau, l’air et la terre. Les nourritures artificielles, sucrées, la présence d’hormones dans les viandes, les modifications génétiques au seul nom du profit ont provoqués de véritables épidémies de cancers, de diabètes, de maladies auto immunes incurables. La solution n’est pas plus de produits chimiques mais bien un retour aux origines de la vie et à ses lois.

Manger vivant, introduire les légumes et fruits crus sous forme de jus beaucoup mieux tolérés par nos organismes affaiblis et en dégénérescence.

Les jus de légumes et fruits ne sont pas des concentrés ; on appelle aliment concentré un aliment auquel on a enlevé son eau ou que l’on a réduit en poudre comme les farines ou dont on a extrait un seul principe comme le sucre blanc (issu du jus de canne à sucre ou de betterave) qui est un produit hautement concentré et acidifiant. Les jus extraient toute l’eau du fruit et du légume et n’enlèvent que la partie cellulosique qui freinent l’assimilation des principes actifs ; La quantité d’eau naturellement contenue dans un aliment est la base de détermination de son taux de concentration.

Les jus de légumes-fruits frais fabriqués soi-même avec un extracteur sont une réponse parfaite à nos soucis de santé et de bien-être. À l’heure où il devient difficile de savoir quelle eau boire puisque l’eau du robinet est polluée de toutes sortes de substances chimiques qui viennent des terres agricoles et que l’eau de bouteille contient des résidus plastiques, les jus apportent une solution parfaite. Ils sont de l’eau dynamisée, vivante, riche en enzymes, oligo-éléments, vitamines et minéraux non modifiés par la chaleur. Les substances toxiques, quant à elles, restent emprisonnées dans les fibres et ne peuvent empêcher l’activité moléculaire et enzymatique de la Vie.

Les jus remplacent avec bonheur le lait de vache qui, riche en caséine, est le premier responsable d’accumulation de mucosités dans l’organisme ; le corps va régulièrement déclencher des processus de nettoyage de ces mucosités que l’on appelle curieusement : gastro – migraines – diarrhées – allergies – eczéma – acné – règles douloureuses – rhume – grippe …. qui ne sont que les manifestations d’un corps qui se défend en sortant ses poubelles et se protège ainsi de maladies beaucoup plus graves.

Quelques recettes

Jus anti-acide

pissenlit – carotte – céleri – navet

jus alcalinisant

tomate – navet

Jus anémie – oxygène – hypotension

persil – chicorée frisée – céleri

carotte – épinard – fanes de navet – laitue – cresson

jus acidité d’estomac

jus potassium

Jus asthme et rhume des foins

carotte – céleri – chicorée frisée

jus blessure et anti-coag – hémorroïdes

papaye

carotte – épinard navet – cresson

jus cheveux – peau – nerf – tendon

carotte – laitue pommée – épinard – poivron

carotte – laitue pommée – poivron vert -alfalfa germée

carotte – céleri

La carotte est un légume riche en protéines complètes ; elle contient les 8 acides aminés essentiels (voir l’article sur « protéines-sport et santé »).

Jus calculs rénaux et biliaires – albuminurie – néphrite

asperge crue  – Carotte – persil

Jus drainage des colles (féculents cuits et laitages) mucus, sinus et muqueuses

céleri branche – radis – raifort + carotte – ail – oignon

Accompagner avec une ou plusieurs cures de sève de bouleau fraîche.

jus diurétique

concombre

Jus estomac – duodénum – colon – constipation

Le chou est riche en soufre et chlore qui provoquent la dislocation des déchets accumulés, collés sur les parois digestives, ce qui engendrent des gazs malodorants et douloureux. Ceux-ci ne sont pas un signe d’intolérance ou d’allergie mais bien au contraire le signe d’un nettoyage intense qui s’opère et qui va prendre un certain temps. Le mieux est de pratiquer en même temps les lavements et boire la sève de bouleau non pasteurisée (voir article « les cures de détoxication »).

jus glandes endocrines

oseille

Jus gencives – gingivites – dents – os

épinard – chou – carotte –

navet – carotte – pissenlit

jus gazs

poivron

jus goutte – sciatique

carotte – céleri – pomme de terre ou patate douce – betterave – concombre

jus intestins

épinard

carotte – céleri – cresson

Jus nerf

carotte – céleri

jus oxygène – micro capillaires

persil – carotte

la betterave est très riche en fer qui sous forme de jus viendra soutenir les globules rouges

La molécule de carotte est la copie conforme de la molécule du sang

Jus prostate

asperge – carotte – betterave – concombre

jus pancréas

choux de Bruxelles – carotte – haricot vert – laitue

carotte – épinard

topinambour (riche en inuline)

jus peau et ses symptômes

chou – carotte – céleri branche – poivron – pomme de terre

jus règles

persil – carotte – concombre – chicorée frisée

jus surrénales

laitue romaine – kelp

persil

jus thyroïde

persil

Jus vésicule biliaire

carotte – betterave – concombre – chicorée frisée

jus yeux – cataracte – conjonctivite – cornée

carotte – chicorée frisé – céleri – persil

L’efficacité de ces quelque exemples de jus à préparer est conditionnée à une hygiène alimentaire, la pratique régulière de lavement (voir article « les cures de détoxination »), d’une activité physique régulière et d’une bonne gestion de sa vie émotionnelle et relationnelle. Rien que ça !!! 🙂

le jus d’ail

L’ail est riche en huile de moutarde et provoque des éliminations intenses. Il dissout les mucus accumulés dans les sinus, les bronches et les poumons. Les odeurs sortent par la peau

C’est un puissant anti parasitaire, amibes comprises. À utiliser avec précaution.

Légumes riches en sodium

betterave – laitue romaine – épinard – blette – céleri – radis – navet

grenade – fraise – tomate – figue

Légumes riches en potassium

carotte – céleri – épinard – persil – panais – pomme de terre – patate douce – radis

Légumes riches en silice et soufre ( ongles et phanères)

panais – poivron – pomme de terre ou patate douce – cresson (soufre)

Légumes riches en chlore et phosphore ( poumons)

panais – pomme de terre – patate douce

Quelles quantités

Chaque recette est adaptée à votre corps ; une dose de 480ml à 1 litre est recommandée par jour à boire par petites quantités régulièrement dans la journée.

Le foie relié à la vésicule biliaire

 Le pouvoir de la créativité bienveillante

Les forêts millénaires, les grands arbres mais aussi toute cette abondance de plantes extraordinaires, toutes médicinales qui jaillisent de terre au Printemps nous parlent de la puissance de la lumière verte.
Puissance ascensionnelle, c’est l’énergie de poussée vers le haut pour croître, grandir parfois jusqu’à la démesure et elle nous pousse et nous force à accomplir nos projets-Désirs créateur s du coeur,  qui nous ont poussé à nous incarner.
La lumière verte donne naissance à tout le monde végétal, aux forêts, aux plantes, à la nature exubérante des origines, dans une profusion de créativité infinie.
Elle se manifeste dans le corps par le foie, la vésicule biliaire dont la force fleurit dans la profusion des muscles, la force des tendons, des ligaments et des ongles, des yeux et du système nerveux.

On nomme l’esprit du Foie le HUN et on distingue 3 Huns qui sont :   IMAGINATION – VISION – CRÉATION
Les 3 Huns sont l’expression de la finesse et de la vivacité intellectuelle, et de l’acuité spirituelle.
C’est le mouvement, les muscles, l’action, le voyage, la dynamique de la création dans toute sa force, l’exubérante créativité qui s’exprime particulièrement  chez les êtres entreprenants et dynamiques.
Cette énergie émerge particulièrement à l’adolescence avec une croissance et une transformation rapide du corps, l’émergence de la sexualité et le besoin de refaire le monde. L’enthousiasme, l’optimisme, la créativité, la bonne humeur, la bienveillance, l’accueil des autres dans le respect et l’ouverture sont ses attributs.
Reliée au Foie et la vésicule biliaire, organe clé du corps avec plus de 300 fonctions, celui-ci est le véritable atelier-créateur, au coeur du bon fonctionnement du corps, de la qualité du sang, de la nutrition cellulaire. Il fait TOUT, ou presque. Il est le maître des yeux, du système nerveux, des muscles, des tendons , des ligaments.
Et surtout c’est un organe-clé pour la propreté interne du sang et des cellules; Usine de nuit il travaille 1/3 du temps, 8 heures la nuit pour accomplir ce nettoyage indispensable ; La nuit, nous jeûnons, nos yeux sont fermés, l’énergie ne se disperse plus à l’extérieur, elle peut retourner vers le Foie pour qu’il puisse accomplir son travail alchimique, biologique et psychique. C’est pourquoi il serait bon pour notre santé de nous coucher avant 23 heures.
foieGrand organe du rêve, il nous permet véritablement de digérer notre vécu pendant la nuit, de réorganiser les événements et les informations de la journée et de  développer de nouvelles compréhensions. La consommation de somnifères, anti-dépresseurs et autres chimies est une catastrophe pour la conduite de sa vie. ils empêchent tous les processus physiologiques et psychologiques de se faire. Nous stagnons dans l’immaturité émotionnelle et/ou intellectuelle et l’indigestion permanente . Les réveils nocturnes vers 3 h du matin en sont le témoin.
Revenons à notre adolescent qui, en plénitude, s’appuie sur les bases solides d’un maternage-paternage réussi comme l’arbre va croître d’autant mieux qu’il est sur un terrain solide et profond. Nourrit des expériences fondamentales  de l’intimité et de la séparation, de l’apprentissage d’une autonomie accomplie dans la sécurité affective, la constance de l’amour bienveillant et aussi l’adversité, il va pouvoir se diriger lui-même vers ce qui va lui donner les moyens concrets de créer son rêve. Le Foie a besoin, comme l’arbre, de s’enraciner profondément et solidement pour que l’être puisse faire sa poussée vers le haut, sa connexion avec les dimensions psychiques, intellectuelles et spirituelles et s’épanouir.
L’eau vient nourrir et faire croître le monde végétal, sans eau, c’est  le désert. Le Rein est la mère du Foie dans le Tao.
Et il a besoin d’une Rate-Pancréas-Estomac solides et stables c’est à dire une capacité à rester en paix dans les conflits ou les épreuves afin de ne pas se perdre dans un émotionnel destructeur.
Que signifie pour un être humain être enraciné ?
Ce n’est pas vivre depuis des générations sur la même terre ou dans le même village… Cela signifie être aligné entre sa terre, son ciel et son coeur. Être conscient et dans le respect de soi dans ce monde et y accomplir son projet-désir du coeur. Quand l’énergie du foie est forte, nous manifestons une grande capacité à mener de front plusieurs tâches, nous supportons des charges de stress importantes, nous avons un esprit d’initiative et une forte capacité d’engagement.
Le premier symptôme d’une énergie foie altérée est le mauvais caractère. Râleur, grincheux, jamais content, critique et perpétuellement insatisfait, juge des autres (tous nuls – société pourrie…), notre ado et nous adulte avons le foie bancal; il est encore temps de redresser la barre, déjà par une alimentation essentiellement végétale.Vésicule biliaire
Si cette puissance créatrice  a été mal enracinée, mal nourrie, perturbée par des parents ou un environnement toxiques, elle va se corrompre et se transformer en puissance destructrice pour soi et/ou pour les autres. Quand la révolte gronde à l’intérieur parce que enfant nous nous sommes senti malmené, mal aimé et impuissant, nous risquons de perpétuer cet état jusqu’à l’âge adulte et de nous saborder nous-même et toute notre vie  par des choix de compagnes-compagnons malheureux, par des choix professionnels sécurisés mais profondément non épanouissants, par des choix alimentaires destructeurs. Deux voies vont s’ouvrir à nous où nous ne sommes pas sortis de notre enfance et avons renié notre puissance créatrice. Nous vivons aveugles et infirmes.
Celle de la colère, de la violence, du despotisme et de l’autoritarisme :  » On ne m’imposera plus rien ». On devient bourreau à son tour et incapable d’accès à ses émotions profondes : peur – chagrin – insécurité .
Celle de la colère refoulée qui mène au sentiment d’impuissance, au ressentiment, aux reproches, au besoin de vengeance, à l’inertie et au statut de victime des autres…ce qui renforce encore la violence interne et mène assurément à la dépression et à l’enfermement dans les drogues chimiques. Le cycle des énergies tourne à l’envers. La dépression altère notre créativité et nous risquons de sombrer dans des abysses sans retour mais ne dit-on pas que le chagrin a la vertu de créer l’espace dans notre coeur pour qu’il puisse se remplir d’énergie d’amour ….
La colère, quant à elle, sert à l’affirmation de soi, à sortir d’états dépressifs, à prendre positions et décisions. C’est l’impétuosité de la vie, l’extériorisation, le moyen de la force sexuelle, la capacité à naitre. Elle est nécessaire au combat : action, réaction ou défense. Elle permet de traverser les obstacles.
Elle ne doir être ni refoulée ni explosée car, alors elle devient destructrice pour soi ou les autres mais transmutée, alchimisée par l’intelligence et la conscience.
Les drogues, les faux plaisirs destructeurs, les excitants risquent de nous aspirer et encore une fois nous allons rechercher à l’extérieur et chez les autres la guérison de nos blessures. et cela ne marche jamais. Il nous faudra un jour ou l’autre nous rendre à l’évidence que nous sommes tous les créateurs puissants de nos vies et qu’il n’y a personne à blâmer, pas même nous-même.
Mettre fin à nos pulsions de destructions, de soi, de la terre et des autres, est la plus grande mission que nous puissions nous assigner dans notre vie. quitter la scène de la tragédie, libérer la Terre de nos morbidités et entrer de plain pied dans la Conscience que nous sommes traversés, habités, soutenus par de puissants courants d’énergies (que nous pouvons nommer comme bon nous semble), protecteurs, intelligents, sensibles, aimants et que nous participons à la création d’un monde et d’un univers haut en Amour -Énergies et Couleurs.
La lumière verte lumineuse que l’on aperçoit  dans les forêts, filtrée par le soleil a un pouvoir d’apaisement, de pacification et de dynamisation  qui peut dissoudre les colères les plus collantes et les plus noires. Notre bonne volonté suffit… Allons nous promener dans la foret printanière et nous nourrir d’énergie puissante et bienveillante.
Cette  Énergie  nous montre le chemin à parcourir et les actes à poser pour créer le bonheur dans notre vie et sur terre.  

Petite méditation du matin

Profitez du changement de saison,
De l’hiver au printemps
Même si le printemps est discret sur terre, il est actif dans l’univers.
Méditer sur l’énergie de l’Est
L’élément Bois
La lumière verte
La tendresse
Absorbez ces énergies en inspirant la lumière verte par le nez,
par les pores de la peau et par la « couronne » ou le sommet de la tête.
Accueillez la pure lumière verte dans toutes les cellules de votre corps
Laissez la lumière verte nettoyer la colère, les tensions, les douleurs
Et laisser votre corps se transformer
en émeraude verte transparente
irradiant la tendresse, la détente et le mouvement.
Recevez et émettez cette pure lumière
verte pour aider au grand ménage du printemps
en vous et autour de vous

À son tour, le monde végétal va donner naissance au feu, le Foie nourrit le Coeur et la boucle est bouclée. Période de la maturation et de la maturité, adultes nous récoltons les fruits de ce que nous avons semé et nous les goûtons parmi et avec les autres. Nous faisons descendre sur Terre les vibrations cosmiques de l’Amour, de la Paix, du Pardon, de la Bonne volonté et de l’éternelle création en devenir si nous le voulons bien. Mais l’été n’est pas encore là ….

La question m’est souvent posée : « je voudrais arrêter la viande (pour des raisons éthiques et/ou d’hygiène alimentaire ou de santé) mais qu’est-ce que je peux manger qui la remplace et en quelles quantités ? » Le besoin du corps en protéines n’est pas une vue de l’esprit mais un besoin physiologique réel. Notre foie utilise les acides aminés et les recombine pour fabriquer ses hormones, ses cellules immunitaires, ses muscles, etc.

Mais pour ceux qui crie à tue-tête que seule la viande peut nourrir son homme, j’ai une question :

Comment peut-on être en bonne santé en se nourrissant d’animaux malades et en souffrance (élévages industriels ou semi-industriels) et j’irais même plus loin, des végétaux carencés et aussi en souffrance, poussés à coups de chimie et considérés comme des « outils  » de production… ???

Les besoins en protéines sont différents suivant l’âge, l’activité et le sexe.

Voici un tableau qui synthétise les besoins en protéines pour les différents types de personnes calcul fait en gramme par Kilo de poids :

Femme

Homme

Femme sportive

Homme sportif

0,8gr

1,2gr

1,5gr

2gr

Les protéines doivent être décomposées pour donner les 8 acides aminés indispensables à la construction du corps. Ils portent le nom de : isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane et valine.

Si l’un des acides aminés est manquant, la protéine ne pourra être assimilée ; si l’un d’entre eux est en faible quantité, cela diminuera d’autant la capacité du corps à utiliser cette protéine.

Les inconvénients de la viande :

Les protéines animales couvrent tous les besoins en protéines ; mais leur dégradation par l’organisme donnent des déchets hautement toxiques (urée, acide urique, cadavérines, acide nitrique et sulfurique etc…) et acidifiants qui nécessitent des émonctoires en parfaite santé et obligent le corps à puiser sur ses réserves minérales pour les neutraliser. 

Les inconvénients des protéines végétales céréales-légumineuses

Dans toutes les civilisations, légumineuses et céréales on toujours été la nourriture de base car leurs protéines se complètent et sont d’un moindre coût. Les lentilles, le haricot mungo (soja vert), les haricots (sauf les verts), l’azuki (haricot rouge japonais), le fenugrec, les petits pois, le pois chiche, le trèfle apportent des protéines végétales.

Mais dans le monde végétal, l’acide aminé le plus rare est la lysine ; on en trouve très peu dans les céréales, un peu plus dans les légumineuses.

Mais les légumineuses sont très pauvres en Méthionine.

Elles se complètent effectivement mais, de surcroît, leur bonne digestion doit être assurée par un bon système enzymatique (Pancréas), une flore intestinale performante et une activité physique conséquente.
La digestibilité des protéines animales atteint 93 à 100%, celle des légumineuses comme pois, pois chiches ou blé entier atteint des valeurs intermédiaires de 86 à 92%, alors que les lentilles ou les haricots secs ont une digestibilité de 70 à 85%.

Les oléagineux consommés crus et pré trempés une nuit dans l’eau ont une très bonne digestibilité. Mais seules les graines de Chia et de chanvre ont des protéines complètes. Faciles d’utilisation, elles ont une place de choix chez les personnes en quête d’une alimentation de remplacement des protéines issues des animaux.
..

Il ne faut pas oublier que nos ancêtres avaient une bien meilleure capacité digestive au quotidien sans avoir besoin de faire du sport ou du jogging ; ils travaillaient aux champs, marchaient beaucoup, étaient capables de porter de lourdes charges ; leur quotidien était physiquement éprouvant et ils étaient capables de métaboliser des nourritures très lourdes comme le pain, les féculents, les graisses et protéines animales.

Le petit déjeuner de l’arrière grand-père était composé de pain noir et de lard bien gras et comme le chantait mon père né en 1916 :

« Ha Que nos pères étaient heureux

quand ils étaient à table,

et ils buvaient à leurs tonneaux

comme des trous, Morbleu !

Bien autrement que nous !!! »

Autre temps, autre vie, nous sommes aujourd’hui confrontés de plus en plus à des gens en mal de digestion et d’élimination, souffrant de douleurs, de constipation chroniques et de sédentarité.

Voici quelques tableaux synthétiques des richesses protéiques de diverses aliments d’origine végétale :

TENEUR EN PROTÉINES COMPLÈTES POUR 100GR

Afa Klamath

Alfalfa germé

Algues de mer

Brocoli

Bourse à pasteur

Champignon

Chanvre farine

Chanvre graine

65 gr

22 à 25 gr

7 à 35gr

2,8gr

4,2 gr

2,1 à 5 gr

40gr

20gr

Chénopode blanc

Chia

Herbe d’orge

Lentille béluga

Mauve

Miso

Nori algue de mer

Pollen

4,2 gr

17 gr

45 gr

28 gr

4,5 gr

11 à 21gr

35gr

11 à 35 gr

Ortie

Oléagineux

Olive

Oeuf

Poisson

Spiruline

Sunwarrior

Viande

9 gr

15 à 25 gr

1,6 gr

6 gr

20 à 25 gr

60 gr

25gr

20 à 25 gr

On voit bien dans ce tebleau que l’on trouve des protéines complètes et en quantité importantes dans bien des végétaux.

TABLEAU COMPARATIF DES TENEURS EN ACIDES AMINÉS

Analyse en mg par gramme de protéine

 

Arginine

Histidine

Isoleucine

Leucine

Lysine

Methionine + Cystine

Pheny

lalanine + Tyrosine

Threonine

Tryptophan (mg/100g)

Valine

Afa Klamat

4,12

1,37

3,3

5,4

3,35

1,29

2,48

3,7

15

3,23

Amande

 

26

33

70

27

16

74

28

10

39

Algues wakamé

 

5

29

85

37

30

53

54

12

69

Brocoli

 

21

28

46

48

23

59

31

12

44

Cajou

 

25

43

81

51

41

80

38

16

60

Chanvre graine

 

28

39

69

41

40

81

35

8

51

Chia

 

32

48

83

59

60

95

43

26

57

Carotte

 

43

83

110

109

111

112

205

13

74

Dulse

 

9

36

65

39

36

72

39

30

60

Fenugrec

 

29

54

76

73

31

81

39

17

48

Kelp

 

14

45

49

49

73

41

33

29

43

Lentille

 

29

36

70

79

49

77

37

10

45

Macadamia

 

25

40

76

2

4

149

47

8

46

Nori algues mer

6 à 16

1,18 à 1,4

4

7,68 à 8,7

2,56 à 4,5

1,7 à 3,36

3,9 à 5,2

3,2 à 4

1,12 à 1,3

6,42 à 9,28

Noisette

 

29

36

71

28

33

69

33

13

Sarrasin

 

23

38

63

51

30

57

38

14

51

Pollen

 

4,4 à 5,7

2 à 3,5

4,5 à 5,8

6,7 à 7,5

5,9 à 7

1,7 à 2,4

3,7 à 4,4

2,3 à 4

1,2 à 1,6

Sésame

 

29

43

77

32

53

95

42

22

58

Spiruline

  

5,6

5,6

8,7

4,7

3,2

4,5

5,1

1,5

SUN poudre

43

18

43,2

72

42

19

32,5

38

12

46

L’afa klamath est la seule micro algue capable de transformer les molécules d’azote de l’air (stockées sous forme de glutamine) pour produire des protéines et d’autres biomolécules contenant de l’azote. Cette particularité lui donne un taux exceptionnel de protéines d’une grande variété, dont tous les acides aminés essentiels en proportion idéale comparée aux besoins humains optimaux, les acides aminés du cerveau : Phénylalanine, Tryptophane et Tyrosine, et des neuropeptides précurseurs de neurotransmetteurs, notamment la Phényléthylamine (3 à 4mg/g), la Glutamine (100 à 140mg/g) et des acides aminés mycosporine.

L’alfalfa ou luzerne, Les graines d’alfalfa contiennent les huit acides aminés essentiels pour l’homme, elles sont riches en protéines végétales de haute qualité et contiennent les huit acides aminés essentiels pour l’homme, de la chlorophylle des vitamines A, B1, B2, B3, C, D, E, F, K et U, et des antioxydants. Elles peuvent être consommées chaque jour, elles aident à lutter contre le cholestérol. Très agréables au goût et très nutritives. Très facile à cultiver soi-même.

Si vous avez eu l’habitude de consommer de la viande midi et soir, suivant votre activité, sportive ou non, suivant votre état de santé, vous pourrez opérer la transition plus ou moins rapidement. Un organisme habitué à transformer les protéines animales aura besoin de temps pour apprendre à extraire ses acides aminés et ses acides gras essentiels du monde végétal. S’il y a perte de poids sans perte d’énergie, soyez patient avec vous-même et laisser votre instinct-intuition vous guider.

Les apports protéiques seront réalisés en mangeant :

Au petit déjeuner 1cc d’Afa klamath, 1csoupe de sunwarrior, de la spiruline, des fruits et oléagineux, pourquoi pas des graines germées.Nori des algues de mer, la Nori est la plus riche en Acides aminés. Porphyra tenera

Il existe de nombreuses variétés de Nori mais la Porphyra tenera est la plus populaire dans le monde et sert à la confection des sushis.
De culture délicate, elle est aussi la plus chère et ne pousse que dans les mers froides.
Elle est plus riche en protéines (30 à 35%) que les fromages, la viande et le soja et contient les 10 acides aminés en proportion équilibrée.
Sa richesse en minéraux en fait un aliment particulièrement reminéralisant : de 15 à 30 % de vitamine B12, 470mg de calcium, 44IU vitamine A, 510mg de phosphore, de la vitamine B1, B2, B6, Niacine, et acide folique. Tous les oligoélément : magnésium, soufre, silicium elle est l’algue légendaire des cheveux noirs des japonais.
Riche en EPA, taurine et chlorophylle, elle prévient le durcissement des artères et réduit l’hypertension.
Sèche, on l’émiette dans les salades après l’avoir passée au dessus d’une flamme pour la griller légèrement ou bien préparée en sushis, c’est un délice au goût de crevettes.
Fraîche, elle doit être coupée finement car elle est très fibreuses. On peut confectionner de délicieux tartares d’algues en la mélangeant avec d’autres algues, des cornichons, des câpres, des échalottes, de l’ail, du citron, de l’huile et d’autres épices de son goût.  Mixer avec un peu de graines de chanvre en plus, on obtient un délicieux pâté à tartiner.


Aux repas principaux : un verre de jus vert ou de supergreen ou d’herbe d’orge, des graines germées,

des sauces confectionnées avec des oléagineux et des graines de chia ou de chanvre, en plus bien sûr des fruits et légumes et,

si on le souhaite des féculents sans gluten comme le quinoa, le sarrasin, le millet, le souchet.

Ce n’est plus un secret pour nombre de personnes que la consommation de viande génère beaucoup de problèmes de santé et aussi des problèmes d’environnement. C’est toute notre tissu rural économique et social qui est concerné. Mais le sevrage des produits animaux, même lorsque l’on est motivé, prend d’autant plus de temps que ce sont des aliments addictogènes dont les molécules se fixent sur les récepteurs du cerveau à la place des neurotransmetteurs tout comme le gluten et les protéines laitières. Nous n’avons sans doute pas besoin de manger les animaux mais nous avons assurément besoin d’apports protéiques conséquents et de qualité.

Les acides aminés sont nécessaires à la formation des protéines comme le collagène, les enzymes, les anticorps, les neurotransmetteurs, les hormones, la musculature, pour la détoxication, pour la production d’énergie. Ils jouent un rôle important dans beaucoup de maladies, et ont un énorme potentiel en ce qui concerne la prophylaxie des maladies et même leur traitement. Les acides aminés en général sont efficaces pour lutter contre le diabète, les dépressions, l’ostéoporose, l’infarctus du myocarde, tous les troubles du métabolisme, les troubles de la sphère sexuelle, pour renforcer le système immunitaire. Ils ont leur place dans la lutte anti-âge, etc.

Comme tout changement, il est préférable de le faire en restant à l’écoute de soi, dans la bienveillance plutôt que dans la quête de performance et dans la volonté dure.

Se nourrir est un acte d’amour maternel pour soi-même.

l-homme-est-il-carnivore

Avec  un peu de nostalgie voire de tristesse nous abordons  la saison de l’automne. Le bon sens ancestral des taoïstes nous enseigne qu’il est le règne de l’énergie Métal, c’est à dire l’énergie des montagnes, des roches, des pierres, des gemmes, des minéraux enfouis dans la terre. Et que cette énergie vient nourrir et renforcer nos poumons, notre colon et notre peau. Ainsi nous pouvons manifester les qualités de :  Courage  (ne dit-on pas que les montagnards sont courageux!) – Ouverture –  Droiture – Honnêteté – Innocence, dans le sens que lui donnait K.G.Jung  : « l’innocence, c’est un esprit que rien n’a jamais blessé ». L’esprit du courage  nous accompagne toute notre vie et il en faut pour s’ouvrir au monde  !

Le chagrin perturbe le fonctionnement des poumons et la cascade émotionnelle qui en découle : sentiment de séparation – de solitude – culpabilité – sentiment d’indignité- auto- dévalorisation –  honte et ultimement  désir de disparaître, de mourir, va perturber  par rebond le bon fonctionnement  du gros intestin et de la peau.
Toutes les pathologies de ces organes vont se manifester sur cette base d’un sentiment de séparation, d’abandon, de rejet, d’indignité, de dévalorisation.

Le poumon est l’interface entre nos mondes intérieurs et le monde extérieur ; il est le seul organe qui communique directement avec l’extérieur. Il nous parle aussi de la naissance puisqu »il se met en route ce jour là et il porte la mémoire de nos séparations. C’est sans doute le passage initiatique le plus difficile; Renouer avec le sentiment et la sensation, l’expérience de la connexion intime, de l’unité cellulaire avec soi, l’autre, la Nature, les éléments, les étoiles, le Tout, et cette expérience vécue non pas une fois mais de façon répétée, est profondément guérissante et apaise, guérit le trauma profond inscrit par et au moment de la naissance.
Il nous faut plonger au cœur de nous même et nous aimer… malgré tout et par-dessus tout nous relier à la Conscience plus vaste.

La Lumière blanche, omniprésente à la période d’automne, a la puissance adéquate pour purifier toutes ces chapes de plomb , ces grisailles qui nous écrasent; elle concentre les qualités de toutes les autres fréquences lumineuses.  La lumière blanche ramène un haut niveau vibratoire et une intensité dans nos poumons, notre intestin et notre peau; rafraîchissante, purifiante, vibrante, elle nous redonne le sentiment originel d’innocence, de mérite, de fierté sans orgueil, de légitimité, de conscience originel pure, j’ai envie de dire d’avant le péché, non celui d’Ève et Adam, mais d’avant la croyance  que l’on est quelqu’un de « mal » ou quelqu’un qui a démérité.
La lumière blanche nous parle d’innocence, de notre état originel, c’est à dire sans  souvenir traumatique, comme le nouveau-né qui a tout oublié de ses vies d’avant et recommence une nouvelle vie.
La lumière blanche donne naissance aux montagnes, minéraux, roches, pierres, tout ce qui est blanc, animaux, végétaux, aux poumons, au sinus, au colon et à la peau, à tout le système respiratoire. Vous pouvez capter cette énergie à travers la neige, les nuages, les nuits de pleine lune, en marchant dans les montagnes où l’air est plus vibrant et lumineux et en vous nourrissant d’aliments blancs …  L’air pur qui s’engouffre par nos narines nous remplit d’une énergie vibrante, tonique qui régénère . La montagne est un lieu de refuge, de silence qui nous permet de prendre du recul par rapport à nos vies et nos difficultés. Nous pouvons aussi méditer en haut de notre montagne intérieure pour y retrouver la paix et l’unité.

Notre peau, nos poumons, nos intestins nous parlent de toucher, être en contact, en lien avec, intérieur-extérieur; écoutons les!

L’alimentation de l’automne

La saveur piquante

Le Poumon,  force d’intériorisation et de mentalisation désire la SAVEUR PIQUANTE qui apporte la dispersion et l’extériorisation. Le piquant amène du Yang dans le Yin. Il disperse, provoque la transpiration et l’élimination des toxines par la peau. Si la saveur privilégiée du Poumon est le piquant, en excès le piquant blesse le poumon et le Foie.
La souffrance du Poumon est le retour offensif de l’énergie vers le haut (glaires dans les Poumons). On le soulage alors avec l’ACIDE ou l’AMER. L’acide rassemble, compresse, réchauffe. Il donne une forme plus achevée, plus refermée. Si on veut tonifier le  Poumon, on lui donne de l’acide ; si on veut le disperser on lui donne du piquant.
L’énergie du Poumon est une énergie descendante (Automne). Si elle descend trop, il y a structuration-organisation excessive (GI) au détriment de la créativité.
Si l’énergie remonte de manière excessive, il y a des glaires dans les poumons , bronchite, sinusite, otite …On privilégiera les aliments à saveur piquante et  parfumée.
Les légumes : Les radis noir, blanc, rose, le chou, les crucifères, le cresson, le poireau, l’ail, l’oignon, le gingembre   seront au menu quotidien ainsi que  betterave – céleri – champignon – châtaigne  – courge – chou-fleur – endive  – navet – noix –  potiron – asperge – salsifis – navet – panais –  échalote – céleri – courgette qui viendront tonifier l’énergie Poumon-colon et nous éviteront les affections de l’automne et de l’Hiver.
Les protéines  : toutes les viandes blanches – poulet – dinde – pintade – agneau – veau – poisson
Les condiments : ail – poivre blanc – moutarde – gingembre – camomille – muscade – coriandre – nigelle – galanga
Les oléagineux : bienvenus en toute saisons au petit déjeuner et idéal pour les végétariens, il faut néanmoins prendre la précaution de les prétremper une nuit dans de l’eau afin de les rendre parfaitement digestes. En smoothie ou en lait, mélangés avec des fruits frais et des fruits secs, ils vous assureront un capital santé pour la période froide. amande – noix – noisette – noix du brésil – macadamia – noix de cajou – tournesol – graine de chanvre – graine de chia – olive – avocat …
Les fruits :  tous les fruits d’automne : raisin blanc – poire  – pomme – kiwi – nashi – kaki  – coing…
Tous les fruits et légumes de saison sont bien sûr adaptés.
Les assaisonnements se feront avec un peu plus de sel, de vinaigre lacto-fermentés et de condiments à saveur piquante.
L’automne et l’hiver sont les saisons idéales pour réaliser et consommer des produits lacto-fermentés que l’on pourra faire soi-même ou acheter tout-fait sous forme de jus (jus Breuss), de Kombucha, de légumes lacto-fermentés (choucroute, concombres marinés quelques heures dans le citron et des condiments ou tout autres légumes …)
Autres spécifiques :

– l’huile de nigelle qui soigne toutes les affections pulmonaires, les terrains allergiques et renforcent l’immunité .
– la graine de psyllium blond  répare les intestins poreux et dégradés, équilibre le transit en cas de diarrhée comme de constipation.

Prenons aussi le temps sous notre douche ou dans notre bain de frictionner notre peau délicatement avec un gant de crin ou, mieux encore, des sels de bain alcalins qui vont faire sortir les acides et les toxines accumulés dans le derme.

Ce qui nuit particulièrement à  l’énergie poumon-colon

Les deuils non faits, les séparations, les chagrins non verbalisés, non reconnus, non acceptés. Les culpabilités et les hontes non conscientisées, reconnues et transformées. Également les laitages et les féculents cuits qui, par les colles qu’ils apportent, vont encombrer les voies hautes et se manifester par des mucosités. Celles-ci vont ressortir sous forme de glaires, de mucus par les oreilles, le nez, les poumons et la bouche et encombrer les intestins …

L’hygiène du poumon et du colon

Les lavements au café vert
Voir le protocole expliqué dans la cure Gerson-  Article « comprendre et prendre soin de son corps –  les cures de détoxination ». La cure de sève de bouleau non pasteurisée aussi utile à l’automne qu’au printemps ; en effet le poumon et le colon sont nos émonctoires les plus importants (avec le rein) pour sortir nos poubelles !! Les lavements du nez et des sinus avec un lotta et de l’eau salée : à faire régulièrement pour des sinus performants… Les « respirelles » : petits embouts qui se placent dans les narines pour les écarter et qui potientialisent la respiration. En effet avez-vous remarqué que vous respirer mieux d’une narine que de l’autre ? Très efficace en cas de ronflements, apnée du sommeil et pour un sommeil vraiment réparateur et non sous-oxygéné


Les huiles essentielles, par leur parfum et leur richesse moléculaire, sont les remèdes privilégiés des affections de l’hiver et de l’automne. Le colon étant relié énergétiquement au Poumon, en cas d’affections chroniques ou graves, la voie idéale est celle des suppositoires qui permettront  l’acheminement des molécules en 30 secondes dans les poumons plutôt que la voie digestive où elles sont en partie neutralisées par le foie.
Les massages seront aussi très bénéfiques mais moins rapides.
Le pin sylvestre renforce le poumon et le rein.
Les eucalyptus smithii, radié, staigheriana.
Ces 3 eucalyptus sont  durs sur le problème et doux pour la personne, même pour les enfants.
Le cyprès. : cupressus sempervirens calme la toux, favorise une meilleure circulation du sang, redonne l’intégrité physique et psychique.
Les mélaleucas : Tea tree-Niaouli-cajuputii puissant anti-viraux, anti-bactériens, anti-parasitaires, aident à préserver notre intégrité physique et énergétique.
Le romarin  1,8 cinéol, l’huile essentielle des enfants toujours enrhumés, grippés ou fragiles des bronches, sujets aux colères ou/et à la tristesse.
Le laurier noble : Laurus nobilis est une huile essentielle exceptionnelle pour régénérer le tissu pulmonaire, elle évite la fibrose des tissus cicatriciels et redonne
confiance en soi quand les échecs nous ont brisés et la force intérieure à l’hiver de notre vie. Très bonne huile essentielle contre la grippe.

Les huiles essentielles sont disponibles en boutique. Appelez-nous au 02.32.39.45.85 pour commander.
L’antibiotique naturel incontournable : la propolis – forte en macérat alcoolisée – verte de Baccharis – ou forte en gélules,  est à garder à portée de main tout l’hiver.

Les allergies

Allergies respiratoires,  inflammations des muqueuses et de la peau : rhume des foins, allergies diverses au pollen, conjonctivite allergique, rhinite allergique, asthme, eczéma, psoriasis, sont connus depuis Hippocrate mais prennent aujourd’hui une ampleur particulière. Pourtant, les allergies ne sont pas qu’une erreur du système immunitaire, qui déclenche une réaction disproportionnée à un agent extérieur  toléré par les personnes non allergiques.

Les symptômes que nous étiquetons sous le nom d’allergies sont très souvent des réactions physiologiques saines d’ÉLIMINATION d’un organisme engorgé et empoisonné et qui sort ses poubelles !!

Ces symptômes se manifestent parmi les populations des sociétés industrielles modernes qui vivent dans un environnement dégradé et mangent une nourriture dénaturée. En Papouasie Nouvelle Guinée, il a été démontré qu’il y a 40 ans, les populations ne connaissaient ni l’asthme, ni l’eczéma, ni les rhinites allergiques. Sur une même île, la population qui vit « à l’occidental » a développé des allergies, alors que celle vivant de manière plus traditionnelle n’en connaît pas. Différentes études en Papouasie Nouvelle Guinée, sur les Indiens du Canada, sur les natifs du Groenland ou sur les Aborigènes d’Australie  montrent qu’au fur et à mesure que ces populations s’occidentalisent, c’est à dire modifient leur alimentation, les « allergies » augmentent.
Nous avons plus de chances d’être allergiques à des plantes avec lesquelles nous n’avons pas évolué au cours de notre histoire. C’est le cas de l’ « ambroisie », importée en Europe au 19ème siècle et dont le pollen est le plus allergisant : 6 à 12 %.

Pourquoi les allergies ?

L’hyper perméabilité intestinale

La muqueuse intestinale est notre principale frontière entre le monde extérieur et notre milieu intérieur. Elle  a la surface d’un stade de football, est constituée d’une seule couche de cellules en épaisseur et contient de 70 à 80% des cellules immunocompétentes de notre organisme.

Elle fonctionne comme un filtre sélectif. En cas de perméabilité elle fonctionne comme une passoire. Des fragments alimentaires non digérés, des résidus bactériens, des spores de champignons et autres peuvent franchir la frontière et pénétrer notre milieu intérieur et agresser notre organisme. Le système immunitaire, omniprésent aux frontières réagit alors brutalement.

Fragments alimentaires

Ce sont des molécules nouvelles, que nous sommes incapables de digérer, car nous ne possédons pas les enzymes nécessaires pour le faire. (Les enzymes sont des molécules protéiques qui fonctionnent comme des ciseaux spécifiques permettant de couper les grosses molécules en leurs constituants les acides aminés, que nous pouvons absorber).

Les hybrides de blé, permettant d’augmenter le rendement, apparus à fin des années 60,  ont un nombre de chromosomes augmenté de 7 à 21 ou 23 soit  14 à 16 chromosomes de plus. La stérilisation type UHT  modifie la structure chimique du lait et autres liquides, modifiant ainsi leur absorption. Nous parlons là d’intolérance et non d’allergie alimentaire.

L’intolérance alimentaire est l’incapacité à digérer correctement un aliment dont certains fragments trop volumineux « encrassent » l’organisme et provoquent des réactions immunitaires.

L’allergie est une réaction immédiate ou retardée lorsque le sujet qui en souffre est en contact avec l’aliment provocant.

Flore intestinale

La base de notre flore est acquise lors du passage vaginal au cours de l’accouchement. Son maintien dépend de la qualité et diversité de notre alimentation.

Certains OGM modifient le patrimoine génétique de notre flore intestinale.

La prise d’antibiotiques, soit sur prescription soit « cachée » car introduits dans l’alimentation industrielle, fait émerger des souches pathogènes résistantes déclenchant un certain nombre de pathologies.

La prise de molécules modifiant le pH de l’estomac, visant à réduire l’acidité gastrique (très acide afin de fragmenter les aliments et aussi de désinfecter le bol alimentaire), favorise la prolifération de certains germes mais surtout de champignons qui sont très agressifs pour la muqueuse, créant une perméabilité.

Les enzymes digestives permettent de digérer ce qui l’a été incomplètement. Certaines maladies métaboliques comme le diabète s’associent a des déficits enzymatiques. Les gingivopathies chroniques résistantes répondent bien à la prise d’enzymes digestives. Ce sont deux exemples parmi une multitude.

Les Spécifiques : l’apport de peptidases permet de décomposer les fragments alimentaires que nous sommes incapables de digérer.

Les inflammations chroniques diminuent le taux de sulfate d’héparane, des glucides présents dans le milieu extracellulaire et qui provoquent des réactions auto-antigènes et allergiques.

La peau et l’intestin sont les organes immuno-compétents les plus volumineux de l’organisme parce qu’ils comportent dans leurs sécrétions des immuno-globulines qui ont des propriétés anti-bactériennes et neutralisantes pour les virus, à condition qu’il y ait eu allaitement et un toucher intime par la mère.

En effet, le lait maternel transmet à l’enfant :
– des immuno-globulines (IgA –  IgD – IgE – IgG – IgH)
– du lysosyme  qui a la capacité d’attaquer le Streptococcus mutans, bactérie responsable de la carie dentaire, le virus de l’herpès responsable d’infections buccales, oculaires et génitales, ainsi que de nombreux autres virus le facteur bifidus qui facilite la croissance de Lactobacilus bifidus qui tient les bactéries pathogènes au large
– des protéines porteuses qui lient la vitamine B 12, l’acide follique et le fer, empêchant ainsi que les bactéries pathogènes ne s’en nourrissent elles-mêmes.
Par ailleurs, le sein maternel ainsi que le contact avec la peau offrent au bébé une protection immunitaire. En effet, à ce contact, le bébé, en même temps qu’il est colonisé par les germes de sa mère, en reçoit également les anti-corps.

Le tube digestif du nourrisson est anatomiquement et immunologiquement totalement immature pendant les 6 à 12 premières semaines de sa vie et il n’atteint sa pleine maturité que vers l’âge de 2 ans.
Sa muqueuse intestinale boit littéralement les protéines afin d’absorber la plus grande quantité possible d’anti-corps maternels (les anti-corps sont des protéines). En l’absence de lait maternel, l’enfant est soumis à l’ingestion répétée de protéines étrangères qui entraînent dans le sang la formation d’anti-corps. Ces aliments sont considérés comme des anti-gènes et l’on va trouver des anti-corps correspondant au lait animal, au jus d’orange, aux céréales, au soja, aux amandes.

Le lait de vache est certainement l’allergène primitif qui sensibilise l’organisme et entraîne une foule d’autres allergies.
Une sensibilité aux protéines bovines (viandes et lait) et aux oeufs peut être amorcée dès le ventre maternel ou l’allaitement. Celle-ci se manifeste par les nausées de la femme enceinte et les coliques du nourrisson.
L’élimination des produits laitiers devraient y mettre fin. L’aliment agresseur doit de toute façon être éliminé le temps nécessaire à la réparation de la muqueuse intestinale détériorée.

L’allergie au sucre

Le nourrisson ne possède pas la saccharose, enzyme qui permet la digestion du sucre dans l’intestin  grêle et en quantité minime après quelques semaines de vie. Le sucre devient alors le combustible des levures (candida) et des champignons ; ainsi apparaissent eczéma, rougeurs et autres problèmes cutanés. Le sucre provoque des hypoglycémies poussant à manger plus de sucre encore.

L’allergie aux céréales

L’amylase pancréatique est responsable de la digestion des glucides et ne s’établit que progressivement au cours de la 1ère année de la vie. Son absence va également provoqué une flamblée bactérienne dans l’intestin  grêle et conduire à des troubles digestifs. C’est ainsi que des aliments indispensables (fibres, glucose, oligo-éléments et vitamines) vont devenir des allergènes.
L’allergie au gluten (protéine du blé) est associée à la maladie de Crohn. Le seigle est la céréale la moins allergène.

La prévention des allergies

D’abord, allaitement maternel exclusif pour les nourrissons pour une durée de 4 mois minimum.

Un environnement sain pour le bébé et vous-même.

La remise à plus tard des vaccinations.
Les vaccins de la coqueluche – diphtérie – fièvre jaune – grippe – oreillons – tétanos sont cultivés sur des embryons de poulets et d’oeufs. Le B.C.G. avec de la bile de boeuf. Les oeufs sont responsables de l’asthme – l’eczéma infantile – l’oedème de Quincke – de maux de tête – l’urticaire … 80 % des schizophrènes sont allergiques aux oeufs.

Supprimer les céréales complètes et raffinées cuites ou prendre le temps de les mastiquer et insaliver. En effet, lorsqu’elles sont  correctement triturées, insalivées et mastiquées, 98 % de leurs protéines sont dégradées et assimilées sous forme d’acides aminés …

Consommer des produits animaux de qualité biologique ou bien n’en consommer PAS.
Beaucoup d’enfants deviennent allergiques par le biais des sons, des céréales et légumineuses (arachides – soja transgénique d’Amérique latine) donnés aux animaux.
Les protéines végétales : spiruline, graine de chanvre, graines de Chia, les graines germées et les oléagineux couvrent tous nos besoins ; le besoin de viande est une habitude et non une réelle nécessité.

Pour le rhume des foins, l’un des moyens de prévention les plus naturels est le miel local, consommé en hiver. Comme les abeilles ont butiné les fleurs locales, consommer ce miel permet d’habituer le corps à très petite dose à ce pollen. Au printemps, le corps est prêt à faire face à des concentrations plus fortes dans l’air.

Les allergies de l’adulte se contractent souvent :
par de mauvaises habitudes alimentaires : excès de café – thé – sodas – chocolats riches en alcaloïdes – coca-cola
par les additifs alimentaires – colorants – conservateurs qui peuvent à eux seuls déclencher des crises d’asthme – d’urticaires – de l’hyperactivité chez l’enfant,
par les produits chimiques agricoles – l’eau polluée – le chlore,
par la prise d’analgésiques – d’antibiotiques – d’aspirine qui endommagent la muqueuse intestinale et la rendent perméable aux allergènes. L’aspirine en particulier, augmente la réponse allergique à un aliment.

La pilule, la cortisone, les antibiotiques, une alimentation riche en  sucres – farines raffinées – laitages font flamber le Candida Albicans.

Les traitements naturels des allergies

L’allergie de printemps est liée au Foie.
L’allergie d’automne au Poumon et aux Intestins.
Elles n’ont pas les mêmes racines physiologiques et émotionnelles et ne répondent donc pas aux mêmes traitements.
Amidon, gluten, mono sodium  de glutamate, malt doivent être évités.
Le cassis, le gingko biloba, le gingembre, l’orange amère, l’ortie, la réglisse, la propolis, la vitamine C et tous les bioflavonoïdes, la bromélaïne, la B 12 et la B 6, le magnésium, le sélénium, le zinc sont des inhibiteurs de la bradykinine, de l’histamine et des prostaglandines PgE 2 pro-inflammatoires.

L’alimentation vivante

Une alimentation naturelle, proche de ce que nous avons connu durant la plus longue période de notre évolution nous a protégé des allergies et des réactions immunitaires démesurées. Rien que par sa dimension alcalinisante, l’alimentation paléo est déjà hypoallergique.  Nous proposons des cours de crusine et des formations.

Les aliments prébiotiques et  probiotiques

Les probiotiques à base de lait de vache sont une catastrophe pour l’intestin (travaux du Dr DONATINI).  La restitution d’une flore correcte, à prédominance de fermentation, doit être le souci de santé le plus important. Notre système immunitaire est étroitement dépendant de l’équilibre de notre flore intestinale. Le conflit entre certaines espèces de bactéries et notre système immunitaire est reconnu comme étant à l’origine d’un très grand nombre de maladies.
on doit réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité.
Changer son alimentation est nécessaire mais pas suffisant. « il faut prendre en charge ce bioréacteur qu’est notre intestin.»
Le Psyllium est une petite graine mucilagineuse pro et prébiotique, réparatrice de la muqueuse intestinale et régulatrice du transit (diarrhée et constipation)

L’Aloe vera

Avec ses 92 enzymes il contribue à la digestion et à l’assimilation des aliments et participent à de nombreuses transformations cellulaires et hormonales.
Riche en acides aminés, minéraux, oligo-éléments et vitamines, il est un grand reminéralisant.
Il est antibiotique – anti-fongique – anti-inflammatoire – régénérant.
Il s’est montré efficace dans les problèmes de  diabète –   les maladies inflammatoires de l’intestin – il cicatrise l’appareil digestif – purifie – activate les enzymes du pancréas, et  normalise le taux de cholestérol.

Les aliments qui vont diminuer les allergies (parce qu’ils ont tendance à bloquer l’histamine) sont les aliments riches en Vitamine C*- comme les fraises (riches en plus en antioxydants), les kiwis (riches aussi en flavonoïdes), les agrumes et les poivrons –
Les aliments riches en Vitamine E (jaune d’œuf, avocat, huile végétale)
et ceux riches en Vitamine A (foie, brocolis, patates douces, épinards, etc.).

Acides gras et quercétine

Les acides gras EPA et DHA du groupe des omega-3 sont parmi les meilleurs aliments pour prévenir les allergies. Au Japon,  la consommation de poissons gras permet de diminuer les rhinites allergiques.
La consommation d’Oméga-3 durant l’allaitement permet de diminuer les risques d’allergies chez l’enfant. Toujours en terme de prévention, manger certains légumes comme les tomates et les aubergines, ainsi que du poisson gras, durant l’enfance, diminue les risques d’allergies et d’asthme à l’âge adulte.
Les aliments riches en quercétine, un flavonoïde auquel beaucoup de plantes médicinales doivent leurs vertus se trouvent dans  le sureau, les câpres, la livèche, les oignons crus (surtout le rouge), les myrtilles, le cassis, les cerises, les brocolis et les pommes (surtout la peau).

Les cellules souches

Il faut réparer l’intestin et pour cela il faut un grand nombre de cellules souches. Une cellule intestinale vit entre 5 et 10 jours. Moins en cas de maladie inflammatoire intestinale ou en cas de perméabilité. L’Afa-Klamath augmente la production de cellules souches dans les moelles osseuses qui seront utilisées à restaurer les tissus endommagés.

La carbothérapie

Le charbon est l’absorbant le plus puissant et possède donc des propriétés d’épuration et de détoxication uniques.
Une particule de charbon observée au microscope ressemble à un labyrinthe de couloirs de toutes les grandeurs. Certains sont comme des cavernes, d’autres comme des micro-capillaires et cette architecture permet d’emprisonner de très nombreuses substances toxiques, de tailles et de poids différents.

La gemmothérapie

Le bourgeon de cassis: puissant anti-inflammatoire
les bourgeons de framboisier, de romarin et de hêtre.

Tous les immuno-stimulants et tous les anti-oxydants

L’aromathérapie

Huiles essentielles bifidogènes
enfants :  eugénia caryophyllata  –  litsea citrata  – mentha citrata
adultes  :  rosmarinus off. ABV   – Myristica fragrans  –  Thym thymol
Huiles essentielles de territoire
tous les pinus et les abiès    tous les thyms     tous le melaleucas     tous les eucalyptus
Huiles essentielles de nettoyage de la flore pathogène
Carum carvi – carum copticum (ajowan) –  melaleuca quinquenervia – allium sepa – alium sativum
Huiles essentielles anti-allergiques
périlla frutescens + huile végétale de Périlla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La phytothérapie

1. ache des marais – camomille allemande – coleus forskohli  – ortie dïoïque – plantain – sureau noir – ail (Candida Albicans)
2. L’huile de Nigelle puissant anti-allergique
3. L’oeuf de caille inhibiteur de la trypsine humaine.
4. Les infrarouges peuvent être une solution aux réactions interminables de nez qui coule pendant cette période de l’année.
5. La propolis verte de Bacchariset la forte régulent la flore intestinales et nettoient les bactéries pathogènes.

En kinésiologie

Il existe un protocole de tests pour déterminer l’allergène prioritaire et son contexte émotionnel ; puis la substance mise en contact avec la personne, on tapote simultanément les points suivants :

– début et fin du méridien ESTOMAC
– début et fin du méridien RATE
– début et fin du méridien REIN
– début et fin du méridien VESSIE

Pour augmenter le seuil de tolérance d’un aliment ou d’une substance, on utilise le point terminal de RATE-PANCREAS

Nous proposons des formations pour découvrir et maîtriser les huiles essentielles, l’alimentation vivante et ce que peuvent offrir aujourd’hui les médecines naturelles et énergétiques.

Bibliographie

Dr. Jean Seignalet : « L’alimentation, la 3o médecine » – À partir
de la 5o édition posthume.

Dr Donatini : voir ses travaux sur l’éco-système intestinal

Dr JM Beguin homéopathe-aromathérapeute et acupuncteur à Lille

Professeur Caudron, pharmacien et phytothérapeute

Biologiste Jacques Prunier chercheur sur les cellules souches

Irène Grosjean naturopathe et pionnière de l’alimentation vivante en France et tant d’autres